26/10/2009

DERNIERES SORTIES 2009

Petites photos prises çà et là, lors de nos dernières sorties ensemble

l k

 1 2

3 5

6 7

15 16

17 18

19 20

21 22

23 24

 

 

 

18/10/2009

TUBIZE 2009

Ce dimanche 18 octobre 2009 s'est déroulée la fête de clôture des Montagnardes, à Tubize (B). Organisée par le Vélo club les Tilleuls Oisquercquois, club de nos amis belges, les Vandenborre.

Nous avons donc pris la route,Michel, Bertrand et moi, direction Tubize, où nous allons rouler sur notre dernier brevet belge de l'année. Un petit parcours de 75 km, nous tend les bras, histoire de terminer en dilétente.

Ce qu'on n'avez pas prévu, c'était le temps. Nous rentrons dans la période hivernale, 0° , en arrivant, et du brouillard en prime. Les premiers tours de roues sont pénibles, heureusement que nous avons roulé sur le haut du col de la Houssière, parce que s'il aurait fallu le grimper, dur dur.

Les paysages sont plaisants, routes campagnardes, forestières, et passage en ville.

KM 15, nous entrons dans Ecaussines-Lalaing, où nous passons au pied du château fort, érigé au 12ème siècle, une petite montée de pavés pour finir à la porte de la ferme fortifiée. Nous roulons avec parfois quelques rayons de soleil, pour nous réchauffer; sinon le brouillard fait partie intégrante du parcours, il nous refroidi les extrémités, surtout dans la descente vers le Roeulx.

Il est tellemnent épais que l'on aperçoit même pas l'ascenseur funiculaire de Streppy-Thieu, heureusement qu'on le connait bien.

Km 32, nous empruntons les chemins de hâlage, direction les vieux canaux du centre. On aperçoit les ascenseurs n°3 et n°2, les ascenseurs hydrauliques construits entre 1882 et 1917 qui font partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Nous passons devant la Cantine des italiens de Houdeng-Goegnies, construite en 1946, par les usines Boel pour ses propes travailleurs immigrés. Cantine où nous avons mangé, lors de nos randonnées Quaroubaines. On y mange bien et le cadre est acceuillant, même si pour le moment on y mange sous la tente, suite a l'incendie de la cantine.

A la sortie du canal n°1, nous roulons vers Familleureux, où nous attend notre ravitaillement, petites collations, et c'est reparti, le temps est plus clément, le soleil est parmi nous, il était temps.

Km 52, nous faisons notre entrée dans Feluy, nous nous arrêtons au château, pour prendre quelques photos. Un château datant du 14ème siècle, avec son pont-levis.

Km 57, le pont incliné de Ronquières, l'écluse à sas mobiles, qui voyagent sur des rails pour élever des bâteaux sur une différence de niveau de 70 m. Nous quittons les routes, pour emprunter de nouveau les bords de canaux, c'est très agréable. 

Km 63, nous prenons la direction de l'écluse de Samme et de son petit port de plaisance.

Km 75, l'arrivée à Tubize, où nous dégustons une bonne Floreffe brune. Nous rencontrons même le cyclo de Liège, avec qui nous avons roulé sur la route des panoramas, et il est 12h00, quand nous prenons la route du retour.

Voilà, nous en avons terminé avec les randonnées belges, vivement l'an prochain que l'on remette ça.

14 1

Photo au départ de Tubize.

2 12

Le château fort d'Ecaussinnes-Lalaing

3 5

La ferme fortifiée, et comme d'habitude, lors de chaque randonnée, il y a toujours de l'insolite.

13 6

 Le château de Feluy.

Capturer

8 9

Michel et Bertrand.

7 11

Le plan incliné de Ronquières.

10

 

 

04/10/2009

SALON DU CYCLE PARIS 2009

Ce samedi 3 et juqu'au lundi 5 octobre 2009, se déroule le salon du cycle de Paris, à la porte de Versailles.

 

Michel et Philippe n'ont pas manqué ce rendez-vous, les amoureux de la petite reine et du bel équipement se sont donnés le mot pour être présents ce jour là. Arrivés sur les lieux à 9h30, il a fallu attendre 10h00, l'ouverture du salon, et déjà une foule se masse à l'entrée .

10 €, c'est le prix du fameux sésame qu'il faut , un peu cher, heureusement qu'il y a des vendeurs à la sauvette devant les portes, un peu d'économie, surtout qu'à l'intérieur tout est fait pour ne pas sortir, donc consommer sur place, et à 4€80 le sandwich fromage jambon, c'est de l'arnaque.

Bon c'est juste une fois dans l'année,  ce n'est pas la crise pour tout le monde!

10H00, c'est l'ouverture et tout le monde se masse à l'intérieur, direction les stands les plus beaux. Sont à l'affiche 300 marques, exposants, le tout sur 20 000 m2 de surface, de quoi s'en mettre plein les yeux.

Malgré les absences remarquées de grandes marques françaises et étrangères, telles que Time, Lapierre, Cannondale ou autre Cervélo.

Il faut dire que la France est le 4 ème pays consommateur de cycles par habitant, avec 3 500 000 vélos vendus en 2008 environ. Il y a de quoi faire des affaires ce jour là.

Les stands rivalisent de beauté, parmi les plus beaux et les plus accrocheurs, notons, Pinnarello, Look, Orbea et autres. Tout cyclo se met à rêver au guidon des plus belles machines, d'équiper son fidèle compagnon des dernières nouveautés présentées. Les petits sacs publicitaires se remplissent de catalogues, posters, et autres propectus des fabuleuses marques présentent au salon.

Nous restons ébahis devant certaines bêtes de courses, ou autres matériels, les Italiens étaient venus en force présenter, leurs dernières créations, heureusement qu'ils étaient là. Le  stand du roi du titane Passoni, était le plus prisé, pas une seule fausse note, que du sublime. Carbone, métal, et surtout titane sont au catalogue, des machines de rêve, à des prix éxorbitants, mais quand on aime on ne compte pas. Surtout vu la qualité et la finition de leurs produits. Plusieurs fois nous passons et repassons devant le stand et à chaque fois , on s'arrête pour remarquer un détail qu'on n'avait pas remarqué avant.

Cette année le salon fait la part belle au VAE ( vélo d'assistance électrique) il y en a partout, mais aussi au célèbre groupe électrique de Shimano, le DI 2, il équipe un vélo dans chaque stand prestigieux, et pas n'importe lequel, toujours le haut de gamme. Il y a aussi  des carbones aux tubes surdimensionnés, ou des monocoques aux formes généreuses ou travaillées. Dans certains stands cela s'appelle de l'art.

Nous avons remarqué le retour des anciens vélos " acier " remis au goût du jour, des Single Speed ou autre Fixie, chaque exposant a dans son catalogue un de ces modèles. Nombreux sont les afficionados de ces vélos à pignon fixe.

Du côté matériel, nous avons remarqué le stand de l'Italien Frm, pris d'assaut par des fans de la première heure, des vélos, des matériels taillés dans de l'alu ou du titane de premier choix. La qualité et la finition de l'Italien, nous laissent " baba ". Rotor attiré aussi nombreux passants, la présence d'Agnollutto sur le stand y est aussi pour quelque chose, toujours aussi souriant l'ancien coureur pro. Les animateurs connaissent et présentent les matériels avec le souci du détail.

                     s1   

                           s2

 

Capturer

  S4    S6

Exit le Pinarello Prince, vive le Dogma 60.1, c'est la dernière nouveauté du constructeur, pour un prix avoisinant les 10 000 €.

S5      S9

Le Pinarello Fm 1 et le Pinarello Prince "du Prince d'Espagne", Aléjandro Valverde.


S7  S8


Le Pinarello Single Speed Lungallita et le Pinarello FP Opéra super Léonardo.

Des cadres magnifiques, des couleurs chatoyantes, la diversité des modèles, un des plus beaux stands du salon.

s10    s11

Le Colnago cinquento 5, le master 55 th anniversary, une pure merveille, à 9000 €.

s12    s13

Les vélos de la gamme Colnago, à gauche  le Cx 1 et le Cx 2, en tube carbone Hm, construit pour les cyclistes puissants qui recherchent un cadre robuste et rigide 3300€ pour le Cx 2, et 8 kg environ.

 A droite, l'Eps, construit lui aussi en tube Hm, c'est le descendant du haut de gamme de chez Colnago, l'extrême power.

Dommage qu'il manquait le Colnago CF7, édition Ferrari. Mais Colnago reste l'Italien le plus connu du salon, ses vélos sont de pures merveilles. Cotisez, ils restent encore accessibles  pour nos petites bourses.

s15  s14

Vu aussi, à côté le stand Colnago, les vélos du canadien Argon, le Galluim, où son nom a été tiré de celui d'un gaz rare, un beau cadre, et une drôle de bague qui n'est pas un jeu de direction, mais qui en impose, un des vélos les plus regardés du salon.

s20  s21

Les Passoni carbone et titane. A gauche le Nero xl, un tout carbone, aux tubes surdimensionnés, à droite, le Top évolution, ces vélos sont seulement construits sur mesure. Les tubes à épaisseurs différenciées en alliage 3/2.5 (appellés également Grade 9) réalisés par Reynolds sur spécification Passoni.

s23  s22

Le Passoni Mirror, tradition et technologie, un acier columbus, associé  à des roues en bois  Cercio Ghisallo, impossible de demander des renseignements, tellement il y avait du monde sur le stand. Un vélo qui ne dépasse pas les 8 kg, magnifique.

s25  s24

Le Passoni titane XXTI, un mélange de carbone titane du plus bel effet, associé à des roues un peu discutables. Il faut aimer, même si les roues sont des O.Z, comme les célèbres jantes alu, des véhicules automobiles.

Des roues O.Z, fabriquées en édition limitée à 500 exemplaires, 1300 gr environ, 6000 €, non non vous avez bien lu.

6000 € de roues + le prix du cadre Passoni + le groupe Shimano DI 2 = ce vélo n'est pas pour nous, mais on peut rêver.

s26  s27

Le Passoni XXTI, le raccord titane est vraiment magnifique, un très beau vélo équipé du groupe Sram Red.

s29  s28

Le Passoni Top force W, léger, rigide, tube titane à épaisseur différente, (titane 3al/2,5v) et (titane 6al/4v)  travaillé et renforcé, ce vélo n'a peur de rien. Il est équipé en plus du groupe Shimano DI 2, une pure merveille . Sauf les roues, un peu trop " tape à l'oeil", encore des O.Z racing. 7kg et 15 000 €.

s31  s30

Le Willier  Cento 1 Superleggera, plus léger que le Cento 1, déjà vélo de l'année 2009. Le cadre avoisine les 900 gr.

Vélo du champion du monde 2008, à Varèse, Allessandro Ballan.

Mais aussi vélo de Damiano Cunego, vainqueur du Tour de Lombardie 2008. Ce vélo a gagné ses lettres de noblesse sur les circuits. Super léger, polyvalent, il peut progresser encore, à noter le tube horizontal qui se poursuit jusqu'aux haubans et le tube supérieur qui se raccorde à la boite. C'est splendide.

s33  s32

Le Willier Impérial, aérodynamique comme un " chrono ", un beau vélo, avec de belles courbes. Environ 6000 € pour 7,200 kg,

s34  s35

Le Chrono Cento, un vélo de chrono, déssiné en collaboration avec John Cobb, sur la base du Willier Impérial. Un cadre monocoque.

s36

Willier est le seul a être venu avec l'armada, bus " Lampré ", de quoi attirer les regards. 

s40  s41

Le salon de Paris, c'est aussi des vélos originaux, les vélos couchés ne dérogent pas à la règle, de vraies formules 1.

s42  s43

Les vélos du " Paris-Pékin ", présents sur le stand, des vélos en acier fabriqués par Cyfac, les périphéries sont du Shimano Tiagra, les pneus sont des Hutchinson city bike, les roues du 26 '', les sacoches sont fournies par l'allemand Ortlieb.

s50  s51

Les roues Aéro-Zenith, des roues françaises, peut-être les meilleures du marché, à en croire certains magazines. Des nouveaux venus qui n'ont pas attendu pour rentrer dans la cour des grands.

Les X 1000, 3400 € pour 1040 gr, l'excellence a un prix.

Les XC 1400, 1550 gr, des roues pour le VTT

s52   s53

Les roues X 1300 H, des roues carbone de 50 mm, 1400 gr.

Sachant que les X 1300  normales coûtent 1300 € , combien pour les X 1300 H ?

Un Time ( rare dans le salon ) haut de gamme, équipé de roues  X 1000, cela en jette.

s60  s61

Un petit arrêt au stand Rotor. Un spécialiste de l'équipement pour vélo, on citera les plateaux ovalisés Q-Rings, pour plus de puissance, meilleure répartition de la puissance, plusieurs positions de réglages. Le pédalier Agilis fait aussi partie des équipements adoptés par l'ancien vainqueur du Tour, Carlos Sastre.

Nous avons eu droit à une démonstration détaillée, par l'animateur maison, sur le fonctionnement du pédalier Agilis.

s62

Vu sur le stand Rotor, l'ancien coureur professionnel Christophe Agnolutto,
toujours aussi souriant, et serviable, 10 ans chez les pros, de Casino, Ag2r, et Agritubel.

Aujourd'hui reconverti, proposant des stages pour la progression des cyclos dans les Pyrenées Atlantique et la Savoie. Il nous propose même ses vélos, vus sur le stand, des Agnolutto à base Dedaccai.

Stage de Christophe

s78  s70
 

Look, mes vélos, j'avais hâte d'y arriver, de voir enfin les célèbres cadres. Surtout ceux aux couleurs de Mondrian. 

s71   s73
   

Un look 586 et 596 aux couleurs du célèbre artiste Mondrian, Les couleurs du logo Look.

Le look 586, vélo de l'année 2008, un cadre monobloc, fluide, léger. Un vélo approchant les 6 000 € pour 7,300 kg.

Le look 596, est un vélo de chrono, avec toujours cette cassure du tube supérieur,

s72    s74

Les look  Usa et Monte Carlo, deux décos spécifiques qui accompagnent le Mondrian.

Le look 595 Usa est une déco sur commande avec votre nom sur le cadre.

le Look 586 Monté Carlo, est une série spéciale, limitée à 20 exemplaires, un exemplaire à été offert au Prince Albert II,  pour le départ du Tour de France, à Monaco. Il y a du bon à être Prince.

s75   s76

UN look de piste, à la couleur noir, sobre mais efficace, la déco la plus belle du plateau à mon avis.

Et deux look 596, deux Look de chrono.

s79  s777
 

Un nouveau concept Look, le pédalier Zed, un pédalier monobloc. Les deux manivelles sont associées en un seul bloc, une belle pièce.

Et le Look 595 pro de Rémy Pauriol, un vélo équipé du groupe campagnolo super record 11 vitesse et peint aux couleurs du sponsor Cofidis. Après avoir défendu les couleurs du Crédit Agricole, on ne pouvait pas imaginer un Tour de France, sans Look.

Un nouveau partenariat a été trouvé avec Cofidis, et les voilà repartis à la conquête du Tour. Le cadre est un cadre à raccords, léger avec tige de selle intégrée.

p20  p21

Pour moi j'ai choisit, ce sera celui la et celui là

s86  s80

 
L' Italien FRM, venu nous présenter ses vélos et toutes sa gamme de produits. Il y en avait partout, installés sur les comptoirs, de tous matériaux, de toutes les couleurs. Le stand le plus flamboyant du salon. En plus le soleil de l'Italie, avec l'un des deux patrons derrière le comptoir. La langue qui chante au milieu du salon.

A droite le Black Hole, un carbone nid d'abeille, avec sur la balance 5kg70, de quoi aguisé les appêtits en matière de light. Le tout équipé en Sram Red,

s81   s87

La tige de selle du Black Hole, 150 gr  et la selle  55 gr, notez l'absence de rail sur la selle.

Les roues FRM,  comprises entre 1kg200 et 1kg300, de pures merveilles, les moyeux sont fins et travaillés, de différentes couleurs. Une autre alternative aux roues carbone.

s82   s83

Les comptoirs FRM, je vous l'avais dit, il y en a pour tous les goûts, du light, rien que du light, de différentes couleurs.

Les produits exposés, avaient leurs monenclatures et leurs poids indiqués. Du titane, du carbone, on se bousculait pour voir le stand.

s84   s85
 

Le vtt Black Hole, 7kg700, écoeurant, plus léger que nos courses, nous n'avons que nos yeux pour pleurer. Et le cadre Black Hole Honey Comb, le haut de gamme, 760gr.

Quand je vous dis que c'est du léger.

s90  s91  
 

Les italiens de chez Daccordi, de beaux vélos, un vieil acier Columbus, remis au goût du jour, groupe campa centaure ultra  torque et roue campa eurus. Du plus bel effet.

Et un vélo de cyclo-cross, aux couleurs KTM, avec des roues crampons Tufo et des jantes carbone Ambrosio.

s92  s94
 


Le Divo, le dernier né de chez Daccordi, tige de selle intégré, cadre monocoque, rigide, dynamique. Il dispose de tubes surdimensionnés, du groupe Shimano DI 2, des périphéries de rêve, c'est vraiment un vélo de compétition.

p1  p2
    

CKT, des vélos muclés et surdimensionnés, des cadres travaillés aux formes non habituelles. Ce spécialiste taiwainai du carbone fait des merveilles.

p3  p4
   

Les vélos bien finis, pas trop chers.

P10  P11

Les vélos Litespeed, des vélos américains, spécialiste du titane, avec un Archon C3 présenté, au look unique. Un tout carbone, environ 7 kg, environ 3000 €.  mais impossible de l'approcher, tellement il y avait de curieux.

Abordable le Xicon, un titane premier prix, proposé à moins de 2000 €, intéressant si on veut rouler sur un titane de qualité à moindre prix. Chaque châssis sera fabriqué à la main  à Ooltewah l'usine de l'entreprise, dans le Tennessee,  qui fabrique et exercera une garantie à vie sur ce cadre .Un autre modèle Litespeed, mais en carbone, avec tige de selle integrée, et tubes généreux.

P12  P13 
       
Vu aussi sur le stand Litespeed, un autre roi du titane, l'américain, Merlin, dont les qualités ne sont plus à prouver. Un vélo équipé de roues Mavic Rys, à rayons carbone. Litespeed et Merlin pionniers du cadre du vélo de titane dans le milieu des années 1980, à une époque où la plupart des cadres ont été construits en acier. Les avantages du titane sont clairs . Il est plus léger que l'acier, plus fort que l'aluminium, rigide et durable, mais avec un soupçon de donner pour un roulement plus confortable.

Vu aussi, ces chaussures de route, au look démoniaque, semelle monocoque 100% carbone, fabriquée à la main, partie supérieure 100 % carbone, semelle intérieure EVA thermoformable, barre anti torsion, fermeture lacets avec couverture de lacets aérodynamique, pour la modique somme de 570 € .

p22  p23

Les vélos Cyfac, travail d'orfèvre, un des grands noms français du cycle, avec son modèle Absolu. Un savoir faire unique au service des amoureux de la petite reine. Des vélos dont la peinture et la finition sont exemplaires.

A droite le cintre Deda Phazer, en carbone, pas loin des 500 €, passage de cables internes, et mousse en bas du cintre, 210 gr.

p24  p25

Les produits Woodman, légers et coloriés à des prix abordables.

A droite, les vélos Pacific, l'un des nombreux exposants pour ce genre de vélos de ville, de poche, pliable et autre.

p26  p28

Des VTT tous suspendus de couleurs.

A droite le Bull Night Hawk 3, un beau vélo allemand, léger, fleurtant avec les 7 kg, équipé de roues Shimano Dura-Ace.

p27  p29

Les roues Shimano Dura-Ace 7850 c, belles à croquer, à chaque fois qu'on les a vues montées sur un vélo, elles avaient fière allure.

A droite, un Monty de trial, sans selle, comme il se doit.

p40 p42

Des vélos qui ressemblent à des autos, à droite un Koga Myata qui a baroudé.

p43  p44

Corima, Spécialiste français du carbone avec des roues extrement légères, à gauche les Aéro +, 1kg300.

A droite les nouvelles Mcc, une jante carbone 12 rayons, environ 1 kg, pour le prix, 2500 € .

Pour les avoir pris dans mes mains c'est du léger, très léger, on se demande même si cela va tenir.

p45

C'est un cadre multicoque destiné aux épreuves sur piste, le cadre pése 1kg 500 et sa roue paraculaire de 1kg 010, coute 1000 € environ.

p46  p47

Des vélos Alex Singer, des aciers aux tubes Reynolds, remis au goût du jour, de différentes  couleurs, avec de différentes périphéries.

p48  p41

Orbea, présent aussi avec de superbes vélos, dont l'Onyx et l'Orca, le vélo du champion olympique, mais celui qui a attiré tous les regard c'est le Carpe Diem. Un hybride avec des freins à disques  hydrauliques, une drôle de roue libre, et un drôle de dérailleur.

P30  P32

Bianchi, la marque à la couleur céleste, a présenté un beau stand avec des modèles variés, à gauche le 928 sl Nove due otto,  évolution du modèle existant, avec en plus une tige de selle intégrée, le modèle présenté est de 9999 €, pour 6,800 kg nviron. Equipé du Campagnolo super record 11 vitesses.

A droite, le même, mais version team Barloworld, mieux équipé bien sûr, les couleurs sont magnifiques.

P34  p50

Bianchi 1885, un vélo alu entrée de gamme pour le prix de 1699 €, à droite le Monocoque, présenté au prix de 2700 €.

 p58  P35

Bianchi présente le  Pico chrono, un vélo de chrono, " bas de gamme " si on peut dire au prix de 3900 €, pour un vélo pareil, c'est donné.

P31  P33

Gitane est de retour avec de très beaux modèles, dont le fleuron de la marque le, Définitive Gitane One, un cadre carbone monobloc, avec tige de selle intégrée, ce vélo présente des arrêtes sur les tubes inférieurs pour suivre les passages de gaines, c'est surprenant. Il y a longtemps que Gitane ne fabriquait plus de vélo qui attitait les puristes, avec ce modèle, ils sont de retour.

Nombreux sont les personnes qui sont passées devant, puis se sont arrêtées, puis ont regardé avec insistance ce beau vélo, vraiment une belle réussite, il était temps.

A gauche, un Single Speed, avec sa couleur jaune, vraiment beau, il s'appelle, City Link. C'est un pignon fixe, en alu, avec une selle Rolls, 700 €.

p51  p52

Shimano DI 2, l'ère du tout électrique, vraiment Shimano a frappé fort, avec ce groupe, tous les vélos haut de gamme présents sur le salon en étaient équipés.  Ce système de changement de vitesses électroniques a été testé pendant deux années, par des professionnels, il est au point. Seul bemol, la batterie, qu'il ne faut pas oublier de recharger.

p53  p55

Exercice de style pour Peugeot, qui présentait ce vélo futuriste et d'autres modèles marginaux.

A droite la selle prologo Nago Evo TTR, la selle pour les triathlons ou les contre la montre, avec semelle anti dérapate, la même qu'a utilisée Fabian Cancellara, lors du Tour 2009. 230 gr, pour 140 €.

p56  p57

Bmc, le constructeur Suisse, est venu présenter ses modèles, avec en avant première le Team machine TT 01, une bête de course, pour le prix de 10 000 €.

Puis d'autres modèles, le Street, le Race, le Pro, le Time, toutes la gamme, pour toutes les bourses, de beaux vélos.

S3

Nous avons passé une belle journée, le soleil était au rendez-vous, dommage que les prix soient aussi élevés, je parle du billet et des collations à l'intérieur. Nous avons vu de belles machines, du beau matériel, nous les voyons dans les magazines, mais c'est autre chose de pouvoir les regarder sous tous les angles, les toucher, etc...

On serait bien reparti avec quelques bécannes, un Passoni, un Look, un Time pour Philippe. Michel, quant à lui, est deçu de ne pas avoir vu ses deux marques fétiches, Lapierre préférant le salon de Lyon, et De Rosa, l'italien. Bon, il serait bien reparti quand même avec un Bianchi.

Le salon de Paris n'est pas le salon de la Nouveauté, c'est à l'Eurobike qu'il faut se rendre pour cela, mais quand même, il faut à l'avenir ne faire qu'un seul salon, Paris et Lyon c'est de la bêtise. Les constructeurs, exposants et autres sont partagés, entre les deux, Paris étant le centre de la France, il serait plus accomodable, pour tous les passionnés de vélos.






 























 

 

 

 

09:14 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paris, salon, velos, cycles, versailles, michel, philippe | Digg! Digg |  Facebook | |