27/10/2014

BIKE MOTION BENELUX 2014-2015

1lbmlk5uffumb.jpg

Bike Motion est le salon des amateurs de cycles. Une manifestation où sont réunis les différents modèles, les nouveautés dans le monde du vélo et les dernières technologies et accessoires qui vous permettront d' améliorer votre machine.

Il est vrai qu' on en a pour tous les goûts . Des vélos de course, des VTT, de trekking, de ville, à assistance électrique, un panel de vélos  pour tout style de personne. Bref, le choix est large et conséquent, et pour tout budget.

Le Bike Motion est aussi un endroit d' échange où professionnels et amateurs participent à des discussions , des forums, des interviews, des démonstrations .

Alors, si c'est l' endroit où l'on doit être, il ne faut pas rater ce rendez-vous. C'est à quatre, que nous prenons la direction du Jaarbeur Plein d' Utrecht. Deux heures trente de route, pour être présent à l' ouverture dès 10h. Le temps est magnifique et la température avoisine les 15°.

Nous arrivons sur place et déjà il y à foule. Nous nous apercevons que nous ne sommes pas les seuls à fouler les salons. Le Jaarbeur partage l' affiche du Bike Motion avec un autre grand ténor , le roi du jouet pour enfants, LEGO. Petits et grands se précipitent eux aussi pour ne pas rater cet événement.

Nous entrons, et directement, nous foulons le stand d'un grand nom du vélo, le canadien Cervélo. Nos sens sont déjà en éveil,  du beau, rien que du beau. Nous quittons ces Américains pour dessiner un plan de route dans ce dédale d' allées.

La visite s'avère être longue, 4 halls dédiés aux exposants sans compter les halls de démonstration.

Notre second grand stand sont les allemands de chez Rose, et en faisant le tour des vélos. On peut déjà voir les grandes tendances du moment. Nous aurons cette année à faire à de nombreux copieurs, qui ne ferons que de se neutraliser dans ce business du cycle. On regarde chez les autres, on les imite, on les copie, mais on ne créer rien de nouveau ou presque. Voilà au bout de deux stands ce que l'on peut s'attendre à voir.

Et pour étayer ces dires, ils nous suffit de prendre le cas des vélos Salsa ou Surly, ces vtt avec d' énormes roues pour pratiquer dans le sable. Et bien maintenant Salsa et Surly n’ont plus le quasi-monopole de ce modèle. Presque tous les grands noms du vélo qui produisent des mountains bikes ont un modèle identique dans leur catalogue. Et vous verrez que cela concerne d' autres vélos tels que les routes avec des freins à disques, des "hybrides" et des "cross" à freins à disques, des vtt à assistance électrique.

Il faut innover, ce n'est pas parce qu'un modèle à des haubans excentrés, où qu'il se pourvoie de freins à disque, où roule sur des pneus exorbitants, où sont de couleur mat qu'il faut absolument avoir ces modèles dans son catalogue.

Il suffit de regarder ces petits constructeurs ou artisans du vélo qui sans beaucoup de moyens cherchent à faire évoluer leurs modèles, où créent des choses différentes.

Les vélos, cette année ne présentaient pas de grosses modifications. Seule une tendance vers le " light " avec des vélos avoisinant les 6 kg ou des évolutions de modèles existants. La forme des cadres tendent à être de plus en plus furtif, tel que Haibike, CKT, et bien d'autres.

A part peut être quelques modèles tel que l' Emonda de chez Trek, Le Skylon de chez Time, qui eux sont de vraies nouveautés.

Question esthétique, si l'an dernier la peinture mat s'est taillée la plus grosse part du gâteau, et bien cette année on continue. Mais le mat, se démocratise et prend de la couleur. On élargit la palette. Les couleurs bonbons acidulées arborent les VTT, et des couleurs moins vives, les coursiers.

Côté équipements, Shimano tient le haut du pavé. Son DI2 équipe l' essentiel des vélos haut de gamme, et l' entrée de son DI2 XTR, laisse présager qu'ils feront de même avec ce groupe pour VTT. Pour avoir testé les deux au salon, ce qu'on remarque est la fluidité du passage de vitesse, impressionnant.

La seule chose intéressante là dedans, est la baisse significative des prix des vélos. Crise oblige, exit les vélos ou les prix s'envolent. Place aux premières montes et milieu de gamme. Vous pourrez cette année vous offrir un beau vélo pour 1500 €, et si le cœur  vous en dit, vous doter d'un vélo avec des freins à disque pour 1700 € environ.

Vu aussi, des choses intéressantes chez les accessoiristes tels que Shimano, Campagnolo, Tacx, Wattbike, Sram, Magura, etc....

Des stands d'essai, où l'on pouvait tester le dernier groupe Vtt Di2 XTR de chez Shimano, avec indicateur de vitesse au guidon. C'est magique et limpide. On sent le concentré de technologie au bout de ses doigts.

Ou alors essayer un home trainer dernière génération de chez Tacx. Plusieurs modèles mis à disposition pour les utilisateurs. De quoi se faire une idée seul du produit où alors, se " tirer la bourre " entre aficionados.

On retrouve la même chose chez Wattbike. Rien de mieux que de pouvoir essayer un produit à plus de 3000 €.

Dans un autre registre, on aperçoit un grand nombre de voyagistes. Proposant des séjours clé en main dans les cinq continents. L' Afrique et les USA sont les destinations les plus prisées. Au vu des prix demandés, on aurait tort de s'en priver.

Un grand stand, dressé au milieu d'un hall présenté comme l'an dernier des mini ateliers, où chacun pouvait suivre les mécaniciens ou artisans du cycle s' affairer sur leurs produits. On y assemble, monte, peint différents composants et vélos, sous les yeux des badauds intéressés par ce genre de démonstration. Il est vrai que  lorsque l'on dispose d'un vélo de nos jours, il s'avère de plus en plus technique. Chaque entretien ou réparation chez le vélociste commence à avoir un coût. Alors pourquoi, ne pas le faire soi même, le but étant d"avoir un minimum de connaissance et le bon outil.

En marge du vélo, nous avons rencontré quelques pointures comme Kenny Belaey, plusieurs fois champion du monde de vélo trial. L'ex coureur pro, Thomas Dekker, sur le stand Garmin. L'ex champion italien André Tafi sur son stand. Et bien sur quelques belles qui arborées les allées dans leurs tenues sexy.

Malgré la crise quelques stands avaient déployé les grands moyens, avec un grand nombre de vélos exposés, Bulls, Cube, Merida, Focus. Malgré cela quelques grands noms du vélo, manqués à l' appel, tel que Look, Lapierre, Specialized, Orbea.

J'ai quand même eu le plaisir d'y rencontrer beaucoup  de vélos titane. Ce matériau solide et léger à la fois. On ne peut être qu' admiratif devant des objets fait main, nécessitant des soudures parfaites. C'est quand même autre chose que ces vélos construits dans des moules.

Nous quitterons le Jaarbeur avec nos sacs remplis de prospectus, de gadgets et autres casquettes. Si on devait retenir une seule chose de ce salon, c'est le tarif abordable de certains vélos. Ce n'est plus la peine de se ruiner pour rouler sur du " beau " ou

" autrement ".

Alors faites vos économies, 2015 sera l' année du changement de vélo.

  

     Ingang_Oost_jaarbeurs_Utrecht.jpg

Utrecht, qui accueillera le départ du Tour de France 2015

DSC_0001 (3872x2592).JPG

10 h, arrivée au Jaarbeur.

Les grands et les petits se pressent pour arriver soit au Bike Motion ou chez Lego.

DSC_0002-001 (3872x2592).JPG

 Le Jaarbeur d' Utrecht, 4 halls destinés aux exposants. Rajoutez à cela, les aires de jeux et de démonstration.

Et la piste d' essai des Vélos à assistance électrique.

Plano.jpg

82 exposants de vélos, 99 d' accessoires, 77 de vêtements, 30 de tourismes, 38 de nutritions et 42 de formations.

De quoi satisfaire notre curiosité.

DSC_0003 (3872x2592).JPG

KTM Révélator Prestige DI2.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, roues Mavic Cosmic SLE.

Poids : 6,7 kg,

Prix : 6999 €.

DSC_0004 (3872x2592).JPG

BDB Pro Line. Vélo hollandais.

Configurer votre modèle.

DSC_0005 (3872x2592).JPG

BDR Magnan.

 27, 5' ou  29' .

Remarquer le retour aux sources des fourches rigides.

DSC_0006-001 (3872x2592).JPG

Rose X Lite Team, poids cadre 795 gr.

Haut module aérospace carbon, Sram Red, Mavic Sys SLR,

Poids : 5,8 kg.

Prix : 4259,67 € précisément.

Le modèle ci dessus ne dépasse pas les 5 kg.

DSC_0012 (3872x2592).JPG

Tige et selle AX Lightness.

Le top en matière de Light.

DSC_0009 (3872x2592).JPG

Rose Xéon CDX 4000 Disc.

 poids cadre 995 gr.

Haut module aérospace carbon, Shimano Dura Ace 9000, Roues DT Swiss rc 28.

Poids : 6,95 kg.

Prix : 3862,85 € précisément.

DSC_0015 (3872x2592).JPG

Rose X Lite CRS.

 poids cadre 920 gr.

Haut module aérospace carbon, Campagnolo Chorus, Roues Campagnolo Zonda.

Poids : 6,45 kg.

Prix : 2744,36  € précisément.

DSC_0014 (3872x2592).JPG

Tige de selle mono rail Ritchey.

DSC_0016 (3872x2592).JPG

Rose Tusker.

Cadre alu, Shimano STX/XT

Poids : 14,3 kg.

Prix : 1219,15 €.

DSC_0018 (3872x2592).JPG

Une copie des phénoménals Salsa et Surly.

DSC_0022 (3872x2592).JPG

Kenny Belaey.

Plusieurs fois champion du monde de Trial.

Exercice d' autographe au stand Continental.

Celui-ci fera démonstration sur démonstration de son talent au parc Trialshow

DSC_0023 (3872x2592).JPG

  Idworkx Racing Tirolher.

Cadre Linskey titane, Rock Shox SID XX.

Roues Rohloff  avec jantes No Tubes Crest 29 '.

Poids : 11,6 kg.

DSC_0025 (3872x2592).JPG

Le même avec la dernière fourche Rock shox RS-1.

Poids : 12 kg.

DSC_0025-001 (979x1236).JPG

Fourche hydraulique 100 mm.

Rock shox RS-1.

DSC_0026 (3872x2592).JPG

Un bon pancartage évite les erreurs.

DSC_0027.JPG

Bulls, grand nom du vélo allemand.

Pas moins de 21 modèles différents dans leur catalogue.

Route, vtt, hybride, pour femme et enfants.

DSC_0028 (2592x3872).JPG

 Chez Bulls, pas de changement pour les vélos de route.

Le Bulls Night Hawk tient le haut du pavé, pour un prix raisonnable de moins de 3000 € environ.

Cadre carbon, équipé en Shimano Ultégra DI2, roue Mavic Ksyruim SLS.

Le Bulls Alpine Hawk Team DI 2, cadre carbon, équipé Shimano Dura Ace, freins à disque, roues Mavic Ksyruim Pro Disc.

Prix 4990 €.

DSC_0030 (3872x2592).JPG

Toute la mécanique du Bulls Wild Core.

Vélo de descente en aluminium, équipé d'une fourche Manitou Revox 200 mm à l' avant.

Et d' un amortisseur Manitou Dorado 200 mm à l' arrière.

DSC_0032 (3872x2592).JPG

Disques Shimano 200 mm, notez le tendeur de chaine.

3590 €.

DSC_0033 (3872x2592).JPG

Une des premières monte vtt, accessible à tous. Pour les modiques prix de 499 €.

Les Charptail.

Cadre alu, Fourche Suntour 100 mm, Shimano Altus.

DSC_0035-001 (3872x2592).JPG

Le WielerCafé.

Moment de détente en compagnie d'une bonne " Mousse "

DSC_0036 (3872x2592).JPG

Le stand Amstel Gold Race, présentait sa nouvelle édition.

DSC_0038 (3872x2592).JPG

Dedacciai Atleta.

Cadre carbon, groupe Miche SWR.

Prix : 4725 €.

DSC_0040 (3872x2592).JPG

Dedacciai Flash TT.

DSC_0041 (3872x2592).JPG

Dedacciai Ran.

Cadre carbon, groupe Miche Supertype.

Prix : 6895 €.

DSC_0043-001 (3872x2592).JPG

Étriers de freins Miche Supertype.

 DSC_0044-001 (3872x2592).JPG

Sensa Calabria.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2, roues Supra élite carbon.

Prix : 3496 €.

DSC_0046 (3872x2592).JPG

Sensa Lombardia Pro.

Cadre carbon, Shimano 105, roues Supra.

Poids :  8 kg.

Prix : 1749 €.

DSC_0048 (3872x2592).JPG

Sensa Fiori Pro.

Cadre carbon, Rock shox reba, Shimano XT, Roues Supra.

Prix :  2049 €.

DSC_0050-001 (3872x2592).JPG

Polygon, marque hollandaise.

Ici le Collosus T8.

Cadre carbon, Fox 32 float, Shimano XT.

Poids :  13,86 kg.

DSC_0051-002 (3872x2592).JPG

Beau spécimen chez Morgan Blue.

Des produits d' entretien et de massage.

DSC_0053 (3872x2592).JPG

Le Ridley Hélium couleur vintage de Dumoulin.

Lors du dernier Tour de France 2014.

Une journée en jaune pour ce jeune français.

DSC_0054 (3872x2592).JPG

Le dernier Ridley Noah Fast d' André Grepel.

Allias Le Gorille.

Lors du dernier Tour de France 2014.

DSC_0055 (3872x2592).JPG

Le nouveau Ridley Noah SL.

Avec ses haubans excentrés, comme hélas beaucoup d' autres modèles.

Je possède l' ancien modèle, et je le trouve plus beau.

DSC_0097 (3872x2592).JPG

Le mur d' envie, de chez Ridley.

DSC_0056 (3872x2592).JPG

Cube, cette année avait ramené la grosse armada.

Un stand énorme, avec beaucoup de modèles présentés.

Pour tous et tous les goûts.

Ils avaient aussi présentés tout une gamme d' accessoires et de vêtements.

DSC_0057 (3872x2592).JPG

Cube Stéréo 160 super HPC.

Cadre carbon monocoque, fox 32 float, Shimano XTR.

Poids :  11,9 kg.

Prix : 4999 €.

DSC_0063 (3872x2592).JPG

Le must, Cube Elite C68 SLT 29.

Cadre carbon, Rock shox RS-1, Shimano XTR.

Poids :  9,1 kg.

Prix : 6999 €.

DSC_0061 (3872x2592).JPG

Même les petits avaient de quoi choisir, le modèle et la couleur.

Des modèles allant de 129  €a 599 €.

DSC_0067 (3872x2592).JPG

Cube Réaction GTC SL 29.

Cadre carbon, Fox 32 float, Shimano XT.

Poids :  10,7 kg.

Prix : 1999 €.

DSC_0062 (2592x3872).JPG

Des équipements de choix et un beau panel de couleur.

De quoi égayer vos sorties.

DSC_0059 (3872x2592).JPG

Un modèle pour Ladies, le Cube Axial WLS GTC SL

Cadre carbon, Shimano ultegra.

Poids :  7,8 kg.

Prix : 1999 €.

DSC_0065 (3872x2592).JPG

Le must, le Cube Litenning C68 SLT.

Cadre carbo, Shimano Dura Ace, roues Mavic Cosmic.

Poids :  6,4 kg.

Prix : 7299 €.

DSC_0069 (3872x2592).JPG

Chez Merida, pas de nouveautés.

Un Merida Scultura 300, Shimano Tiagra.

Prix : 999 €.

DSC_0070-001 (3872x2592).JPG

Merida Réacto team.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace, roues Fullcrum Red Wind.

Prix : 7499 €.

DSC_0078 (3872x2592).JPG

Willier Twin Blade.

Cadre carbon monocoque, Shimano Dura Ace, roues Fullcrum Racing Speed.

Poids :  7,8 kg.

Prix : 8198 €.

DSC_0080 (3872x2592).JPG

Poste de pilotage Vision Trimax.

DSC_0081 (3872x2592).JPG

Haubans excentrés.

DSC_0072 (3872x2592).JPG

Le Willier Cento 1 SR.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2, roues Fulcrum Racing 3.

Poids : 7,3 kg.

Prix : 4999 €.

Rajouter l' option roues Mavic Cosmic SLE.

DSC_0082 (3872x2592).JPG

Le Willier Zero 7.

Cadre carbon monocoque, Shimano ultegra DI2, roues Mavic Ksyrium SLR.

Poids : 6,8 kg.

Prix : 6998 €.

DSC_0084-001 (3872x2592).JPG

Willier GTR Granturismo.

Cadre carbon monocoque, Campagnolo Veloce, roues Miche.

Poids : 8,21 kg.

Prix : 1598 €.

DSC_0073 (3872x2592).JPG

Willier Cento 1 Air.

 Cadre carbon monocoque, Shimano Dura Ace, roues Fullcrum Racing Speed.

Poids : 7 kg

Prix :7148 €

DSC_0074 (3872x2592).JPG

Pédalier FSA carbon SLK.

DSC_0075 (3872x2592).JPG

Et toujours ces haubans excentrés.

DSC_0086-001 (3872x2592).JPG

Haibike.

DSC_0087 (3872x2592).JPG

Haibike Affair RX PRO.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, roues ZIPP 303.

Poids : 6,2 Kg.

Prix : 7999 €.

DSC_0089-001 (3872x2592).JPG

Haibike XDuro.

Cadre alu, moteur Bosh Mittelmotor Performance350watts, Shimano ultegra, roues Reynold Assault.

Prix : 5999 €.

Poids : 18 kg.

DSC_0093 (3872x2592).JPG

Haibike XDuro Fulllife RX.

Cadre alu, Rock Shox Recon, moteur Bosh 250 watts, Shimano XT, roues DT Swiss 466.

Poids : 21 Kg.

Prix : 3999 €.

DSC_0095 (3872x2592).JPG

Haibike XDuro Fat Six.

Un autre modèle du célèbre XDuro.

DSC_0098 (3872x2592).JPG

Vélo de contre la montre, Merckx.

Équipe pro Topsport.

DSC_0100 (3872x2592).JPG

Merckx EMX 525.

Cadre carbon, Shimano ultegra, roues Forward.

Prix : 5500  € environ.

DSC_0102-001 (3872x2592).JPG

Merckx Sanremo 76.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2, roues Fulcrum Racing 5.

Prix : 3899 €.

DSC_0104 (3872x2592).JPG

GT Grade Carbon.

Shimano ultegra, roues Stan's notube grail.

Prix : + 2500 €.

DSC_0105 (3872x2592).JPG

Le fameux triangle arrière qui à fait la réputation de GT.

DSC_0106-001 (3872x2592).JPG

Cannondale Synapse.

Cadre carbon, Shimano ultegra, roues Mavic Ksyrium Equipe S.

Prix : 2799 €.

DSC_0108 (3872x2592).JPG

Cannondale Synapse HIMOD Disc.

Cadre carbon, Sram Red Disc, roues CZERO.

Prix : 3999 € en Shimano ultegra.

DSC_0111 (3872x2592).JPG

Cannondale Scalpel 29 carbon disc.

Cadre carbon, fourche Lefty.

Prix : 6999 €.

DSC_0112 (3872x2592).JPG

cann.jpg

Cannondale Scalpel.

DSC_0114 (3872x2592).JPG

Cannondale Scalpel 29 carbon black inc.

Cadre carbon, fourche Lefty.

Prix : 9999 €.

DSC_0116 (3872x2592).JPG

Cannondale EVO Black inc.

Prix : 9999 €.

DSC_0117 (3872x2592).JPG

Cipollini Bond.

DSC_0118 (3872x2592).JPG

Cipollini RB1000.

DSC_0119 (3872x2592).JPG

Cipollini Nuke.

DSC_0120-001 (3872x2592).JPG

Fondriest TF3.

Cadre carbon, kit cadre vendu  1849 €.

Shimano ultegra DI2, roues Vision T42.

Prix : 4749 €.

DSC_0122 (3872x2592).JPG

Fondriest TF 4.

DSC_0124 (3872x2592).JPG

Au stand Fondriest.

Le Torpado Nearco S.

Cadre 1898 €.

Version Shimano XTR, FOX 32 Float.

Prix : 6598 €.

DSC_0126 (3872x2592).JPG

Fondriest TF 2.

Cadre 2398 €.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace 9000, roues Fulcrum Racing Quattro.

Prix : 5290 €.

DSC_0128 (3872x2592).JPG

Le Bianchi Infinito de Laars Boom.

Vainqueur de l' étape du Tour de France Ypres-Wallers Arenberg.

L'infinito, un spécial pavé.

DSC_0129 (3872x2592).JPG

Sur sa potence, un vulgaire strapp pour lui signaler les secteurs pavé.

DSC_0130 (3872x2592).JPG

Ce même Infinito, version tout public.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace, roues Vision Metron 40.

Prix : 5799 €.

DSC_0132-001 (3872x2592).JPG

Le haut de gamme, le Bianchi Oltré.

Cadre carbon, Campagnolo Super Record, roues Fulcrum Racing Zero.

Prix : 7999 €.

DSC_0134-001 (3872x2592).JPG

Chez Kuota, on a revu les modèles.

On a crée de nouveaux vélos tel le Kougar.

cadre 1030 gr.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2.

Prix : 4195 €.

On ne sait pas si les roues Corima sont vendues avec.

DSC_0136 (3872x2592).JPG

Kuota Khan.

cadre 840 gr.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, roues Lightweight.

Prix : 6895 €.

Avec les roues ?

DSC_0138 (3872x2592).JPG

Kuota Kryon.

carde 1120 gr.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2,roues RC full carbon.

Prix : 3495 €.

Comme toujours, avec ou sans les roues.

DSC_0144-001 (3872x2592).JPG

Kuota.

DSC_0145 (3872x2592).JPG

Exercice de style chez Taxc.

DSC_0146 (3872x2592).JPG

Nous resterons un petit moment pour tester le matériel.

DSC_0147-001 (2173x2494).JPG

DSC_0148 (3872x2592).JPG

Cet home trainer est connecté par bluethoot, et relié au smartphone.

Génial.

DSC_0149-001 (3872x2592).JPG

Carrera Scatto.

DSC_0151 (3872x2592).JPG

Carrera  Erakle TS.

Prix : Cadre 2535 €.

DSC_0153 (3872x2592).JPG

Zannata Z88.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2, roues Lightweight.

Prix : 3895 €.

Comme leur voisin Kuota, les roues ne sont pas vendues avec le vélo.

DSC_0155-001 (3043x1974).JPG

Fréderic et Thomas DEKKER.

 DSC_0157 (3872x2592).JPG

Cadre Cervelo RCA.

Produit à 50 exemplaires.

7900 € le cadre + la fourche.

DSC_0156-001 (3872x2592).JPG

Cadre R5 et fourche.

prix : 3800 €.

DSC_0160 (3872x2592).JPG

Isaac Kaon.

Cadre carbon, Shimano 105, roues Shimano.

Prix : 1880 €.

DSC_0159 (3872x2592).JPG

Isaac Elément SL.

Cadre carbon, SRAM Red, roues Forward.

DSC_0162-001 (3872x2592).JPG

Lezyne, le fabricant de pompes et d' outils de réparation.

Avait sorti tout l' attirail.

Ici , le présentoir des lampes.

DSC_0182 (3872x2592).JPG

DSC_0163-001 (3872x2592).JPG

Dans les allées ce modèle Intense de descente.

DSC_0164 (3872x2592).JPG

Baum, vélos hollandais.

Ici le Correto.

Cadre titane peint, Shimano Dura Ace, roues Forward.

DSC_0165 (3872x2592).JPG

Baum Racing, sans rappelé le célèbre design des automobiles Lancia.

La customisation est l'un des atout majeur de la société.

Leurs peintures sont signées PPG, le fabricant de peinture automobile.

Et quand on connait la qualité de leur peinture, on peut être sur que ces vélos reçoivent le must.

DSC_0166 (3872x2592).JPG

Ces vélos sont simples et ressemblent à ceux qui les enfourchent.

Un des plus beaux petits stands du salon.

DSC_0167 (3872x2592).JPG

Chez Coppi, on fait comme les autres on copie.

DSC_0168 (3872x2592).JPG

Apex, marque hollandaise.

Déjà vu l'an dernier au salon, ils proposaient de beaux vélos, pour toutes les bourses.

Apex Flare 0.8.

Cadre carbon, Campagnolo super record, roues Quasar carbon.

5900 €.

DSC_0170 (3872x2592).JPG

Apex Flare 0.8.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace, roues Quasar carbon.

Prix : 4495 €.

DSC_0172-001 (3872x2592).JPG

Dans le même stand qu' Apex, les titanes Gilbertson.

Des titanes très abordables, bien finis.

 Cadre titane, Shimano Dura-Ace 9000, roues Quasar carbon.

Prix : € 4199.

A noter le prix du cadre : 1650 €.

DSC_0174-001 (3872x2592).JPG

Minimaliste le Jifo.

Cadre alu, 9,2 kg.

Prix : 749 €.

DSC_0177 (3872x2592).JPG

Les Pilot d'Eindhoven

Des spécialistes du titane haut de gamme.

Le titane est solide, léger et hautement résistant à la corrosion, Il est fort comme l'acier, ne souffre pas de la fatigue.
 Les avantages d'un
cadre de vélo de titane: il ne rouille pas, pas de fatigue et est très fort. En outre, un cadre en titane est super confortable.

Et enfin, bien sûr, le titane est tout simplement magnifique.

DSC_0178-001 (3872x2592).JPG

Accessoires Cris King, Fourriers, Magura, Pinion, Lefty.

Que du beau et du cher.

DSC_0179-001 (3872x2592).JPG

Boîte P.18 Pinion.

DSC_0180 (3872x2592).JPG

DSC_0181 (3872x2592).JPG

Lefty carbon.

DSC_0182 (3872x2592).JPG

Rolhoff.

DSC_0183-001 (3872x2592).JPG

Le marquage est sablé, et les cadres garantis à vie.

DSC_0185 (3872x2592).JPG

Un des stands les plus prisés, à voir les badauds qui s'y intéressés.

De nombreux fans pour ces Pilot.

DSC_0176.JPG

 Le petit moteur , cela ne vous rappelle rien.

Vu sur le stand Vivax.

Le moteur électrique le plus léger, votre vélo peut ressembler à un vélo classique.

Un  poids total de 1,8 kg (batterie incluse), signifie que le vélo peut encore être utilisé comme un vélo "normal".

Le moteur est caché dans le tube de selle

Une longueur de 220 ​​mm et un choix de diamètre de 30,9 ou 31,6 parfait pour le montage dans le tube de selle. La batterie est cachée dans la sacoche de selle. Ainsi, le système est invisible.

Appuyez sur le bouton et le moteur délivre 200 watts au vilebrequin, appuyez sur le bouton de nouveau et le moteur s'arrête. Sans la puissance du moteur, vous pouvez faire du vélo comme d'habitude - sans aucune sorte de résistance.

DSC_0188-001 (3872x2592).JPG

CKT 589.

Cadre carbon 2490 €.

DSC_0186-001 (3872x2592).JPG

Intégration des freins TRP.

DSC_0189-001 (3872x2592).JPG

CKT 398  Disc.

DSC_0190-001 (3872x2592).JPG

Difficile de se renseigner chez CKT, le site n'est pas à jour, un vrai imbroglio.

Dommage cela nuit à la vente des vélos.

DSC_0191-001 (2592x3872).JPG

KT 398.

DSC_0192 (3872x2592).JPG

Scott Addict Team Issue.

Cadre 790 gr et fourche 300 gr.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace, roues Syncros.

Prix : 6499 €.

 

scottjpg.jpg

 Scott Foil.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, roues Syncros carbon.

Poids : 6,6 kg

Prix : 8799 €

DSC_0194 (3872x2592).JPG

Gambler 710.

Prix : 5499 €.

DSC_0196 (2592x3872).JPG

Énorme fourche Fox.

 scott.jpg

 Comme tous les autres, chez Scott on copie.

DSC_0197 (3872x2592).JPG

Les Home trainer Kinetic.

Robuste et silencieux.

DSC_0198-001 (3872x2592).JPG

Les italiens de chez Scapin.

Scapin Ivor.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, roues Mavic Cosmic SLE.

Prix : 9000  € environ.

DSC_0200-001 (3872x2592).JPG

Scapin Spectro MTB.

Cadre carbon, Shimano XTR, Roues ZTR Crest, fourche Rock Shox RS-1.

Prix : 8000 €.

DSC_0201-001 (3872x2592).JPG

Scapin Etika RC.

Cadre carbon, SRAM red, roues Mavic Cosmic SLE.

Prix : 7000 € environ.

DSC_0202 (3872x2592).JPG

Les italiens de chez Olympia.

Olympia Ikon.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2, roues Mavic carbon SLE.

Prix : 5200 €.

DSC_0203-001 (3872x2592).JPG

Olympia Leader Disc.

Cadre carbon, SRAM Red, roues Miche carbon SWR.

Prix : 6000  € environ.

DSC_0204 (3872x2592) (1).JPG

Notez la finesse des disques.

DSC_0206-001 (3872x2592) (1).JPG

Et le design du carbone, on dirait qu'il est gravé.

DSC_0207-001 (3872x2592) (1).JPG

Olympia Boost.

Cadre carbon, Campagnolo Record, roues Mavic Cosmic SLE.

Prix : 6400 €.

DSC_0208-001 (3872x2592) (1).JPG

Un autre grand nom du titane en italie.

Nevi.

Le  carbone est le matériau le plus utilisé pour la production de cadres de cycles à l'heure actuelle et il est plus léger, le titane est beaucoup plus résistant et il peut assurer une meilleure absorption des chocs. Éviter tous ces maux de dos et douleurs au bras . De plus, avec des composants ultra-légers, un vélo peut ne peser que 6,9 ​​kg.

Au premier plan le Stelvio.

Au second rang : le Spinas.

Cadre et fourche : 2490 €.

DSC_0209 (3872x2592) (1).JPG

Tous les accessoires sont en titane gravé ou sablé du sigle Nevi.

DSC_0210 (3872x2592) (1).JPG

Au second rand : le singlespeed.

Au premier plan : le K2.

DSC_0211 (2592x3872).JPG

Fourche Nevi.

DSC_0212 (3872x2592).JPG

Beau travail d'usinage.

 DSC_0215 (3872x2592).JPG

Wattbike

DSC_0216 (3872x2592).JPG

démonstration

DSC_0217 (3872x2592).JPG

Un autre système de Home Trainer, avec ses énormes ventilateurs.

DSC_0218-001 (3872x2592).JPG

Fuji Transonic 2.5.

Cadre carbon, Shimano 105, roues Oval alu.

1999 €.

DSC_0220 (3872x2592).JPG

Fuji Transonic SL.

Cadre carbon, Sram Red, roues carbon Oval, freins Shimano direct mount.

Prix : 4999 €.

Poids : 6,8 kg.

DSC_0222 (3872x2592).JPG

Déjà vu l' an passé, les vélos à base de bambous.

Les cadres sont fabriqués à la main au Ghana et fournis avec des pièces de qualité aux Pays bas.

En raison des propriétés d' amortissement du bambou, le vélo est très confortable.

  Exclusif : Chaque cadre est unique, fabriqué à la main de bambou véritable.

Ici la version vtt.

Ces vélos sont vendus à un prix attractif.DSC_0223 (3872x2592).JPG

Version route à 1499 €.

DSC_0224 (3872x2592).JPG

Beau passage de gaines.

DSC_0225 (3872x2592).JPG

Focus Max Izalco 5.0.

Cadre carbon, Shimano ultegra, roues DT Swiss R20.

Prix : 3799 €.

DSC_0227 (3872x2592).JPG

Focus Max Izalco 0.0.

Cadre carbon, SRAM Red, roues DT Swiss carbon.

Prix : 9599 €.

DSC_0229 (3872x2592).JPG

Focus Sam 3.0 Factory.

Rock Shox Pike, SRAM, freins Magura.

Prix : 3599 €.

DSC_0231 (3872x2592).JPG

BMC Granfondo GF 01 Disc.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace.

DSC_0232 (3872x2592).JPG

Le VTT de Julien Absalon, notre champion national et international.

Le BMC Fourstroke FS 01.

DSC_0233 (3872x2592).JPG

Cadre carbon.

DSC_0234 (3872x2592).JPG

Poste de pilotage XTR DI2.

DSC_0235 (3872x2592).JPG

Une des premières fois, que Julien utilisait un cadre à double suspension.

DSC_0236 (3872x2592).JPG

Les vélos du vieux Tom.

Ritchey 650 b.

Cadre acier, roues Ritchey Vantage, transmission SRAM X0

Prix : 890  € le cadre.

DSC_0237 (3872x2592).JPG

Ritchey logic.

Cadre acier, soudure tig.

Un classique.

DSC_0238 (3872x2592).JPG

Les célèbres VTT Salsa, si souvent copiés au salon cette année.

DSC_0240 (3872x2592).JPG

Basso Diamante.

Cadre Carbone, Shimano Dura Ace , roues Microtech carbone M1.

Prix 6770 €

DSC_0241 (3872x2592).JPG

Basso Diamante.

DSC_0242 (3872x2592).JPG

Basso Astra.

DSC_0243-001 (3872x2592).JPG

Potence 3 T avec emplacement compteur Garmin.

DSC_0247 (3872x2592).JPG

Le Canyon de Quintana.

L' Ultimate CF SLX.

Vainqueur du Giro 2014.

DSC_0244-001 (3872x2592).JPG

Magnifique roues carbones Crankbrothers.

DSC_0245-001 (3872x2592).JPG

DSC_0248 (2592x3872).JPG

La coupe du Giro.

DSC_0249-001 (2592x3872).JPG

Selle Italia Flite Tekno flow.

125 gr.

Prix : 379 €.

3€ le gramme, cela commence à faire cher.

DSC_0251 (3872x2592).JPG

Guerciotti Eclipse 64-14.

Un vélo pour fêter les 50 ans de la naissance de l' entreprise.

DSC_0252 (3872x2592).JPG

Guerciotti de l' équipe polonaise pro C.C POLSAT.

DSC_0253 (3872x2592).JPG

 La marque italienne fabrique des cadres de vélo et propose soit des cadres en aluminium et en scanduim, soit des cadres en fibres de carbone, ou encore des cadres en titane et même en acier pour avoir plus de confort

De Rosa King XS

Le remplaçant du King RS.

DSC_0254-001 (3872x2592).JPG

De Rosa Scanduim

Cadre alu de très haute performance, renforcé avec un alliage de Scandium.

DSC_0255-001 (3872x2592).JPG

De Rosa Titanio Solo

DSC_0256 (2592x3872).JPG

Notez la finition de la soudure. On la croirait faite par une machine.

Spectaculaire.

DSC_0257 (3872x2592).JPG

De Rosa 888 Superking.

Le cadre approche les 3000 €.

DSC_0259 (3872x2592).JPG

Colnago C60

Prix : 4249  € le cadre

Prix : 9199 € le vélo équipé en Campagnolo Super Record EPS

DSC_0260 (3872x2592).JPG

DSC_0258 (3872x2592).JPG

Des cadres peints et sérigraphiés

DSC_0265 (2592x3872).JPG

DSC_0262 (3872x2592).JPG

Colnago V1-R

Prix : 6380  € en Campagnolo Super Record

DSC_0263 (3872x2592).JPG

Siglé Ferrari.

Un autre mythe de la vitesse.

DSC_0266 (3872x2592).JPG

La série des ACR

Cadre carbon, Shimano 105.

Prix : 2129 €

DSC_0268-001 (3872x2592).JPG

Mettez les encore plus haut, c'est sur, on ne pourra plus les toucher.

Comme d' habitude, chez Pinarello, impossible de juger correctement de votre future monture.

Ce sont des vélos et non des œuvres d'art.

A ce prix là, on pourrait quand même le prendre en main.

DSC_0269 (3872x2592).JPG

Pinarello  Dogma F8.

Cure de jouvence pour ce nouveau Dogma, l' arme de Froome.

Ses forme ondulées ont étaient atténuées. Plus rigide.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, roues Mavic Cosmic.

Ce vélo peut atteindre les 10 000 €.

12% + Raide par rapport au 65,1 Dogma.

16% + Équilibre par rapport au 65,1 Dogma.

120gr + Léger par rapport au 65,1 Dogma.

47% + Aérodynamique par rapport au 65,1 Dogma.

Reste plus qu'à l' acheter.

DSC_0270 (3872x2592).JPG

Pinarello Dogma xm

La rolls des VTT.

DSC_0271-001 (3872x2592).JPG

Tige de selle Controltech.

Il ne faut pas peser plus de 60 kg, pour grimper dessus.

DSC_0272 (3872x2592).JPG

Le Dogma XC et Dogma XM utilise le PINAFIT système avant avec Forkstopper pour permettre d'exploiter la pleine puissance du triangle avant.

Avec PINAFIT appuyer sur les pédales, vous avez le sentiment incomparable de monter un vélo de route, le triangle avant a une rigidité latérale écrasante, car il est un triangle parfait.

Ouah, tout un programme. C'est pas moi qui le dis, mais Pinarello.
  DSC_0275 (3872x2592).JPG

La version du Dogma XC.

DSC_0273 (3872x2592).JPG

Magnifique design des haubans arrières.

DSC_0276-001 (2592x3872).JPG

Cadres GIOS titane et acier.

DSC_0277 (3872x2592).JPG

Gios Gress.

Ce vélo a été construit pour le marché australien. Gios donne une nouvelle direction à son entreprise et abandonne sa teinte bleue pour la combiné avec du noir et blanc DSC_0278 (3872x2592).JPG

l' italien Chesini.

Cadre Columbus CRMO.

Prix : 660 € le cadre et fourche.

Pour ce fixie.

DSC_0279-001 (3872x2592).JPG

Chesini Prima.

Cadre acier et fourche  1850 €.

DSC_0281 (3872x2592).JPG

Chesini Gran Premio.

Cadre Columbus Spirit Acier.

Prix : 1850 € cadre et fourche.

DSC_0282 (3872x2592).JPG

Chesini.

DSC_0283 (3872x2592).JPG

Chesini Libera.

Cadre Dedacciai.

Prix : 1450  € le cadre et fourche.

DSC_0284 (3872x2592).JPG

Ouah, des portes bouteilles.

On pourra désormais emporter notre flasque à whisky ou notre litron de vin blanc.

DSC_0285.JPG

On customise chez Concept store Goirle.

 Goirle, cela  signifie que vous le êtes dans le  monde de Specialized.

Tout est là pour optimiser votre passionImaginez-vous dans le monde réel de Specialized 1100 m2ou vous pouvez trouver absolument tout pour le cyclisme.

Goirle se trouve au Pays Bas, proche de Breda et de Tilburg.

DSC_0286-001 (3872x2592).JPG

Très beau modèle de Venge.

DSC_0288 (3872x2592).JPG

Magnifique peinture.

DSC_0289 (3872x2592).JPG

Le remplaçant du ZXRS.

Le Time Skylon.

Cadre carbon, Shimano ultegra, roues vision Carbon.

Prix : 9800 €, en Campagnolo Super Record et fourche Time Aktiv, roues Campagnolo Bora carbon.

Un des plus beaux vélos du salon et peut être le plus beau.

Avec son fuselage aérodynamique, vous fenderez le vent.

Mais comme l' an dernier, Time ne mets pas ces merveilles en valeur.

Coincés entre d'autres stands , peux de badauds viennent les regarder.

Dommage, vraiment dommage.

Nous venons d' apprendre que son Fondateur et Président Roland Cattin est mort d'une crise cardiaque sur son vélo le 19 octobre 2014. Le jour ou nous étions au salon.

TIME est une entreprise intégrée, elle conçoit et fabrique toutes ses gammes de produits en France.
  DSC_0290 (3872x2592).JPG

Time Fluidity Disc.

Cadre carbon, Shimano Disc.

Ce modèle peut atteindre les 10 000 €.

Avec sa fourche Aktiv, en Campagnolo Super Record EPS, et roues Mavic R sys SLR.

DSC_0291 (3872x2592).JPG

Giant Liv Envie Advanced 2

Un haut de gamme dédié aux femmes.

Cadre carbon, Shimano 105, roues Giant.

Poids : 8,05 kg.

Prix : 1699 €

DSC_0293.JPG

Giant TCR Advanced SL 0.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, Zipp 202.

Poids : 6,60 kg.

Prix : 8999 €.

Le TCR est vraiment un beau vélo, dommage qu'il soit en fin de vie. Le seul hic de ce modèle reste le prix, il est très cher. C'est peut être un concentré de technologie, mais ces vélos restent à vu d'oeil trop simple.

Pour le même prix vous pouvez vous offrir un Colnago, Pinnarello, et autres bolides. Avec surtout un nom, et une autre carte d'identité.

DSC_0294 (3872x2592).JPG

Le Giant TCR Advanced Pro 1.

Cadre carbon,  Shimano ultegra, roues Giant PSL0.

Poids : 7,36 kg.

Prix : 2499 €.

DSC_0300 (3872x2592).JPG

Gain de poids jusqu' à la rondelle de la potence.

DSC_0301 (3872x2592).JPG

Giant a concentré tous ses efforts sur ce modèle.

Le Giant Defy Advaned 2.

Cadre carbon, Shimano 105, Disques Shimano, roues Shimano PR2 disc.

Prix : 1499 €

Poids : 8,9 kg.

DSC_0303 (3872x2592).JPG

 

Giant Defy Advanced sl 0.

Cadre carbon, Shimano Dura Ace DI2, Disque Shimano, roues Zipp 202.

Poids : 7,3 kg.

Prix : 8999 €.

DSC_0306 (3872x2592).JPG

Le Giant TCR SL de Cheng Ji.

1 er chinois a finir un tour de France.

Il termine l'épreuve 164e et lanterne rouge.

DSC_0307 (3872x2592).JPG

DSC_0308 (3872x2592).JPG

Le Giant Propel de Marcel Kittel.

DSC_0309 (3872x2592).JPG

Potence de sprinteur Pro. Sur le vélo de Marcel, elle ne passe pas inaperçue.

DSC_0311 (3872x2592).JPG

Poste de pilotage Shimano XTR DI2.

DSC_0312-001 (3872x2592).JPG

Mon vélo, mais customisé Shimano Dura Ace.

Le Ridley Noah.

DSC_0313 (3872x2592).JPG

Stevens Comet SL.

Un des vélos les plus léger du salon : 4,9 kg.

     Cadre carbon, Fourche, freins et pédalier THM Carbon, poste de pilotage ultra-léger de AX Lightness
     Roues de 50 mm
Lightweight Meilenstein Obermayer Tubular Carbon

Shimano Dura Ace DI2

     Poids nominal brut du vélo: 100 kg

 Prix : 13219 €

DSC_0315 (3872x2592).JPG

Stevens Supreme Disc.

Cadre alu.

Poids : 8,6 kg.

Prix : 1829 €.

DSC_0317 (3872x2592).JPG

Canyon Urban 7.0.

   Pour découvrir la ville sous une toute nouvelle perspective. Le Canyon Commuter va transformer chacun de vos déplacements. Avec un système d'éclairage et des garde-boue agrémentés d'une sacoche parfaitement intégrés, voilà une vision du vélo moderne pour combiner élégance et fonctionnalité dans un design audacieux. Ce vélo réussit à transformer la jungle urbaine en plaisir simple.
Qu'il soit équipé d'une courroie ou d'une transmission classique.

Poids : 10 kg.

Prix : 1399 €.

 DSC_0318 (3872x2592).JPG

Canyon CF CLX 8.0 DI 2.

Cadre carbon, Shimano ultegra DI2, roues Reynolds carbon, freins Direct mount.

Cadre profilé, avec des tubes verticaux, cintre intégral avec potence, intégrant le boitier du DI2.

Poids : 7,3 kg.

A partir de : 4199  € pour cette version.

6700  €pour la version haut de gamme 9.0.

DSC_0319-001 (3872x2592).JPG

Le dernier de chez Trek.

Trek Emonda SLR 9.

Cadre carbon 690 gr, Shimano Dura Ace DI2, roues Bontrager aeolus 3d3.

Prix : 9299 €.

DSC_0321 (3872x2592).JPG

Le Trek Madone 7 de Jens Voigt.

Trek factory racing.

Un vélo offert par Trek pour Jens pour fêter sa fin de carrière dans le milieu professionnel.

Le plus beau vélo du salon point de vue esthétique, sa peinture chrome est fantastique.

DSC_0325 (3872x2592).JPG

 Trek Domane de Gregory Rast.

Equipe Trek Factory Racing.

 DSC_0328 (3872x2592).JPG

Van Nicholas Astreus

Prix du cadre :  2499 €

Vélos à partir de 3815 €

 DSC_0329 (3872x2592).JPG

Van Nicholas Amazon cross.

Un cyclo cross haut de gamme.

Prix du cadre :  1399 €

Vélos à partir de :  2637 €

DSC_0330 (3872x2592).JPG

Van Nicholas Tuareg

Prix du cadre : 1699 €

Vélos à partir de : 3505 €

DSC_0331 (3872x2592).JPG

Le  whisbone travaillé et taillé du " V " de Van Nicholas.

DSC_0332 (3872x2592).JPG

Comme Nevi, Van Nicholas fait ses accessoires titane, tels les tiges de selle ou cette potence.

DSC_0333 (3872x2592).JPG

Voilà, il est 17h15, le salon est fermé. Retour pour la France.

 

19:40 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

13/10/2014

SEJOUR ALSACE 5

images22-001.jpg

 Jeudi 18 septembre 2014

 

Aujourd'hui, dernière sortie vélo et dernière journée alsacienne. Le programme ne pouvait pas se faire sans pédaler sur la route des vins et grimper le Haut Koenigsbourg.

Je quitte Jebsheim à 8h15, la température est de 18°. Le temps n'est pas ensoleillé et risque de tourner à la pluie. J'empreinte  la plaine et le Ried, direction Ostheim. Cette zone humide, constituée de vastes prairies, de forêts et de cours d' eau.

Après la traversée d' Ostheim, le paysage change radicalement. Place aux petites routes bucoliques, ceinturées de vignobles. Je me trouve donc en plein centre de la route des vins. Cette célèbre route, longue de 180 km, qui part de Marlenheim et qui se termine à Thann. Si on pouvait tracer une diagonale des grandes villes, elles longeraient les villes de Strasbourg, Selestat, Colmar, et Mulhouse.

Cette route s'attache à nous faire découvrir les sentiers viticoles, et un itinéraire programmé " la Véloroute". On vous y dévoilera le travail de quelque 1000 producteurs, la caractéristique des vins d' Alsace, les cépages, sans oublier les paysages. Pour ma part je vais me contenter d'une petite partie de cet itinéraire, le centre.

Ribeauvillé, Riquewihr, bergheim, Saint Hippolyte, et la montée du Haut-Koenisbourg.

A partir de Ribeauvillé, la route tortueuse monte le long de pentes douces. Cette  partie du vignoble alsacien, où sont élaborés les vins les plus fameux de la région. Cette route m' entraîne vers Bergheim, un petit village sympathique. Un village qui a su garder son enceinte médiévale, sa porte et sa tour.

Un petit tour du carrefour et direction la forêt de Tannenkirch, le temps se gâte, le crachin commence a faire son apparition. La montée dans la forêt se fera quand même, et dès mon entrée à Tannenkirch, la pluie aura cessé.

Tannenkirch a su préserver son authenticité, et sa tranquillité. Ce petit village est le point de départ de nombreuses balades. Je continue de monter le Taennchel, j' aperçois de temps à autre la silhouette du château du Haut Koenigsbourg. La route est belle et sent bon le pin. La fraicheur de la forêt est la bien venue. Je commence a voir des véhicules monter vers le château. Il est vrai que celui-ci est une vraie curiosité dans le coin. Impossible de le rater, même de l' autoroute, on l' aperçois.

J' approche de la bête, qui se réveille avec l' arrivée des badauds. Il est magistral, grand d'un hectare et demi, il en impose. Ses fortifications de gré rose, sa porte d'entrée, son petit moulin, ses donjons, ses tours, sont les éléments qu'on voit tout de suite. Ce château date du 12 ème siècle, il subit avec l' arrivée de Guillaume II, sa restauration. Elle  avait pour but d' en faire un musée du Moyen-Age. Elle commença  dès le 20 ème siècle, sous la direction de Bodo Ebhardt. N' oublions pas qu'à cette période l'endroit était sous administration allemande.  

Par le traité de Versailles, en 1919. La France devient propriétaire des biens de la couronne allemande et obtint le Haut-Koenigsbourg.

Quelques photos du château et du panorama environnant, et c'est la descente vers Saint Hippolyte. Un autre accès pour arriver au château. La pluie s'est arrêtée mais a laissé de l'eau sur la chaussée. La descente avec des jantes carbone s'avère difficile. Les mains sur les leviers et c'est parti. Je quitte la forêt, pour retrouver ces vignes. Saint Hippolyte, sa tour des cigognes et son Pinot Noir, les deux choses qui font venir les visiteurs au village.

Voilà, la montée et la descente du Haut-Koenigsbourg s'achève. Je repars sur la route des vins, Bergheim, Ribeauvillé, Hunawihr, Zalllenberg, Riquewihr sont d' autant de petits villages charmants a traverser.

La ballade se termine, et le séjour aussi. Il est temps de rentrer, mais avant direction l' Allemagne pour confirmer le Teckel. Il est trop juste de visiter le Bas Rhin en une semaine. Il aura manqué à cette expédition , la visite du musée de l' automobile des frères schlumpf ,la ligne Maginot, Thann pour Saint Ulbado, le Grand ballon et le Petit Ballon. Bref d' autant plus de choses a découvrir et a redécouvrir.

Nous reviendrons finir ce qui a été commencé. L' Alsace vaut le détour, rien que pour les paysages, les villages, la gastronomie, les vins, les marchés de Noël et bien sur le vélo.

 img370-001.jpg

a4jpg.jpg

a41.jpg

SAM_1239 (4608x3456).JPG

Le Ried, juste avant Ostheim.

SAM_1240 (4608x3456).JPG

SAM_1241 (4608x3456).JPG

Dès la sortie d' Ostheim, la route des vins.

Direction Ribeauvillé.

SAM_1244-001 (3067x2306).JPG

Ribeauvillé.

SAM_1245-001 (3067x2306).JPG

Les battisses viticoles en pleine effervescence, dès le matin.

SAM_1246-001 (3599x2401).JPG

Nous croisons des viticulteurs très fréquemment, ils se chargent de vous faire découvrir leurs vins, et de le déguster avant d' acheter.

SAM_1249 (4608x3456).JPG

Bergheim, ville fleurie, et qui a su garder son charme médiéval.

SAM_1250 (4608x3456).JPG

La preuve, c'est écrit.

SAM_1251 (4608x3456).JPG

Les pentes assurent un ensoleillement quasi idéal.

SAM_1252-001 (2696x1974).JPG

Droit devant.

SAM_1253 (4608x3456).JPG

La Porte Haute construite au 14e siècle en même temps que les fortifications de la ville. Elle est haute de 22 m, . On peut voir que les troisième et quatrième étages sont en colombage.

SAM_1254 (3456x4608).JPG

 Et que le toit est couvert de tuiles vernissées disposées selon un motif bourguignon

SAM_1255-001 (2620x1964).JPG

Direction la forêt du Taennchel.

SAM_1256-001 (2409x1964).JPG

4 cépages sont autorisés à porter l' AOC Grand Cru.

Le Riesling, le Gewurztraminer, le Pinot Gris et le Muscat d' Alsace.

SAM_1257 (4608x3456).JPG

Les vendanges sont faites à la fin de l' été. Au moment de notre séjour, ils se précipites pour cueillir le raisin.

Un parasite a fait son apparition, il pique le grain et le rend amer.

SAM_1258 (4608x3456).JPG

SAM_1261-001 (3456x4608).JPG

 

SAM_1263 (4608x3456).JPG

La forêt de Thannenkirh.

SAM_1264 (4608x3456).JPG

De belles sculptures de bois accueillent le visiteurs a l' entrée du village.

SAM_1265 (4608x3456).JPG

SAM_1266-001 (3850x2974).JPG

Le lynx surveille l'eau potable, bien fraîche à cette heure.

SAM_1268-001 (3157x1874).JPG

Le château se rapproche, il n'est plus qu'à quelques longueurs.

SAM_1269 (4608x3456).JPG

On grimpe en plein département du Bas Rhin.

SAM_1270.JPG

SAM_1271 (4608x3456).JPG

Voilà l' arrivée au Haut Koenigsbourg. Très bel ouvrage médiévale. En gré rose de surcroît.

SAM_1273 (4608x3456).JPG

La restauration du moulin à vent

Il remplace désormais le moulin à bras, d' origine.

SAM_1274 (3456x4608).JPG

Les belles tours et leur toiture en tuiles.

SAM_1275 (4608x3456).JPG

SAM_1276 (4608x3456).JPG

SAM_1277 (4608x3456).JPG

L' intérieur du château se visite. Vous pourrez découvrir, la cour basse, son auberge, sa forge, son moulin, son escalier en colimaçon, le pont-levis, la salle d' armes, le donjon, les canons, bref tout ce qui fait les château forts du Moyen Age.

SAM_1278 (2736x3648).JPG

SAM_1280-001 (3127x2401).JPG

Et bien sur le côté bizness, la taverne, le salon de thé et la librairie.

SAM_1281 (3456x4608).JPG

Saint Hippolyte.

SAM_1282 (4608x3456).JPG

Retour vers Bergheim et ensuite Guémar, Zellenberg, Riquewirh.

SAM_1283-001 (2621x1964).JPG

La cueillette motorisée.

SAM_1284-001 (3067x2306).JPG

SAM_1287-001 (3067x2306).JPG

SAM_1289 (4608x3456).JPG

SAM_1290 (4608x3456).JPG

SAM_1291 (1984x1488).JPG

A Ribeauvillé, il n' y a pas que le vin, la source Carola assure l' essentiel de l' approvisionnement en eau.

SAM_1292 (4608x3456).JPG

Le château du Haut Ribeaupierre.

SAM_1293 (3456x4608).JPG

On se presse pour acheter son vin chez le producteur.

SAM_1294 (4608x3456).JPG

Village miniature, représentant l' Alsace.

SAM_1295 (4608x3456).JPG

 

19:07 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

10/10/2014

SEJOUR ALSACE 4

 images22-001.jpg

 Mercredi 17 septembre 2014

 

 Aujourd'hui journée de repos, je délaisse la bicyclette pour les chaussures de randonneurs. Au programme visite de Ribeauvillé, la cité des Ménétriers et ses châteaux, située aux contreforts des coteaux et ballons vosgiens.

 

Au départ de Jebsheim pour une ballade sur la Route des Vins. Le soleil est de notre côté, il reflète sur les vignobles et grappes de raisin. Le spectacle est beau, un léger voile de brume laisse apparaître les villages en toile de fond.

Nous regardons avec admiration ces pieds de vignes rectilignes, taillés à la même hauteur, de  couleurs verts, jaunes et bruns. Nous arrivons à Ribeauvillé, charmante cité au patrimoine historique important. Siège des seigneurs de Ribeaupierre. Nous stationnons aux portes de la ville, nous remontons la Grand Rue et ses quartiers pittoresques.

 

La ville est en pleine effervescence, c'est l' heure des départs des écoliers, et le début du travail pour les commerçants. On crit, on rit, la ville bouge, c'est autre chose que Kaysersberg. On voit ici, une ville qui ressemble aux nôtres, avec la beauté médiévale en plus.

Les façades de maisons rivalisent de beauté. Les crépis jaunes, bleus, rouges, verts, se mélangent aux colombages. Les enseignes et emblèmes de commerces ornent les façades, chaque métier y est représenté. Vu aussi, la multitude de motifs sculptés qui parent les maisons.

 

L' hôtel de ville du 18 siècle, la maison des Ménétriers, les fontaines, la Tour des bouchers, les remparts, sont d'autant de choses à découvrir. La ville vaut le détour, venez découvrir le caractère authentique et le charme de cette cité.

 

Fini, la visite, place à l' escalade. Nous allons devoir crapahuter le long des sentiers vinicoles pour admirer les trois châteaux des Ribeaupierre. Châteaux où ils vécurent, celui de Saint Ulric, le plus ancien et le plus important des trois. Le château de Girsberg et celui du Haut Ribeaupierre, le plus élevé des trois.

 

Tout commence à la sortie du quartier pittoresque, à l' Auberge des trois châteaux, vous empruntez un couloir  pavé qui monte jusqu'à un établissement scolaire. Puis les difficultés arrivent , direction les coteaux, sur les hauteurs de la ville. Le dénivelé est important, la visite des châteaux se mérite, alors on monte. Le sentier devient de plus en plus petit, rocailleux. La chaleur augmente, la sueur arrive, et les premières douleurs aussi. Exit, les cépages et bonjour la forêt, c'est enchanteur, d'un côté le précipice et de l'autre la montagne. Le sentier disparaît pour laisser place aux roches de granit des environs. Ce n'est plus de la randonnée mais de l' escalade. Pour les novices comme nous, c'est dur mais exaltant.

 Nous voyons de temps à autre, la silhouette du premier château, il paraît accessible et lointain à la fois. On pourrait le toucher du doigt, mais le dédale du sentier nous en éloigne à chaque virage.

 Nous arrivons à la première porte, nous passons sous l' arche. Une dernière halte à l' entrée du château pour lire les consignes et l' historique du château. Nous avons escaladé plus de 500 m de dénivelé. Je monte les escaliers, passe la passerelle, admire la construction et me demande encore une fois comment ces hommes ont pu construire cette bâtisse. Essayant de comprendre comment ils auraient pu vivre, travailler, et se battre au

16 ème et 17 ème siècle.

Le spectacle est grandiose, le panorama sur la vallée, la ville en contre-bas, les montagnes environnantes. Ribeauvillé est la ville a découvrir, et ne manquez pas la Pfifferdaj, la fêtes des Ménétriers qui se déroule fin août. Venez admirer le point d'orgue de la fête, le cortège de chars, de fanfares, et de jongleurs.

Cet après-midi, changement de pays, de ville. Direction l' allemagne et Friebourg.

 DSC_0179 (3872x2592).JPG

Carte postale Alsacienne.

Paysage de villages entourés de vignobles.

DSC_0180 (3872x2592).JPG

Et toujours, ces efforts pour retenir l' emblème de la région

La Cigogne.

DSC_0185 (3872x2592).JPG

L'autre curiosité, le vin. Nombreuses sont les visites de caves.

Chacun y passera un moment convivial et enrichissant. Bien sur, des dégustations sont organisés pour approfondir vos connaissances des vins et meilleurs crus.

DSC_0187 (3872x2592).JPG

Sans oublier le Bretzel, le pain poché dans une solution de soude, en forme de nœud ou de bras entrelacés et recouvert d'éclats sel.

DSC_0193 (2592x3872).JPG

Ribeauvillé et ses façades colorées.

DSC_0212 (3872x2592).JPG

La Tour des bouchers date du 13 ème siècle et mesure 29 m de haut.

DSC_0215 (3872x2592).JPG

Les toits colorés.

DSC_0221 (3872x2592).JPG

Les maisons à colombages non pas a rougir de celles de Kaysersberg et Riquewihr

DSC_0222 (2592x3872).JPG

DSC_0228 (3872x2592).JPG

Le Kouglof. Spécialité alsacienne.

Brioche dont la forme est caractéristique. Il se prépare dans un moule spécial en terre émaillée.

 DSC_0234 (3872x2592).JPG

Les récoltants viticulteurs.

DSC_0236.JPG

Travail de lavage des bouteilles en pleine ville, et sous le regard des passants.

DSC_0251 (2592x3872).JPG

Le chemin pavé qui même aux trois châteaux. Fortifications médiévales

DSC_0253 (3872x2592).JPG

Il ne reste plus longtemps a attendre avant la récolte.

DSC_0256 (2592x3872).JPG

Chemin pavé menant aux châteaux.

DSC_0264 (3872x2592).JPG

Vue panoramique lors de l' ascension à pied du mont.

DSC_0268 (2592x3872).JPG

Fini le sentier balisé, en route par un cheminement très étroit.

DSC_0271 (3872x2592).JPG

Le 1 er château se précise. Les Ribeaupierre firent construire 3 châteaux forts, dont les vestiges

dominent aujourd'hui la cité et les collines environnantes.

Tous sont accessibles par un sentier de randonnée, à flanc de colline:

Le château de Saint Ulric est le plus ancien, puis le château de Girsberg, et le château du Haut Ribeaupierre, le plus élevé.

DSC_0273-001 (3034x1927).JPG

Même le chien prend de la hauteur.

DSC_0276 (3872x2592).JPG

Première arcade qui annonce que nous touchons au but.

DSC_0279 (3872x2592).JPG

St Ulric et son château

Altitiude 523 m

DSC_0280 (3872x2592).JPG

Ce château ou ses ruines restent accessible aux visiteurs.

DSC_0282 (3872x2592).JPG

DSC_0284 (3872x2592).JPG

Très belle cour intérieure

DSC_0287 (3872x2592).JPG

Vue du 2 ème château.

Il nous reste encore quelques efforts a faire.

 

07:55 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

06/10/2014

SEJOUR ALSACE 3

images22-001.jpg

 Mardi 16 septembre 2014

 

 8h00, ce matin départ du col du Bonhomme. Direction le col de la Schlucht, le col le plus mythique d' Alsace avec le Petit et Grand Ballon.

 Le col a ne pas rater. Bien entendu, il faudra monter les cols de Louchpach et du Calvaire avant d'y arriver.

 

La température est fraiche, elle avoisine les 13 °. Mais le soleil est déjà présent. La route est agréable, seul le bruit des ruisseaux ou petites cascades m' accompagne.

 Une fois le col de Louchpach passé, je remonte vers la station de ski et le col du Calvaire. Aujourd'hui pas de brouillard et la visibilité est au summum. Le panorama est grandiose, aux abords de la station. Je passe la Croix du Calvaire, et la station de remontée mécanique.

 

Je traverse la forêt indivisible des Hospices de Nancy, La roche des fées, le gazon du paing. Drôle de noms pour des endroits où on ne voit que la même nature. Certes belle à souhait, mais bon.

 J 'arrive au Tanet, le point le plus haut de la montagne, 1220 m. J'arrive avec quelques encouragements, le tintamarre des cloches, pendues aux cous des vaches. Quel concert, 5 minutes d' arrêt pour écouter et les regarder brouter cette herbe fraiche.

 

La route continue sur les crêtes pour arriver quelques kilomètres plus loin au Col de la Schlucht. Une station de ski, ou cyclos, mais surtout randonneurs prennent le télésiège pour partir du sommet et redescendre le long des circuits balisés.On a aussi une vue splendide sur les sommets vosgiens et sur les principaux lacs.

 

Il est 9h00, et la température est montée, elle avoisine les 18 °. Le Col de la Schlucht est la séparation des départements du Haut Rhin et des Vosges. Je redescends mais je décide de ne pas allez directement vers Gerardmer. Je vais descendre vers la vallée de la Meurthe, en passant par les communes du Valtin et du Grand Valtin. Quelle descente, les mains sur les leviers, Je vois les poussières de mes patins coller au cadre de mon vélo. A ce tarif-là, je n'aurai plus de freins avant la fin de la semaine.

  En bas, je découvre de beaux paysages, prairies, forêt, chalets, animaux, tout y est. La faune et la flore au grand complet. Le soleil est au rendez-vous, la température augmente. Tombe le gilet, et en avant toute vers Xerupt Longmer à 3 kilomètres de Gerardmer.

 

J'approche d'un carrefour dédié aux vélos, peut être les vestiges d'un passage du Tour de France. La direction a suivre est celle du Col de Martimpré à deux kilomètres. Le problème, et c'est toujours le même, le manque de pistes cyclables. Seules les routes des champs et des vignes sont indemnes de circulation . Les autres sont bondés de véhicules et surtout du fret, alors un tel manque de pistes se fait ressentir. En plus c'est très dangereux. Monter les cols, tel que le col de Bonhomme avec des poids lourds qui te frôlent, ce n'est pas la panacée.

 Le Col de Martimpré,786 m est passé, et chose décrite ce dessus, je suis à deux doigts de me faire bousculer par un automobiliste. Il v falloir redoubler de vigilance, car le route jusqu'à Fraize est longue et fréquentée.

 

Je roule vers le Col du Plafond, 620 m, un petit col sympa. J'arrive à Fraize, puis Plainfaing. Je prends la direction du Col de la Schlucht, en passant par la vallée de la Meurthe. Puis je bifurquerai au Rudin pour remonter le Col de Louchpach et du Bonhomme. Je me trouve dans la vallée de la Haute Meurthe, au cœur des Hautes Vosges. Haut lieu de la randonnée sous toutes ses formes. 20 000 hectares de forêt, de hautes chaumes et de prairies. Le panorama est magnifique, je roule encerclé de montagnes.

 A Rudlin, bifurcation à gauche vers le Col du Louchpach. J' empreinte une route forestière, je me demande si celle-ci est la bonne et si elle me conduira jusqu'au bout. Où alors finitra-t-elle en chemin de terre ?

 Je me lance, les pourcentages sont raides, la piste est étroite. Pas toujours en bon état et souillé de feuillages. Il est vrai que je suis dans la forêt. L' odeur des sapins, le bruit des cascades, un régal pour le cyclo que je suis.

 J' arrive au Louchpach, sans néanmoins laissé quelques plumes dans la montée pittoresque. Il me reste qu'à me laisser coulé vers le Col du bonhomme, 949 m.

 

Voilà, j' arrive au terme de ma ballade, 75 kilomètres, 6 cols empruntés et quelques belles photos.

 Il est midi, il est temps de rentrer sur Jebsheim.

 

 Cet après midi, ballade vers Gerardmer et Munster.

 La visite sur Gerardmer nous laissera de marbre, pas grand chose a se mettre sous la dent. Exit, le lac, seule curiosité du coin et direction Munster.

 Par contre descendre le Col de la Sclucht et rejoindre Munster est le versant le plus intéressant. 20 km de descente, donc 20 km de montée, et de plus le panorama est magnifique.

 Alors pour ceux qui veulent se frotter au col, c'est le passage obligé, Par Munster mes amis.

 

  A Munster, là aussi pas grand chose a découvrir. La ville est petite, et on en fait vite le tour. Les seules curiosités sont les cigognes sur les toits des bâtisses. Et on n'a pu en regarder beaucoup, elles sont là. Rien ne semble les déranger, ni le bruit, ni les allez et venus des badauds quelques mètres plus bas.

 Dommage que je n'avais pas le Nikon et le téléobjectif.

 

a3jpg.jpg

a31.jpg

 

SAM_1174-001 (3423x3921).JPG

Sommet Col du Bonhomme

SAM_1175 (4608x3456).JPG

SAM_1176-001 (3072x2304).JPG

Étalage de fruit en pleine montagne

SAM_1177 (4608x3456).JPG

La station du Lac Blanc

SAM_1178-001 (2616x1963).JPG

SAM_1179-001 (4608x3456).JPG

SAM_1180.JPG

DSC_0026 (1920x1080).JPG

SAM_1181-001 (4113x2810).JPG

SAM_1182-001 (2977x2048).JPG

Le télésiège de Monjoie, départ de nombreuses descentes de vélo et de ski

SAM_1183-001 (2617x1963).JPG

Nombreuses vues de la route des crêtes.

SAM_1184 (4608x3456).JPG

SAM_1185-001 (2617x1964).JPG

SAM_1186-001 (2616x1964).JPG

SAM_1220 (4608x3456).JPG

Superbement accueilli sur le bord de la route par les cloches.

SAM_1188 (4608x3456).JPG

La station du Col de la Schlucht

SAM_1190 (4608x3456).JPG

DSC_0029 (1920x1080).JPG

SAM_1191 (4608x3456).JPG

Descente vers le vallée de la Meurthe

SAM_1192 (4608x3456).JPG

La route du Valtin

SAM_1193 (4608x3456).JPG

Les amis du dimanche

SAM_1195-001 (3072x2304).JPG

SAM_1196 (4608x3456).JPG

Fini les maisons à colombages du Haut Rhin, place aux chalets de bois des Vosges

SAM_1197 (4608x3456).JPG

La route du Grand Valtin

SAM_1198 (4608x3456).JPG

Vu aussi, ce petit jardin avec ces personnages de BD

SAM_1199 (4608x3456).JPG

Le rond point de Gerardmer, dédié aux vélos

SAM_1200 (4608x3456).JPG

DSC_0030-001 (1920x1080).JPG

SAM_1201 (4608x3456).JPG

SAM_1202 (4608x3456).JPG

Aussitôt débités, aussitôt montés.

SAM_1203 (4608x3456).JPG

La vallée de la Meurthe par Plainfaing

SAM_1204 (4608x3456).JPG

SAM_1206 (4608x3456).JPG

SAM_1208 (4608x3456).JPG

SAM_1209 (4608x3456).JPG

SAM_1211 (4608x3456).JPG

Petite pause pour admirer le paysage et se repérer sur la carte.

SAM_1212 (4608x3456).JPG

SAM_1213 (4608x3456).JPG

SAM_1214 (4608x3456).JPG

SAM_1215 (4608x3456).JPG

Car la route devient de plus en plus étroite et je me demande si je ne vais pas me retrouver bloqué.

SAM_1216 (4608x3456).JPG

SAM_1217 (4608x3456).JPG

La vue et le bruit des petits ruisseaux m' auront accompagnés souvent durant cette montée.

SAM_1218 (4608x3456).JPG

Le Col du Bonhomme.

GERARDMER

SAM_1223 (4608x3456).JPG

Le lac de gérardmer est le plus grand lac naturel du massif des Vosges. Altitude 666m, surface 115Ha.

SAM_1224 (4608x3456).JPG

La région des lacs.

Le lac de Gerardmer n'est pas le seul, on peut aussi admirer celui de Retournemer, de Longemer, de Blanchemer et des Corbeaux

 

MUNSTER

SAM_1225 (4608x3456).JPG

La cigogne blanche est un oiseau sacré, porte bonheur et symbole de l’Alsace. Sa longueur est d’un mètre pour une envergure de deux mètres et un poids de trois kilos.

 

SAM_1227 (3456x4608).JPG

Le temple 1873

SAM_1233 (1984x1488).JPG

Dès le mois d’août, 20 % d’entre elles s’envolent vers l’Afrique de l’Ouest pour y passer l’hiver. Elles reviennent en Alsace dans la 2 quinzaine de février. Celles-ci ne parcourent pas moins de 12 000 km aller-retour !

SAM_1235 (1984x1488).JPG

A l’origine, la cigogne construisait son nid en haut de très grands arbres. Peu farouche, elles n’hésitent pas à l’édifier sur les habitations ou les poteaux, pour peu qu’elle trouve dans les environs des milieux propices à la recherche de la nourriture.

SAM_1238 (3648x2736).JPG

Aujourd’hui la plupart d’entre elles s’installent dès février ou mars, sur des supports aménagés qui offrent plus de sécurité. Chaque année, elles ajoutent des branches, brindilles, mottes de terre sur leur nid, qui peut atteindre ainsi 500 kg voire plus, pour un mètre de diamètre et jusqu’à deux mètre de haut.

 

 

06:39 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

04/10/2014

SEJOUR ALSACE 2

images22-001.jpg

 Lundi 15 septembre 2O14

 Ce matin, départ de la commune de Fraize. Au programme, les Cols de Sainte Marie, des Baganelles, et pour finir celui du  du Bonhomme.

 

8h30, je prends la direction de Sainte Marie. Pas le temps de souffler, au bout de 200 m, c'est déjà la grimpette. Pas le temps de se mettre en jambes, mais ça je le savais, alors on monte. Je quitte Fraize que je vois s'éloigner au fur et à mesure que je mouline. La température est fraiche ce matin, elle ne dépasse pas les 15 °, mais au bout de quelques kilomètres, on sent déjà la chaleur du corps augmenter. Je traverse la forêt de la Croix aux mines. Forêt de conifères bien verts et bien feuillus. La route est de bonne qualité, les pneus n' accrochent pas et c'est l' essentiel

 Km 4,4 : Arrivée au Col de Mandray 707 m de dénivelé. Préparation pour une petite descente vers La Croix aux mines au km 10. Le soleil m' accompagne depuis un petit bout de temps, on tombe le gilet pour rejoindre la commune de Ban de Laveline. Au carrefour, à droite toute, direction Saint Marie, mais avant il y aura le col a monter par la forêt communale de Germaingotte. Montée qui se fera dans sa deuxième partie sous la brume ou le brouillard, comme vous voulez. Quand on dit que le temps change vite ici. j' arrive au sommet du Col sous le brouillard, altitude 772 m. Je bascule de l' autre côté du versant, mais on entrant dans le département du Haut Rhin. Je passe d'un département à un autre ou en tour de main. Un panneau attire mon attention, descente dangereuse sur 4 km, attention les jantes carbones. Après avoir passé mon temps a freiner, j' entre dans Sainte Marie aux mines, cette ville doit son nom, a l' exploitation des mines. On y extrait le plomb, le cuivre et surtout l' argent au plus fort de son activité, c'est à dire au 16 et 17 siècle. D'où le Val d' Argent.

 La traversée de la ville se fait au ralenti, écoliers oblige. Il y en a partout. La direction a prendre est celle du Col des bagenelles. Cet itinéraire est emprunté au circuit des Vosges.et se fait gentiment entre 4 et 4,5 % pour ensuite s'installer autour des 6 et 7 %.

 La montée se fait par la vallée de la Liepvrette. La montée laisse apparaître des paysages enchanteurs. Une route de bonne qualité, le soleil, et le bruit des tronçonneuses où des meuglements des vaches m' accompagnent jusqu' au sommet du Col et de la station de skis. Une petite pause pour admirer le panorama qu' offre la Vallée de la Liepvrette. Le vent est présent sur les hauteurs du Col.

 Je vois là haut quelques rambardes bordant la route qui va m' emmener vers le Col du Bonhomme.

 Le point le plus haut se trouve a 1065 m d' altitude. Je n'en suis pas loin, puisque le Col des Bagenelles se trouve à 905 m. Et c'est reparti pour une dernière chevauchée vers les cimes. En montant on découvre d'autre col, comme le Col du Pré de Raves, avec ses 1005 m d' altitudes. On se rapproche du sommet et de la route des crêtes. Mon compteur me dit que j' y suis et mes efforts seront récompensés car je bascule vers une descente rapide sur quelques kilomètres avant de remonter vers le Col du Bonhomme aux alentours des 920 m. L a montée est douce et courte.

 J' arrive au Col du Bonhomme après 18 km d' ascension. Voilà les cinq cols sont franchis, encore une belle journée de passée. La météo m' aura épargné sur ces deux jours. J' aurai parcouru ces deux journées sous le soleil en partie.

 Je redescends vers Fraize pour terminer mon parcours avec 56 km au compteur et 1265 m de dénivelé. La température atteint les 26 ° à 11h50.

 Je reprends le véhicule, car il est temps de rentrer. Cet après-midi visite des villes de Kaysersberg et de Riquewihr.

 

a2.jpg

a21.jpg

SAM_1138 (4608x3456).JPG

SAM_1139 (4608x3456).JPG

SAM_1140 (4608x3456).JPG

Les hauteurs de Fraize

SAM_1141.JPG

SAM_1142 (4608x3456).JPG

DSC_0020 (1920x1080).jpg

SAM_1143 (4608x3456).JPG

SAM_1144 (4608x3456).JPG

La route qui même à Saint Marie

SAM_1145 (4608x3456).JPG

La traversée de la forêt de Germaingoutte

SAM_1147-001 (4608x3456).JPG

SAM_1149 (4608x3456).JPG

DSC_0021-001 (1375x934).JPG

SAM_1150-001 (2902x2274).JPG

Bagottage entre les vosges et le Haut Rhin.

SAM_1151 (4608x3456).JPG

SAM_1152 (4608x3456).JPG

La montée du Col des Bagenelles, par Tellure.

SAM_1153 (4608x3456).JPG

SAM_1154-001 (3072x2304).JPG

SAM_1155 (4608x3456).JPG

Musée de l' argent à Tellure. L’histoire des mines d’Argent racontée dans un musée interactif.

Visite classique et spéléologique, mais également la possibilité de visiter une ancienne mine.

SAM_1156 (4608x3456).JPG

SAM_1157 (4608x3456).JPG

Le Col des Bagenelles.

SAM_1158 (4608x3456).JPG

SAM_1159 (4608x3456).JPG

La station se profile à l' horizon.

SAM_1161 (4608x3456).JPG

SAM_1162 (4608x3456).JPG

La station propose 3 pistes de ski alpin, deux remontées mécaniques, 46 km de pistes de ski de fond, 4 pistes de raquettes

DSC_0023-001 (1920x1080).JPG

SAM_1164-001 (2111x1493).JPG

L' éolienne indique au sommet, que le vent est présent

SAM_1165-001 (3738x2329).JPG

Superbe panorama de la vallée du Val' d' Argent.

SAM_1166 (4608x3456).JPG

DSC_0024 (1920x1080).JPG

SAM_1169 (4608x3456).JPG

DSC_0025 (1920x1080).JPG

Terminé pour aujourd'hui, cet après midi visite.

KAYSERSBERG

 DSC_1097 (3872x2592).JPG

DSC_1099 (3872x2592).JPG

DSC_1102.JPG

L'entrée de la ville. Avec sa rue en pavés calibrés.

DSC_1105 (3872x2592).JPG

Kaysersberg   "la Colline des empereurs"  est un magnifique village médiéval au Nord du Haut Rhin

Très prisé des touristes, situé sur la Route des vins.

DSC_1120 (3872x2592).JPG

Maisons du 16 ème et 17 ème siècle, avec ses pierres de gré rose et leurs crépis multicolores.

DSC_0001 (3872x2592).JPG

Colombages et toits colorés.

DSC_0043 (3872x2592).JPG

Son cachet médiéval confère un cachet unique, avec de très nombreux lieux à visiter

DSC_0044 (3872x2592).JPG

Ses maisons à colombages richement ornées.

DSC_0061 (2592x3872).JPG

DSC_0095 (3872x2592).JPG

C'est une des plus charmantes cités d'Alsace avec ses ruelles pavées

DSC_0101 (3872x2592).JPG

La maison du maître des lieux, le Docteur Schweitzer.

Prix nobel de la paix 1954

DSC_1100 (3872x2592).JPG

La chapelle Saint-Wolfgang et l’ancienne léproserie furent consacrées en 1418, puis reconstruites en 1488. La ville la démolit et la reconstruisit en 1519.


RIQUEWIHR

DSC_0114 (3872x2592).JPG

Cité médiévale, située au coeur du vignoble alsacien.

DSC_0115 (2592x3872).JPG

Classée parmi les plus beaux villages de France.

Appelée aussi Perle du vignoble alasacien.

DSC_0123 (3872x2592).JPG

Maisons à colombages du 17 ème et 18 ème siècles.

DSC_0134 (3872x2592).JPG

Maisons aux couleurs chatoyantes, ornées d' emblèmes et d' enseignes.

DSC_0145 (2592x3872).JPG

Ville au caractère authentique.

DSC_0148 (3872x2592).JPG

Les géraniums omniprésents dans la ville

DSC_0162 (2592x3872).JPG

Le Dolder, ancienne porte défensive du 13 ème siècle

DSC_0172 (3872x2592).JPG

Cariole de voyageurs très bien restaurée

17:25 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |