29/10/2010

ASCENSEURS DU DOG 2010


YVES et BERTRAND se sont donnés rendez vous à 7H devant l'église de Bléharies,
pour participer aux 200kms de l'ascenseur du Dog.
le jour se lève,et le ciel est assez clair...
croisons les doigts pour que cela dure ! après s'etre inscrits,nous allons au départ,
ou nous retrouvons ce cher Andrè (Tignon) qui est déjà au travail,
il prend des photos avant le départ groupé,qui est prèvu à 7h45.
on compte une trentaine de cyclo, contre plus de 70 en 2009.(de mémoire)
nous voilà partis pour le 200...!
toujours très bien encadrés,nous sommes protégés à chaque carrefour par des cyclos,
qui doivent remonter le peloton rapidement pour recommencer...! et ça sur 200 kms...
chapeau Messieurs !.
1er ravito km 44 au pied d'une ferme,pas loin du col del saux. (col de 1er catégorie)!!!!
ravitaillement de qualité !
nous repartons, et il manque déjà quelques cyclos..?
ponctuellement il tombe de petites averses froides, rien de bien méchant.
km 77 nous voilà au 2em ravito en bas de l'ascenseur de strèpy. on vois toujours le soleil,
mais il commence à y avoir pas mal de nuages???
nous partons maintenant vers Ronquières et son plan incliné.
nous y serons à midi,avec 100kms au compteur. nous passons au controle, avant de s'attaquer au col de la houssière, 144m
à peine démarrè...une douche froide (encore!) de courte durèe heureusement,et nous continuons l'ascension de ce col !
arrivés en haut,et tous regroupés,nous prenons quelques photos avant de repartir pour strèpy,en traversant une foret sur quelques kilomètres
à 20kms  de strèpy,il se met à pleuvoir ? puis il tombe des cordes,et elle n'est vraiment pas chaude!!!
arrivé à strèpy il pleut toujours...le ravitaillement est dans la voiture,on s'abritent,surtout du vent car on est trempés et on commence à grelotter.
la pluie cesse enfin, nous pouvons repartir vers herchies,ou nous sommes passés le matin.(1er ravito)
et nous aurons des averses,règulièrement jusqu'a l'arrivée .nous avons 205kms avec un peu plus de 24 de moyenne
Yves a eu deux crevaisons à cinq kms de l'arrivée,et moi une en rentrant chez moi...
j'ai bien dormi !

 

Bertrand.

 

dog13.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

circuit200.jpg

profildog.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

1.jpg

Photos André Tignon (www.tignon.be )

2.jpg

Photos André Tignon (www.tignon.be )

GroteFoto-6JVMIGMQ.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

GroteFoto-83VKC3VU.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

GroteFoto-FHQBB6N6.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

GroteFoto-IY7JR4V8.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

GroteFoto-L7BH3NLN.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

3.jpg

Photos André Tignon (www.tignon.be )

GroteFoto-VPX6SRQY.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

GroteFoto-LZ38COJT.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

GroteFoto-N6UENRYQ.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

GroteFoto-PEX68CHO.jpg

Photos cyclos Antoing (http://www.ctantoing.com/default.aspx)

 

 

11:20 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyclos, ascenseur, bertrand, yves, col, randonee | Digg! Digg |  Facebook | |

18/10/2010

RICCIONE OCTOBRE 2010

Comme chaque année, depuis quatorze ans. L'hôtel Dory remercie ses nombreux cyclistes qui viennent passer leurs vacances, dans leur établissement.

L'ambiance est idéale pour ceux qui désirent conjuguer moments de détente et de bien être.

Les établissements Dory nous invitent dans un véritable hôtel pour cyclistes. Dans la région du pirate, celle de Marco Pantani. Idole du coin, puisqu'il est originaire de Cesenatico.

Les nombreux cyclos découvriront de merveilleux parcours, à travers la région de la Romagne, des Marches et de la Toscane.

La richesse de l'arrière pays permet chaque année de varier les parcours. On vous proposera des routes sinueuses, des collines douces, des panoramas enchanteurs, tout ça, loin de la circulation.

Vendredi 8 octobre 2010

Le départ est fixé à 15h45, sur l'aire de repos de Spy ( Belgique ). Mais nous préférons ne pas arriver en retard, pour charger les vélos, bagages et autres. Et c'est ainsi que Philippe, Daniel, Franco et Marie Claude arriveront à la station Total, avec plus d'une heure d'avance sur l'horaire.

Au moins, nous étions sur d'avoir nos places dans le bus. Après un café, consommé à la boutique, nous chargeons nos bagages dans le car. Il est 15h45, le départ est imminent. Un dernier « au revoir » et c'est parti pour 17 h de bus. C'est long, il nous faudra trouver de l'occupation à l'intérieur. Nous voyageons vers Weyler ( Arlon ) pour récupérer les autres cyclos.

17h15, nous arrivons au siège de la «  Généraltour ». Le temps d' embarquer le reste de la compagnie, et de se soulager. Nous reprenons la direction de Saint Avold, pour y souper.

19 h30, nous arrivons sur les lieux. Nous dégustons peut être notre dernier repas français, avant d'arriver en Suisse.

23 h 15, nous franchissons la frontière et nous faisons notre première halte a Bâle. Nous avons peu de temps, il faut respecter l'horaire planifié par les conducteurs.

1_Slide apertura.jpg

DSC09764.JPG

L'embarquement a Spy

DSC09765.JPG

dyn006_original_284_361_jpeg_2646897_a03935227b32eff27b31b5a5b7a10a8a.jpg

Le long trajet

Samedi 9 octobre 2010

03 h 10, nous quittons la Suisse pour entrer en Italie. Chiasso sera notre première ville traversée. Plus le temps de s'arrêter. Un bon film, une fois terminé  il faut dormir. Malgré l'inconfort des sièges qui nous torture le cou.

Le ciel se lève a l'aube, il nous reste encore une heure pour arriver à Forli, pour y prendre notre petit déjeuner. Une heure plus tard, nous quitterons les lieux pour un dernier arrêt, Riccione.

09 h 30, l'arrivée à Riccione, nous croisons ceux du séjour précédent. Le temps de décharger nos bagages et de remonter les vélos. Nous attendons un sacré laps de temps avant de pouvoir récupérer les cartes des chambres.

Nous en profitons pour aller se rafraîchir, au bord de la mer. Le soleil est parmi nous, nous espérons qu'il restera avec nous cet après midi.

Il est 13 h 00, quand nous percevons nos cartes. Nous sommes logés dans les Suites Savioli à 100 m de l'hôtel. Des chambres plus luxueuses et plus pratiques que de l'autre côté.

Un vrai palace avec petite kitchenette, de quoi se préparer un repas et un balcon plus vaste avec une vue plus agréable.

Le repas du midi est servi, et il nous reste une heure pour se préparer pour la balade de l'après midi.

Un parcours concocté par Eddy. 4O km, dans l'arrière pays, pas de quoi fouetter un chien.

Une petite promenade, histoire de se détendre.

Nous finirons cet après midi, par le drink de bien venu, offert par Stefano Guiliodori, le directeur de l'hôtel, avec Riccardo Steiner et le mécanicien Drelli.

Le programme nous est détaillé en français et en anglais. Le responsable des guides Riccardo, ancien cycliste professionnel suisse des années Merckx, nous affichera le parcours du lendemain, avec longueur, dénivellé etc...

4 groupes :

Borghi e castelli : vitesse moyenne 17-19 km/h

Cappuccino : vitesse moyenne 20-22 km/h

Cappuccino super : vitesse moyenne 23-25 km/h

Limoncino : vitesse moyenne 24-28 km/h

DSC09797.JPG

DSC09779.JPG

L'hôtel

DSC09770.JPG

DSC09771.JPG

Le port de Riccione

DSC09774.JPG

DSC09776.JPG

DSC09775.JPG

Au bord de mer avec apéro et poissons frits

DSC09786.JPG

DSC09780.JPG

DSC09781.JPG

La suite Savioli de l'hôtel

DSC09787.JPG

Le départ de la première sortie

DSC09793.JPG

Riccardo, Stefano et Jean pour l'accueil de la semaine

DSC09794.JPG

Au restaurant

Dimanche 10 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner copieux, et préparatif pour la sortie de 100 km. Les groupes se sont inscrits la veille. Je prendrai le groupe 2, pour démarrer. Aujourd'hui la Strada Panoramica, 100 km.

Après réflexion, je fini par choisir le groupe Limoncino. Attention, car il y a deux ans, j'avais commencé fort, pour finir sur les rotules, le premier jour, à cause d'une fringale.

Nous prendrons quelques photos avec Eddy Laubsher, qui a la charge du groupe Borghi e castelli.

Nous avons aussi la visite de Jamie Burrow, ancien équipier de Lance Amstrong et vainqueur du marathon des Dolomites 2009.

09 h 30 Le départ est donné, direction Cattolica et Gradara. Nous passons au pied de la forteresse qui fût le théâtre de la lutte entre les Malatesta et les Montefeltro .Et puis Tavullia, la ville ou est natif le grand champion de moto, Valentino Rossi. Nous passerons devant la maison de sa mère. Garer devant le portail, un apetto a moteur portant le n° 46.

Pour l'instant tout va bien avant la première belle bosse de la journée, Saint Angelo in Lizzola ( 312 m). Une fois montée, nous nous dirigeons vers la deuxième, juste avant d'entrer dans la ville de Monbaroccio, une forteresse datant du 13 ème siècle. Une fois gravie, nous passons la porte principale, la Porta Maggiore pour nous diriger vers le troquet du coin, pour y déguster un cappuccino. Le temps de se faire tirer le portrait en groupe, nous descendons vers Candelara, une colline un peu plus douce que les deux précédente.

Voilà, le plus gros est fait, et direction Pesaro, la ville ou commence la « Strada Panoramica ». La route panoramique commence par monter, logique, puisqu'il nous faut un panorama de choix. Ca monte quand même, les villages culminent a 170 m environ. Il faut dire que nous sommes sur les terrains privilégiés du Pirate, Marco Pantani.

La route tient toute ses promesses, mélanges de nature, de la végétation luxuriante et de petits villages pittoresques. Surtout celui de Fiorenzola. Les jambes sont dures, ça commence à coincer un peu dans les montées. Mais bon, un fois passé Gabicé Mare, le terrain est plus propice aux rouleurs.

Nous rentrons bon train, et après 04 h 00 de route et 105 km, 1250 m de dénivelé. IL est temps de rentrer. Direction la douche et surtout l'oasis de bien être. Les piscines à jets lympho drainants, l'eau a 35 °, la grotte des arômes. Bref Daniel et moi y sommes restés plus d'une heure. C'est très relaxant.

Une fois terminé, nous nous sommes promenés en ville, noire de monde. Pour un dimanche après midi, nombreux commerces sont ouverts. Une dernière virée le long de la digue et retour à l'hôtel.

1jpg.jpg

DSC09798.JPG

Daniel, Eddy et les cyclos d'Orchies

DSC09799.JPG

DSC09803.JPG

DSC09804.JPG

Monbaroccio

DSC09806.JPG

Le groupe Limoncino

DSC09807.JPG

DSC09809.JPG

Paysage de la Panoramica

DSC00343.JPG

DSC00342.JPG

DSC09810.JPG

Limoncino a Fiorenzola

DSC00340.JPG

DSC00351.JPG

DSC09811.JPG

Décontraction

Lundi 11 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie du jour, Montealtavellio - Vecciano

Aujourd'hui nous dînons a la maison de campagne du père de Stéfano Guiliodori, le directeur de l'établissement. Un parcours modeste de 85 km.

Au menu pic-nic géant, buffet froid, pizza et pasta.dans un cadre champêtre.

09 h 30 Départ de la randonnée, nous commencerons par une bonne partie de plat. Nous passons a côté du circuit de Mizano, c'est la seule curiosité du coin. Il nous faudra attendre St Clemente pour rencontrer une montée digne de ce nom. Le temps n 'est pas au beau fixe, nuages et un peu de brouillard nous empêche d' admirer le paysage. Les routes sont en très mauvais état, et comble de l'histoire, nous sommes sans cesse, assaillis de bruits de klaxon. Si on pouvait leur supprimer, quel bonheur.

11 h 00, premières gouttes de pluie, il fallait s'en doutait, vu la météo.

Nous rencontrons nos premières difficultés a Montegrimano et Montelicciano. Des monts de plus de 550 m. Le plus impressionnant est la descente de Montelicciano, les mains sur les cocottes tout au long de la descente. Des pancartes en permanence ou l'on peut lire «  Frano ». Bref, aux seuls moments d'accalmie, nous regardions le rocher de St Marino.

Nous finirons la première période de la randonnée par une partie de manivelles. Avant de tourner plein pot vers la villa des Guilodori. Une petite grimpette de 100 m, mais très abrupt. Plusieurs chutes sont a dénombrées.

Il est temps de se changer, et de se diriger vers le buffet. Pizza, piadina, salami, fromage, et pâtes.

Un vrai repas de cycliste. Nous apprécions notre repas, malgré la moiteur. Le repas sera conclut par une bonne Limoncello maison.

14 h00, c'est le rappel des troupes, tous en selle. Il nous reste peu de kilomètres avant d'arriver a Riccione.

17 h 30 Marché au salon de l'établissement de vêtements cyclistes a l'effigie de l'hôtel. Nous finirons cette journée par un bon repas et un moment de détente dans la grotte des arômes et aux piscines.

2.jpg

CIMG0358.JPG

 DSC09819.JPG

DSC09820.JPG

Décontraction en attendant le groupe Cappuccino Super

DSC09823.JPG

Pic nic géant chez les parent de Stéfano

DSC09825.JPG

Les explications pour la grande étape du lendemain

DSC09826.JPG

Public attentif

DSC09824.JPG

Tous a table

100_3000.JPG

100_2999.JPG

Moments de détente

DSC09828.JPG

Supermarche au salon

Mardi 12 octobre 2010

Aujourd' hui étape reine de 135 km, Sogliano – Barbotto. Le départ est fixé une heure plus tôt, vu le kilomètrage.

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la journée.

08 h 30 Départ de la randonnée, nous empruntons une portion de plat en quittant la ville. La première côte de la journée n'est pas longue, elle se trouve a St Lorenzo a monte, elle culmine a 130 m. Mais déjà, elle laisse entrevoir la suite.

Km 50, nous montons plus haut avec la montée de Borghi. Puis le premier col a 385 m, Sogliano. Nous sommes au km 50. Soglianoest une colline des Apennins romagnols. La c'est tout autre chose, j'arrive a ne pas me faire distancer et je finis avec les autres. Mais c'est dur.

Nous nous dirigeons maintenant vers le Barbotto, un autre col qui se situe a Mercato Saraceno. Une porte d'entrée d'un véritable calvaire pour les amateurs de vélos. Longue de 4,7 km, elle culmine a 515 m, avec des dénivelés frôlant les 18 % a certains moments. Il faut monter a la pointe du jarret. Quand a moi, j'ai monté a mon train. J'ai du mettre pied a terre, une vingtaine de mètre, suite a une crampe. Une fois gravie, je suis heureux de voir les autres s'être arrêtés, au «  Bar Ristorante de Barbotto ». Une bonne collation, une « birra » fraîche, pour se désaltérer. Et c'est reparti, pour la descente, les mains sur les cocottes.

Fini, pour le moment, cols et autres montées. Un peu de plat pour respirer un peu. Mais les bonnes choses ont une fin, avec l'approche vers Verucchio, au km 100.

Elle culmine a 296 m, elle doit être d'une longueur de 1,5 km. Arrivés en haut, nous avons à peine le temps de regarder la vallée de Marecchia. Une vue splendide sur la plaine.

Il nous reste une bonne trentaine de kilomètres a parcourir pour finir notre parcours. On finira par une bonne partie de manivelles, roulant entre trente cinq et quarante cinq kilomètres. Nous faisons notre entrée a Riccione, avec une bonne motivation pour locomotive. Une belle italienne venu jouer avec nous cette fin de parcours.

Nos 130 kms sont bouclés, direction le restaurant, manger des pâtes. Après une bonne douche, nous prendrons une fois n'est pas coutume, le chemin des piscines. Une bonne séance de relaxation, avec jets, SVP.

3.jpg

DSC09830.JPG

Limoncino et Jamie Burrow

DSC09832.JPG

CIMG0405.JPG

CIMG0408.JPG

Sogliano

Barbotto_Mercato_Saraceno_profile.gif

CIMG0414.JPG

Le Barbotto

24052009062.jpg

DSC09836.JPG

Passage oblige de la Nove Colli

DSC09837.JPG

CIMG0429.JPG

Le bar Barbotto

CIMG0432.JPG

Limoncino

Mercredi 13 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie du matin. Aujourd'hui, c'est le jour de repos des guides, pas de randonnées a l'horizon. Mais, nous décidons a trois de monter le Mont de St Marino.

La pointe orientale du massif montagneux des Apennins, Un mont qui culmine a 790 m.

09 h 00 Départ des trois courageux, avec en prime un crachin du matin. Et comme dit mon ami Alain, «  Pluie du matin, n'arrête pas le pèlerin »

Nous savons que pour y aller, il nous faudra parcourir 25 km, avant de s 'attaquer au Mont.

Nous roulons bon train, nous escaladons quelques montées en guise de mise en jambes. Mais nous sommes vite rattraper par le manque de connaissance du terrain. Nous empruntons la grande route qui mène a St Marin.

Nous attaquons les premiers pourcentages a 13 km du sommet. Petit a petit, nous grignotons sur la montagne. Le seul problème, est la circulation. Omniprésente tout au long du parcours. Nous traversons les faubourgs, Dogana, Serravalle, Domagnano, Borgo maggiore. Les montées sont de plus en plus dures. Les gouttes de sueurs dégoulines le long du visage. Arrivé, a 600 m du sommet, je me fais percuter par une voiture. Encore une fois, les italiens ne respectent en rien les devoirs du bon conducteur. Pour gagner 10 m, cette automobiliste féminine n'a pas hésité a me pousser pour pouvoir se garer plus rapidement. Après une bonne engueulade, et des «  Scusi, en veux tu, en voilà ». Je repars de nouveau, pas de casse. Nous nous approchons du point le plus haut, accessible en voiture.

Ça y est, nous passons devant la porte de la cité, c'est la fin. Le compteur indique 690 m de dénivelé. La température est de 9 °, le brouillard est de la partie. Durant les derniers mètres de l 'ascension, nous n'arrivions plus a se voir a plus de 50 m. Une photo souvenir, un bon cappuccino et nous redescendons vers Faetano. Le chemin sera plus court, tant mieux nous sommes un peu pressé par le temps. Nous devons rentrer avant 14 h 00, pour l'excursion de l'après midi.

Nous roulons entre 35 et 38 km/h, avec des pointes a plus de quarante. Arrivés dans les alentours de Riccione, la pluie refait son apparition. Nous serons un peu mouillés en fin de parcours.

Voilà 60 km effectués, pour un jour de repos.

14 h 00, Départ de l'excursion sous la pluie. Et devinez, ou nous allons. A St Marin. Mais en bus cette fois là. Nous serons un peu déçu du voyage puisqu'il y a du brouillard, et que nous n'y voyons rien.

DSC09845.JPG

DSC09844.JPG

Trois courageux a l'assaut du Mont St Marino

IMG_1560.JPG

photo de St Marin l'après midi ( photo d'Alain Privé )

DSC09846.JPG

Dégustation au Pic nic de St Marin

SDC11134.JPG

Philippe, notre accompagnateur et testeur ( photo d'Alain Privé )

DSC09850.JPG

Souper du soir

Jeudi 14 octobre 2010.

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie de la journée.

Aujourd'hui je roule avec le groupe Borghi e Castelli, je rejoins donc Daniel et Cesare pour une séance de photos souvenirs.

Nous sommes accompagnés d'Eddy, notre guide pour cette balade. Il n'y a pas de grosses difficultés sur le parcours. Une seul bosse au programme. Nous prendrons donc des photos, ce pour quoi nous sommes venus.

Les 57 km sont bouclés assez vite, ce qui nous permettra de rentrer tôt et pouvoir se reposer un peu avant la grande randonnée. Nous profiterons de cet après midi pour visiter le grand centre commercial de Rimini, le Befane. Il fait honneur a sa réputation, il est vraiment gigantesque.

Nous finirons cette journée, par un retour en bus. Les italiens sont dangereux en voitures, et je confirme, ils sont aussi dangereux en bus.

5.jpg

DSC09853.JPG

Philippe, Daniel et Cesare

DSC09855.JPG

Cesare

DSC09857.JPG

Daniel

DSC09862.JPG

DSC09870.JPG

CIMG1149.JPG

Un petit coup de pouce

DSC09879.JPG

DSC09887.JPG

4.jpg

Philippe et Jean

Vendredi 15 octobre 2010

07 h 30 Départ pour le petit déjeuner et préparatif de la journée.

Ajourd'hui c'est une randonnée spéciale, Gérard et moi partons seuls pour effectuer la Montée du Cippo, le mont le plus haut de la région. 1410 m d'altitude, et terrain privilégié du «  Pirate ».

Nous comptons faire le «  Tour des 3 régions »,Romagne-Marches-Toscane, de Riccione a Passo Cantoniera puis retour Riccione.

Quand je dois préparer les courses par étapes comme le Giro et le Tour, je n'ai pas besoin d'aller France pour grimper l'Alpe d'Huez, le Galibier, plutôt que le Gavia, le Stelvio ou Mortirolo en Italie.

« A me basta il Cippo della Carpegna è qui che trovo subito tuute ai miei perché » Pour moi, c'est juste la Carpegna Cippo se trouve ici que toutes les réponses à mes pourquoi.

Marco Pantani.

Voilà qui veut tout dire, C'est une belle grimpette en perspective. Drelli, le mécanicien nous donne quelques conseils avant de partir. Nous faisons le plein de victuailles et bourrons nos musettes.

C'est une ballade de 150 km qui nous attends.

08 h30 Départ pour Coriano et puis déjà nos première montée sur Croce. Les jambes sont lourdes et le départ tranquille.

Km 25, Mercatino Conca et ses 285 m l'altitude, et nous faisons que monter. Nous savons que pour rejoindre Carpegna, il faudra effectuer 50 km et un minimum de dénivelé de 750 m au pied du Mont.

Km 35 Montecerignogne et ses 450 m, on ne rigole plus. Les villages que nous croisons sont de plus en plus haut a atteindre.

Km 45 Villagrande et ses 768 m. Encore plus haut, nos regards commence a pointer les collines aux alentours. Nous cherchons a apercevoir le Cippo.

Mais tout se ressemble, des collines partout. Les paysages sont magnifiques. La nature verdoyante. Nous avons de la chance, il ne pleut pas, il ne fait pas froid et les vues dégagées. Temps idéal pour monter.

Km 50 Carpegna, nous y sommes. Un petit panneau nous indique la direction du camping et de ses 1100 m de dénivelé. Nous ne sommes pas encore dans le mont que déjà cela s'annonce difficile.

Nous demandons aux villageois, la route du Cippo, ils nous l'indique et rien qu'a voir leur visage, on ne va pas rigoler.

Et c'est parti pour 7 km d'ascension, mais au bout de 100 m, on se croirait dans le Mur de Huy ou la Redoute. Les doutes s'installent et on se demandent si on va faire demi-tour. Et puis ça se calme, Gérard passe devant et ouvre la route. Je reste derrière et monte a mon rythme. On ne sais jamais.

Ça grimpe et nous pouvons admirer les inscriptions et panneau a la gloire des champions du Giro.

Nous arrivons a 1100 m, au camping. Le temps d'immortaliser cette instant en prenant une photo devant la stèle de Marco.

Je ne peut plus faire demi-tour, Gérard m'a emmener trop haut, il faudra grimper jusqu'au 1400 m. Et c'est reparti pour une deuxième ascension sur des routes remplies de feuilles mortes, glissantes a souhait.

Les virages deviennent de plus en plus relevés, et les pourcentages s'envolent. Je revois Gérard venu me chercher pour m'annonçer que c'est la fin .

1400 m, nous y sommes. Une dernière halte a une autre stèle de Marco Pantani. Des photos souvenirs et des regards ébahis sur l'horizon. Nous dominons les vallées. Il va falloir redescendre sur Miratoio.

3 km de descente dangereuse, les routes étroites et parsemées de feuilles mortes. Les freins vont bon train.

Le vent est puissant, même sur le plat, il faut pédaler fort.

Km 65, la ou on croyait que tout était fini en montée, c'était sans compter Petrella. Une petite montée qui laissera des traces sur les organismes. Pendant 30 km nous redescendrons mètres après mètres tout le dénivelé parcourus a l'aller.

Il nous reste une dernière difficulté a passer. La montée de Tavoleto et ses 387 m d 'altitude. Chose faite, pas sans grande difficulté. Il nous reste une trentaine de kilomètres de plat jusqu'à Riccione.

Nous roulons bon train, car nous voyons que le temps est en train de changer.

Nous entrons dans Cattolica et nous nous dirigeons vers la route la plus rapide et directe qui nous mènera vers Riccione. Pas de bol, nous finirons cette belle ballade avec la pluie, mais heureux d'avoir pu en finir avec le Cippo.

Le temps de se doucher, nous finirons cette après midi par un bain hydromassant pour l'un et une bonne glace a la « Gélatéria Adler » pour l'autre. Une glace italienne a la crème de lait et a la crème d'orange.

Bien mérité je vous l'assure.

Le souper terminé et c'est direction le salon de l'hôtel pour le visionnage des photos prises ça et là.

Un retour en chambre pour finir de remballer les valises, les bonnes choses ont une fin.

Demain c'est samedi et le dernier jour des vacances.

 8.jpg

 altimetria_salita_cippo.gifaltimetria_itinerario_4.jpg

DSC09898.JPG

DSC09899.JPG

DSC09900.JPG

DSC09903.JPG

Le Cippo

9.jpg

DSC09905.JPG

Gérard a la stèle du restaurant

DSC09906.JPG

DSC09908.JPG

DSC09909.JPG

Marco, on entends seulement ta respiration

10.jpg

Le Carpegna, j'en n'ai assez

DSC09911.JPG

DSC09913.JPG

Ca c'est le ciel du Pirate

DSC09912.JPG

12.jpg

DSC09915.JPG

DSC09916.JPG

Tavoleto

Les bonnes choses ont une fin. Dommage que le temps n'est pas été au rendez-vous.

Nous avons pu rouler quand même, mais au niveau excursion ce n'était pas la joie.

Bien logés et une alimentation de qualité, l'hôtel Dory a bien rôdé son établissement.

L'ASBL RICCIONE BIKE de Jean a enmené plus de 10 000 cyclos sur les routes romagnoles.

Elle continuera sans doute a le faire dans les prochaines années, souhaitons lui bonne chance.

Un grand merci aux guides pour leurs connaissances du terrain.

Merci a Bartolo pour son professionnalisme.

Merci a Drelli pour sa disponibilité et ses conseils.

L'ambiance a été idéale tout au long du sejour, une bonne interconnexion entre les cyclos.

Merci a Philippe, notre accompagnateur.

Merci aussi a Franco, Marie Claude, Cesare et Myriame pour leur connaissance de l'italien.

 

zz_Slide chiusura.jpg

 

 

07:49 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philippe, cyclos, monts, riccione | Digg! Digg |  Facebook | |