04/03/2012

MUSIQUE


                                              

podcast

 

   MIN BIAU VELO     



1er couplet:

 

Y'avot pas six mo qu'j'étos à la r'traite,

Que déjà j' m'innuyo ch'savo pu à quoi m'mette,

Euj' deveno tout à rien j'me suis dit Simon,

Faut faire quet' causse faut qu'té treuf ainne occupation,

Et si t'essayo d'fair' d'ainne pierre deux coups,

Fai' fond' tin bidon et pi dérouiller tes g'noux,

Mais l'foot et l'tennis cha m'a pas réussi,

Alors final'min chez l'vélo que j'ai choisi.

 

Refrain:

 

J'ai acaté un biau vélo, tout équipé in Chimano,

Y faut venir eum vir tous les dimanches matins,

In train d'user mes boyaux sur tous chez quémins,

Mi j'in conno, un bon rayon, sur ché pédales sur ché bidons,

Euj' peux vous dir' combien qu'eum chaine al a d'mayons,

Et pi aussi combien qu'y a d'dints sur mes pignons.

 

2ème couplet:

 

Y faut que j'vous dise qu'au début je n'ai sué,

Cha faiso pu d' vingt ans que j' n'avo pas roulé,

J'avo eu l' popotin complét'min démoli,

Des crampes à mes mollets et mes poumons garzis,

Mais j'ai continué sérieus'min m' n'entrainement,

Eu j'roulo d'plus in plus par n' importe quel temps,

Tant et si bien qu'pour fair' honneur à min maillot,

J'me suis inscrit ch't'année pour fair' Lill' Hardelot!

 

3ème couplet:

 

Eum' femme rabbat joie al me répéte toul temps

Qu'al est toudis tout' seule les tro quart du temps,

Euq' pour fair' cha euj' peut artourner vir eum mère,

Ou bien alors aller louer ainne "chambre à Aire"

Mais j'ai bien l'impression que chez elle qui débloque,

Qu'y faut que j'mette un "frein" à ses idées loufoques,

Peut-êtes qu'elle aussi al voudro fair' du vélo,

Etant donné sin poids y'in faudro un costaud! 

 

SIMON COLLIEZ

 

 

 

 

 podcast

 

A BICYCLETTE

 

Quand on partait de bon matin
Quand on partait sur les chemins
A bicyclette
Nous étions quelques bon copains
Y'avait Fernand y'avait Firmin
Y'avait Francis et Sébastien
Et puis Paulette

Nous étions tous amoureux d'elle
On se sentait pousser des ailes
A bicyclette
Sur les petits chemins de terre
On a souvent vécu l'enfer
Pour ne pas mettre pied à terre
Devant Paulette

Faut dire qu'elle y mettait du coeur
C'était la fille du facteur
A bicyclette
Et depuis qu'elle avait huit ans
Elle avait fait en le suivant
Tous les chemins environnants
A bicyclette

Quand on approchait la rivière
On déposait dans la fougères
Nos bicyclette
Puis on se roulait dans les champs
Faisant naître un bouquet changeant
De sauterelles, de papillons
Et de reinettes

Quand le soleil à l'horizon
Profilait sur tous les buissons
Nos silhouettes
On revenait fourbus contents
Le coeur un peu vague pourtant
De n'être pas seul un instant
Avec Paulette

Prendre furtivement sa main
Oublier un peu les copains
La bicyclette
On se disait c'est pour demain
J'oserai, j'oserai demain
Quand on ira sur les chemins
A bicyclette

 

 

 

 

16:22 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.