30/08/2009

LA ROUTE DES PANORAMAS 2009

Après " Brasiers et Goelands ", le " Rallye de la Trappiste ", c'est la troisième fois que nous rendons visite aux cyclos de Bomerée. Cette fois c'est pour la " Route des Panoramas " , ex ( Flêche Carolorégienne ), un brevet cyclo-côteur de 188 kms pour 2460 m de dénivelé.

Alors rendez-vous 6h, à Vicq, pour récupérer les deux autres comparses, Michel et Bernard. Direction Montigny le Tilleul, où est donné le départ de cette randonnée.

Arrivés sur les lieux, nous remarquons qu'il fait frisquet, à peine 12°, alors nous sortons les gilets et nos manchettes, et en route vers le pays du Condroz.

Et déjà, comme dans le Rallye de la Trappiste, avec le col de Landelies, nous nous attaquons au km 5, à la première grande difficultée, la côte de la Pétria ( 1500m, avec 9%  max ). Dure, pas le temps de s'échauffer, nous sommes pris à froid. Nous les "diéselistes", ils nous faut un peu de temps pour démarrer.

Arrivés en haut, elle laissera des traces, mais déjà nous pouvons nous dire qu'elle est derrière nous. Place aux 16 autres.

Nous roulons dans le pays de Condroz, sur de petites routes pittoresques et tranquilles. Nous passons aux pieds des éoliennes à Tarciennes, croisons un rallye de voitures anciennes, que des Porsches, 356, 911 et autres. Nous ne sommes pas déçus des paysages. Et puis Maredret, petit village authentique, avec ses maisons construites en pierre du pays. Plus connu comme village artisanal, où plusieurs corps de métiers y sont représentés. Maredret, à quelques kms de Maredsous, avec sa bière et son fromage. C'est vraiment un endroit à découvrir, nous le traverserons sans arrêter, mais surtout pour gravir sa côte.

Enfin, km 50, Falaen et son premier ravitaillement, faire le plein de nourriture et surtout de merveilleux cakes, faits maison. Nous sommes gâtés. Nous continuons notre route et comme d'habitude, c'est par une côte, celle de Weillen.

Nom de dieu ! qui a dit qu'il fallait placer des côtes juste après les ravitos ?

Et puis km 60, la deuxième grande difficultée de la journée, la côte d' Inzemont (3200 m , 9% max ). Nous montons au train, longue mais elle nous offrira de magnifiques points de vues. En gros le Condroz est une vraie montagne russe, nous montons sur les crêtes et descendons dans les creux. Et sans cesse ce schéma se répétera.

Nous quitterons le Condroz pour entrer dans les Fagnes pendant quelques kilomètres.

Et puis nous ferons notre entrée dans les Ardennes Belges, et par la grande porte, celle de la montée de la côte du Ry de Wel ( 4600 m, 8% max ).

J'ai suivi un belge pendant toute l'ascension, qui ne fera qu'au fur et à mesure, qu'accélérer à chaque virage. Cette montée ne s'effectue que dans la forêt, c'est grandiose. Arrivé en haut, il aura eu raison de moi, me laissant à plus de 50 m derrière.

Km 98, deuxième ravitaillement à Le Mesnil, et toujours ces merveilleux cakes. Nous reprenons la route et fait rare, une descente d'au moins 7 kms, magnifique, pas de pédalage, mais comme dit le vieux dicton " tout ce qui se descend, se remonte " . Alors gare!

Km 107, bien sûr la côte d'Olloy sur Viroin, prise au ralenti, vu la configuration de terrain. Nous retournons vers les Fagnes, à Dourbes, direction le Ravel n° 2, à Matagne la grande. Surpris de rencontrer le ravel dans un tel endroit, mais un peu de plat dans ce pays de collines fait du bien.

Km 140, dernier ravitaillement avant la fin, le plus dur est passé. Nous reprenons des forces à Vodecée, ont retirent les chaussures , ça chauffe. Et puis le retour dans le pays du Condroz. Ca commence à tirer dans le cou, puis dans les jambes. Il y a vraiment une différence entre un BAD et un brevet cyclo-côteur.

Les paysages sont toujours le mêmes, zones boisées et agricoles, traversées par de jolis petits villages. Nous commençons à voir la fin du tunnel, à Ham sur Heure, où nous pouvons admirer son château communal, majestueux.

Une dernière partie de manivelles dans les faubourgs de Montigny et c'est l'arrivée avec au compteur, 192 kms, en 7h38, 25,07Km/h de moyenne, et 2620 m de dénivelé.

Le parcours fut admirablement flêché, remerçions encore les cyclos de Bomerée, pour leur parcours, il porte bien son nom de " Route des Panoramas ".

Dommage que ce genre de rencontre ne remporte pas plus de succès. ils ne totaliseront que 120 participants.

Croyez-moi, Messieurs, avec ce club, c'est l'assurance d'avoir un superbe parcours, bien flêché, avec de bons ravitaillements. Alors, il faut venir, et en plus ils sont sympas et serviables.

J'espère qu'un jour ils reprendrons à leur compte " Brasiers et Goelands " que nous puissions en profiter un peu plus longtemps.

clic sur ce lien pour découvrir le parcours

p21

 p4  p5

Les éoliennes de Tarciennes.

p1020494

p6

p7

p8

p2

p10  p11

Maredret, village pittoresque.

p12

Photos cyclos sur Route des Panoramas 018

Photos cyclos sur Route des Panoramas 019

p13

Ravitaillement à Falaen.

p16

p14

p9

p17

p18

P1040501

p19

p20

p21

Deuxieme ravitaillement à Le Mesnil.

P1040522

P1040528

p1

Le château de Ham sur Heure.

p3

Après l' effort, le réconfort.

P1040644

 

 

26/08/2009

REPAS FIN D'ANNEE

                                                                                 as

20:33 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grand philippe, repas | Digg! Digg |  Facebook | |

16/08/2009

10 000

 

 MERCI, A CEUX QUI NOUS SUIVENT

 

                                                                                                                      

 

 

 

 

 

03/08/2009

SEMAINE FEDERALE ST OMER 2009

Ce dimanche 2 août s'est déroulée l'ouverture de la 71ème semaine férérale internationale de cyclotourisme de Saint-Omer. Une journée à ne pas manquer, c'est la première fois que nous allions y participer. Dommage que nous travaillons le reste de la semaine, mais nous y étions pour la première randonnée.

Cela fait 4 ans que les gens du Pas-de-Calais préparent cet événement, faire mieux que Saumur en 2008, ne va pas être du gâteau (14000 participants en 2008 )

Les Audomarois espèrent faire venir le reste de la la France, après l'engoument rencontré suite au film de Danny Boone, mais aussi des Belges, Hollandais, Anglais etc...

Cela est possible, le Nord reste le carrefour de l'Europe, alors pourquoi pas? Sur le papier, ils étaient prêts, reste à ce que le reste de la semaine se déroule sans accros.

Pour avoir vu l'organisation en plein travail à Saint-Omer, ces bénévoles et organisateurs sont vraiment formidables.

Cela va être le rendez-vous des mordus du vélo. Camping-cars et caravanes sont partout. Tous les hôtels à 30 km à la ronde de St-Omer sont complets. Maillots distinctifs et drapeaux régionaux vont arpenter les routes de la  region. 

 

                                                                                                                                                                  

                                                                                                                                

                                                        parcours01D40

                                                        D41

                                                         D42
                                                                                                                                              

lien pour découvrir le programme et les parcours de la semaine

Mais revenons à nous, le départ était prevu 4h30 chez Michel, et ensuite récupérer Jean-François dans la foulée, et c'est vers 5h00 que nous quittons Valenciennes, direction Saint-Omer. Le temps ne laisse rien présager de beau, il pleut, nous éspérons que le jour va se lever, et la pluie cesser.

Mais nous approchons du but et il pleut encore, on se demande si nous allons prendre le départ, seules les commentaires météo de la veille laisse prévoir une amélioration et du beau temps dans l'après midi. Nous sommes septiques

Mais quelques minutes plus tard, après notre arrivée dans St-Omer, la pluie a fini de tomber, place aux éclaircies, nous sommes déjà plus gais.

Le temps de s'inscrire, de faire un petit tour dans le village et on s'apperçoit qu'il n'y a pas de quoi boire un café, si vous n'êtes pas inscrit pour la semaine, pas de petit déjeuner, alors, nous quittons les lieux et direction le premier estaminet du coin. Nous prenons un café dans un joli petit bar-hôtel, et le patron nous fait découvrir un peu les joies de la semaine, ainsi que les activités qui tournent autour.

Il n'y a pas à dire, la semaine fédérale va faire vivre beaucoup de personnes dans les alentours, il y aura des retombées  pour tout le monde.

Nous repartons vers le fourgon pour s'habiller et prendre le départ, et c'est parti pour 158 km, le circuit va nous faire découvrir le pays de l'Artois, en passant par Aire-sur-la-Lys, Béthune, le parc l'Ohlain, Arras, le Mont St-Eloi, Bours et retour St- Omer.

Nous voyons quelques marais, mais surtout des cultures de choux- fleurs, les paysages ressemblent aux nôtres, il n'y a pas grand dépaysemement.

Nous traversons une petite ville du nom de Ebblinghem, où les habitants pour fêter notre entrée dans va ville, avaient installé des vélos et hommes de paille un peu partout, une des rares villes à nous acceuillir de la sorte.

D1

Personnages dans le village de Ebblingem

Et puis l'arrivée dans Aire-sur-la-Lys, site " BCN- BPF ". Le départ de nombreux cyclos, cela commence à ressembler à un " rassemblement " de cyclos, ils arrivent et sortent de partout. Nous posons nos vélos et direction la place de la mairie, magnifique place avec un bel hôtel de ville mais surtout le "baillage", la maison à pilastres, ancien corps de garde, il abrite aujourd'hui l'office du tourisme. Nous avons aussi droit aux géants locaux, Lydéric et Chrymilde, bel instant de repos, mais si nous n'avons fait que quelques kilomètres. Nous prenons une bière en terrasse, le temps d'apercevoir un drôle d'engin, un vélo couché, carréné et de couleur jaune, après quelques photos et renseignements auprès du propriétaire, nous enfourchons nos montures, nous avons encore beaucoup de kilomètres à parcourir.

NB: BCN = Brevet de cyclotourisme national

      BPF = Brevet des provinces française

lien vers les sites BPN-BPF de la FFCT

D2

D3

L'Hotel de ville.

D4     D5

Lyderic et Chrymilde.

lien vers les géants d'Aire sur la Lys

D6     D7

Le bailliage.

D8     D9

D10

Bruno Marouz et son Vélo couché, 29 kg, le confort. Un prix de 6000 €  et une fabrication hollandaise. ( www.velokad.com )

D11

On se croirait au départ d'une course automobile.

Après avoir quitté Aire, les ennuis commençent, le "fléchage" catastrophique pour une telle organisation, tout le monde cherche et recherche, certains font demi-tour, d'autres vont à gauche, bref le bordel, encore heureux d'avoir la carte, mais nous prendrons d'autres directions qui à la fin du parcours, vous le verrez, nous ferons rajouter de nombreux kilomètres à notre compteur.

Bref, on s'en fout, on était venu là pour pédaler, alors pédalons. Nous arrivons en groupe à Bethune, où nous pouvons admirer le Beffroi ( le campanile de 37 cloches ), le studio théatre de Vauban du 17 ème siècle.

D14

D15     D16

Le Beffroi de Béthune.

Cloches que nous entendrons jouer lors de notre passage en ville, et c'est reparti, direction le Parc d'Olhain, la base de loisirs, mais surtout deuxième ravitaillement de la journée. Nous tirons une bourre avec quelques cyclos dans les faubourgs de la ville, avant d'arriver au pied de la colline, C'est qu'il faut le mériter ce ravito.

Une fois, les vélos posés, direction, le stand " Ch'ti ", une bonne bière nous tends les bras, ainsi qu'un bon sandwich poulet tomate. Pour l'instant nous sommes dans une très bonne condition physique, nous roulons bien ,et le fait de voir des cylos devant nous sans cesse, nous invite à chasser.

D17

Les terrils.

D18

Le parc d'Ohlain.

Nous redescendons la colline à travers les bois, c'est très agréable et rafraîchissant, Nous croisons de nombreux terrils, les routes sont belles, pas de problèmes de recouvrement. Nous nous dirigeons maintenant vers Notre-Dame de Lorette, mémorial de la guerre 14-18.

lien vers Notre Dame de Lorette

Mais avant d'y arriver, nous passons vers le bas de la ville ou nous pouvons voir les vestiges de la "veille église", point de départ de la montée ( 165 m ) qui va nous enmener vers ces monuments historiques.

D19

La vieille église.

Arrivés sur les hauteurs du site , le calme règne, malgré les nombreux cyclos. Il y a un devoir de mémoire quand vous apercez ces édifices. Le cimetière est impressionant, j'avais eu l'occasion jadis de visiter ce site, quand j'étais militaire, et déjà " mes respects " . Nous stoppons devant l'entrée de la Basilique, des gardes bénévoles, protègent ce lieu. Nous entrons pour admirer la Tour Lanterne ( Ossuaire ) et la Basilique. Quelques clichés et nous sortons pour admirer le Panorama sur le bassin minier, le Mémorial de Vimy, le village d'Ablain-St-Nazaire, et au loin le Mont St-Eloi et ses tours. 

D20

Vu d'ensemble du site.

D21

La basilique.

D22

D23     D24

La tour lanterne.

D25

Une fois montés, il va falloir redescendre tout cela pour prendre la direction du Mémorial de Vimy, ce mémorial canadien est le plus prestigieux des monuments canadiens d’ Europe. Il a été élevé à la mémoire des 75000 jeunes canadiens ayant laissé leur vie ici et commémore la bataille du 9 avril 1917.

lien vers le Mémorial de Vimy

D26

Le pays de l' Artois.

D27

Le mémorial de Vimy.

Nous roulons et de chaque côté de la route les champs de bataille, interdit au public, térrains déformés par les obus. Les tranchées y sont accessibles, de jeunes guides vous expliquent les dures conditions de vie des occupants des lieux, j'ai eu l'occasion de les visiter aussi ainsi que le Mémorial du temps de ma jeunesse.

D28

Les champs de bataille.

D29

Déformation due aux obus.

Des photos en roulant, des vues plein les yeux. Les ennuis continus, avec la cassure de ma calle de vélo, je ferai les 130 km restant sans pouvoir appuyer ou tirer sur le vélo. Cela ajouté, au mauvais fléchage, où nous stoppons souvent pour regarder la carte et se concerter entre cyclos, ça commence à en agaçer plus d'un.

Le Mont St-Eloi, nous attend, deuxième site BPN-BPF de la journée, il va falloir le gravir, une belle petite montée, avant d'apercevoir l'Abbaye du 17 ème siècle, du moins ce qu'il en reste. De l'abbaye elle-même, il ne reste aujourd'hui que les deux tours de la façade ouest. Ces tours comptaient à l'origine cinq étages, atteignant une hauteur de 53 mètres.
L'abbaye ayant servi de point d'observation durant la Grande Guerre, elle subit des bombardements qui détruisirent le dernier étage, ramenant la hauteur de l'édifice à 44 mètres. Quelques clichés , avant de filer tout droit vers Arras.

lien vers le site du Mont St Eloi 

D37     D39

L' Abbaye du Mont St-Eloi.

D38

Dure, dure la montée.

D40

Vu d'ensemble du mont.

Nous traversons des paysages pittoresques, et Arras est en vue, direction le centre de la ville où nous attend le troisième ravitaillement, sur la place des Héros, avec son Hôtel de ville et son Beffroi classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Arras est le chef-lieu du département du Pas-de-Calais, le second pôle administratif de la région Nord-Pas-de-Calais, et le centre urbain concentrant le plus d'emplois métropolitains supérieurs dans le Nord-Pas-de-Calais . Historiquement, Arras était sous l'Ancien Régime la capitale de la province d'Artois, un grand centre religieux et une cité prospère connue pour ses fabrications drapières.

L'accueil est une fois de plus chaleureux, nombreux sont les bénévoles qui s'intérressent à vous. Nous contemplons les façades des maisons qui entourent cette place de pavés, verre de "ch'ti " à la main, c'est rafraîchissant.

Nous discutons avec les bénévoles, sur le tracé et le mauvais fléchage, certains sont étonnés du nombre de kilomètres parcourus depuis le départ. Pour le fléchage, ils sont convaincus que la pluie a causé de nombreux dégats sur les fléches de papier.

Nous quittons les lieux sans un petit détour vers la Grand-Place d'Arras, à quelques pas de l'autre, c'est la même mais en plus grand elle porte bien son nom.

D30     D31

Le Beffroi et son Hôtel de ville sont en vue.

D32

Les façades de la place des Héros.

D33

Idem.

D34

D36

La grande place d'Arras.

Nous sommes arrivés à la moitié de notre périple, nous avons rencontré et roulé avec de nombreux cyclos, de tous les coins de France, de la Bretagne à Marseille, et d'autres villes, nous avons toujours étaient acceuillis de fort belle manière, ils ont tous appréciés notre compagnie.

Nous remontons vers Bours, où nous attend le quatrième ravitaillement, mais comme toujours, il va falloir passer les collines de l'Artois. C'est que ça monte dans le coin. Après avoir passé les villes de Maroeuil et de Dieval, nous arrivons à destination, après 170 km au compteur, une petite pause est nécessaire et comme toujours c'est vers notre stand favori que nous nous dirigeons, c'est festif , les gens du vélo club de Maroeuil nous attendent et nous acceuillent avec gentillesse , une petite collation et une petite bière nous remonte le moral.

D41

Pillier de comptoir.

Nous faisons le plein d'eau et un petit détour vers les " pipiroom " et c'est avec stupéfaction qu'en discutant avec un photographe de l'organisation, nous apprenons qu'Aire-sur-la-Lys est encore à 35 km, et celui-ci nous montre que le circuit de 158 km, iniatialement prévu, part bien d'Aire-sur-la-Lys et retour à Aire-sur-la-Lys. Manque de chance, nous sommes partis de St-Omer et retour à StOmer, il va falloir rajouter à ce parcours de 158 km les 45 km manquants, et plus les km où nous nous sommes égarés.

Aie, aie, aie, les visages se ferment, nous allons dépasser les 200 km sur ce parcours, pour certains c'est faisable mais Jean-François fait la grimace. Pour un retour au vélo, c'est un retour. Premier grand rendez-vous, et il dépasse les 200 bornes!

Mais le temps est de la partie, il fait beau, et comme dit Michel " pas de crevaison, pas d'accident pour l'instant, alors nous reprennons notre courage à deux mains, pour rejoindre Aire-sur-la-Lys. Comme toujours, nous cherchons notre chemin, la grande force de cette randonnée, c'est qu'avec le nombre de cyclos, ils y en a toujours devant nous qui se trompent, donc nous profitons parfois de leurs erreurs pour prendre les bonnes directions.

En quittant Bours, nous apercevons le donjon, du 12 ème siècle, rectangulaire, flanqué de six tourelles.

D43

Le donjon de Bours.

D44

Petite fête locale devant le chateau.

Ca monte toujours, collines après collines, et nous finissons par apercevoir la Collégiale, belle édifice, Eglise paroissiale de la ville d’Aire-sur-la-Lys depuis 1802. Nous cherchons la place de l'Hôtel de ville, mais certains nous disent que l'on est en train de tout démonter, alors pas de temps mort, direction St-Omer, par la voie la plus rapide, il nous reste encore un bonne vingtaine de km à parcourir.

Nous pédalons encore à plus de 30 km/h, après plus de 200 km effectués, nous sommes quatre, avec un cyclo égaré, en file indienne, nous remontons vers la ville organisatrice et sa permanence où nous attends notre véhicule.

Nous allons dépasser les 19 h, cela fait tard, mais nous n'avons pas chômé. Nous arrivons dans les faubourgs de Longuenesse , nous apercevons les pancartes  " permanence ". Nous croisons des cyclos qui remontent vers leurs lieux d'habitats, de grandes files de vélos, les uns derrière les autres, une dernière photo d'un tandem tirant une remonque avec deux teckels, les gens sont contents, tout comme nous qui voyons la fin du tunnel.

D45

On se la coule douce dans la remorque.

Nous arrivons vers 19h10 à St-Omer, heureux d'avoir pu accomplir ces 200 km et plus. Vite, nous nous changeons et direction une baraque à frites, nous avons faim, nous reprendrons la route au plus vite vers le Nord.

Ce fut une belle journée, ensoleillée, l'organisation tiend la route, les seuls bémols sont l'inscription trop chère à la journée, 7 euros, sans collation ni boisson à l' arrivée. On aurait su ça avant, nous aurions pris la route sans payer.

L'autre bémol est comme vous l'avez compris le fléchage, indigne d'une telle organisation. Je crois que le papier coûte cher dans le Pas-de-Calais, parce qu'il n'y en avait pas assez, nombreux sont les croisements où il n'y en avait pas. Le fléchage de papier ne devrait plus avoir cours chez les cyclos, si comme le jour de la randonnée il pleut, cela devient ingérable. Alors faites comme nous, la peinture reste le seul fléchage digne de ce nom. Cela évitera aux cyclos d'effectuer des kilomètres supplémentaires.

Sinon le reste était parfait, nous avons passé une agréable journée, et nous rentrons chez nous fatigués mais heureux. Le retour se fera vers 23h00, cela restera une grande journée de vélo.

Au point de vu chiffres, nous avons effectué 225 km, en 9h15, à près de 25 km/h de moyenne, et 1634 m de dénivelé. 

Cette semaine s'annonce sous les bons hospices, déjà 13000 inscrits, les 2000 bénévoles qui encadrent cette manifestation vont être heureux. Sans compter le reste, vu le nombre d'activités proposées, c'est vraiment 7 jours d'animation.

 

 

 

 

13:12 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : philippe, michel, jean francois, brevet, randonnee | Digg! Digg |  Facebook | |