28/09/2017

SEJOUR ALSACE TURCKHEIM 4

ban-003.jpg

 JEUDI 15 SEPTEMBRE 2017

Turckheim se réveille ce matin sous les rayons du soleil, nous allons pouvoir ressortir les bécanes.

Il était temps, après ces deux journées peu illuminées par le dieu soleil. Il avait fuit les montagnes vosgiennes.

Nous nous préparons a aller escalader la Schlucht, l'un des principaux cols du massif des Vosges.

La Schlucht, qui signifie " défilé ", cette montagne de 1139 m situé entre Le Valtin et le Stosswihr.

 L' endroit qu'il faut franchir si l'on veut s'en orgueillir.  Un des points de passage créée par l' Armée Française pendant la 1 ère guerre Mondiale. Du Col des Baguenelles au Markstein, il sera démilitarisé et ouvert au public en 1920.

Nous quittons Turckheim, par un autre chemin que cette côte derrière la maison. Direction Inzergheim, par la route des vins.  J'oubliai, nous avons troqués les vélos, pour un véhicule automobile.

Le but étant de nous emmener au col du Bonhomme ou nous prendrons le départ. Là haut la température est fraiche, il va falloir descendre et rattraper Plainfaing dans la vallée. Le vent et le froid laisse nos corps tétanisés.

En bas, nous prenons la direction de la vallée du Valtin, le tout par une petite route à travers les montagnes. Le calme est omniprésent à cette heure de la journée. Les autochtones ont quittés la vallée, pour la ville. Il ne reste plus, que nous pour rouler sur ces routes tranquilles.

Nous nous réchauffons, car la route monte légèrement, et cela chauffe nos muscles. Les panoramas sont magnifiques, la vallée est belle et offre des paysages de cartes postales.

Nous arrivons au lieu dit  le " Rudin" , un endroit que j'avais quitté il y a quelques années pour remonter vers le Col du Louschbach. Cette fois-ci nous continuerons plus en avant vers le Valtin.

Le village du Valtin se situe dans le département des Vosges. A quelques lieux de Gerardmer . Premier village traversé par la Meurthe, dont la source se trouve non loin, Le Valtin est surtout connu pour être un village calme et plein de charme où il fait bon passer quelques jours pour trouver le repos loin du tumulte citadin. Randonnée et autres activités de plein air ont trouvé leur paradis à Le Valtin.

Nous en profitons pour admirer le paysage près du Restaurant de la Lorraine. Un moment de détente au pied d'un petit cours d'eau. De là on peut apercevoir la montée qui doit nous emmener au col.

Une route plus directe, à travers la forêt, avec un dénivelé plus important. C'est parti pour 8 km d' ascension. La route est belle, nous croisons très peu de véhicules. Parfait, pour mieux se concentrer sur la montée.

A deux kilomètres du sommet, au bord de la route reliant le col à Gérardmer, nous avons la chance de croiser un groupe de cyclos. Et à notre grand étonnement, il s'agit de Belges, et de Frameries en plus. Après les salutations de circonstances, nous finirons la montée du col ensemble.

Là haut, au sommet, le traditionnel selfie, avec ce bloc de granite. Objet de tant de convoitises.

Nous redescendons avec nos belges, le long de la route des crêtes, 16 km en leur compagnie avant de rejoindre le Col du Calvaire.

Nous stopperons quelques minutes à l' échoppe de fromage et de produits régionaux au Col de Louschbach.

Puis nous finissons les 7 kms qui nous séparent de notre lieu de départ. A l' arrivée nous remettons les belges sur la route, ils se sont égarés là haut et doivent retourner vers la Bresse.

Ils n'en n'ont pas finis. Courage à eux. Quant à nous, nous retournons à l' echoppe, pour acheter Munster, tarte aux myrtilles, et autres produit avant de repartir demain.

Voilà nos journées cyclotouristes sont terminées, dommage qu'ont est pas pu faire plus de vélo à cause d'une météo récalcitrante. Heureux quand même d'avoir effectués quelques belles montées.

L'après midi s'annonce avec le soleil, la montée par Tannenkirch et la visite incontournable du château du Haut Koenigsbourg.

Passez Bergheim, nous profitons de la montée à travers la forêt pour admirer la nature.

Là haut, le parking se remplit, les badauds sont déjà présent pour visiter le château. Nous entrons, et passer l' entrée des lieux, c'est déjà aire un saut dans l' univers du moyen-âge. Construit au 12 ème siècle, il a vu succéder de nombreux seigneurs, jusqu'à l'empereur Guillaume 2, qui décide de le rénover et d'y créer un musée du Moyen-âge.

Il sera inaugurer en 1908, après une restauration qui durera 8 ans.

Flanqué sur un éperon rocheux, à plus de 800 m d' altitude. Il offre un panorama sur les vallées, la plaine d' Alsace et les ballons des Vosges.

Vous découvrirez en entrant dans la cour, sa forge, son moulin. Puis par l' accès d'un pont levis, l'accès aux étages, qui mènent aux logis du propriétaire et à sa tour.

Une visite de plus d'une heure qui laissera des souvenirs.

Notre séjour se termine, demain c'est le retour à la maison. Une semaine de repos bien méritée. Nous avons profités de chaque moments passés en Alsace. Une mention spéciale pour Turckheim, cette jolie ville, blottie aux creux des vignobles, et à deux pas de tout.

296672846 (400x458).jpg

20170915_081652 (800x600).jpg

Le col du Bonhomme.

20170910_103002 (800x600).jpg

auberge_lorraine.jpg

L'auberge lorraine du Valtin.

20170915_090931 (800x600).jpg

dormir-dans-une-bulle-dans-les-vosges.jpg

dormir-belle-etoile-vosges-hotel-restaurant-val-joli-gerardmer-la-bresse.jpg

Les bulles du Val Joly

le-valtin-le-debut-des-hostilites.jpg

c21_202_3191_369_1_A894CE0E-4CA3-4076-9FE0-59F7AE0ED977.jpg

La vallée du Valtin.

20170915_094128 (800x600).jpg

20170915_095819 (800x600).jpg

20170915_095839 (800x600).jpg

20170915_121231 (800x599).jpg

20170915_100139 (800x600).jpg

1246647442 (600x450).jpg

DSC08805.JPG

1850827245.jpg

20170915_163131.jpg

 Panorama exceptionnel sur plaine d'Alsace, les Vosges, la Forêt-Noire.

 DSC_0133 (401x600).JPG

Château du Haut Koenisgbourg. du haut de ses 757 m.

DSC_0142 (800x535).JPG

DSC_0164 (401x600).JPG

L' escalier néogothique.

DSC_0209 (401x600).JPG

         Un poêle en faïence (le kokelhof, typique de la région )

DSC_0219 (800x535).JPG

Collection de mobiliers et d'armes des 15 et 17 ème siècles

DSC_0222 (800x535).JPG

L'accès au bastion.

DSC_0227 (800x535).JPG

DSC_0240 (800x535).JPG

DSC_0242 (800x535).JPG

DSC_0252 (800x535).JPG

Le grand bastion est la partie la plus fortifiée, il devait pouvoir s'opposer à de l'artillerie installée plus à l'ouest sur l'éperon rocheux et il est séparé du jardin par un pont levis.

DSC_0259 (800x535).JPG

 

 

 

12:45 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

25/09/2017

SEJOUR ALSACE TURCKEIM 3

 ban-002.jpg

Mercredi 13 septembre

 Chose promise, chose due

La météo est au rendez-vous ce matin, le ciel gris annonce l' arrivée de la pluie.

Nous profiterons de cette journée sans vélo, pour visiter et faire nos emplettes.

Après une grasse matinée, nous décidons d'aller à Pfaffenheim.

Déguster le sang du Seigneur.

Une visite chez des Propriétaires-viticulteurs, Les Freudenreich. Nous sommes accueillis par Robert, le patriarche. Etonné de voir débarquer des " Chetemis " chez lui.

Une visite de ses caves, l' historique de sa maison, les cépages, le fonctionnement des ses fûts,  etc...

Sans oublier la dégustation, en commençant par le Riesling, le pinot gris, les côtes de Rouffac, le Gewürztraminer,

et pour finir ses vendanges tardives, un délice pour la palais. Le tout, servi très frais.

Je ne suis pas spécialiste, je pourrai même dire que je n'aime pas le vin, mais j'ai passé deux bonnes heures à apprécier ce Monsieur et son amour du vin.

Le Riesling, ce vin sec, apprécié avec des crustacés et poissons, mais aussi avec la choucroute alsacienne.

Le Pinot Gris, vin fruité, apprécié avec le rôti, le gibier et la viande blanche.

Le Côte de Rouffac, vin moelleux, pour le foie gras et les desserts

le Gewürztraminer, vin moelleux, pour les desserts et les fromages

Les Vendanges Tardives, vin moelleux, issus de la dernière vendange,  obtenu avec des baies très mures atteintes de pourriture noble, pour les desserts et même en apéritif.

Bref, tout un panel de vins dégustés. En prime, une bonne bouteille de Pinot Noir.

vin2.jpg

20170912_104407 (800x600).jpg

Les cuves de chêne, devenus plus rare aujourd'hui.

20170912_104420 (800x600).jpg

Les anciens fûts, étaient fermés par de véritables œuvres d'art.

Le Fassriegel, ce verrou de fût qui servait à maintenir fermé le Putztärel, le portillon de nettoyage aménagé à l' avant du tonneau.

20170912_104940 (800x600).jpg

Aujourd'hui les cuves sont en inox.

20170912_105144 (800x600).jpg

La machine pour presser le raisin .

20170912_114128.jpg

vine.jpg

Resized_20170912_121200.jpeg

Par contre, on a pas vu cette jolie blonde ?

Cachotier le Robert ?

Une fois sortis de chez les Freudenreich, direction Eguisheim.

Le premier village alsacien, promu village préféré des Français.

Eguisheim, dont les ruelles s'enroulent en cercles concentriques et multicolores autour de son château, ne compte plus ses titres de noblesses. Classé l'un des Plus Beaux Villages de France depuis 2003, Grand Prix National du fleurissement depuis 1989, médaille d'or du concours européen de l'Entente Florale en 2006 et Village Préféré des Français 2013...

Nous le visitons sous le soleil, ou il fait bon flâner le long des ruelles. À la recherche du meilleur angle pour saisir les magnifiques vues qui s'offrent devant nous. Comme beaucoup de villages environnants, façades colorées, maisons à colombages, fleurs, et plus de 30 propriétaires viticoles.

DSC_0207 (800x600).JPG

Ancienne cour domaniale d'Unterlinden (XVIe-XVIIe-XVIIIe).

DSC_0211 (800x600).JPG

Le château des Comtes d’Eguisheim et la chapelle Saint Léon IX

DSC_0213.JPG

L' intérieur de le chapelle.

DSC_0215 (800x600).JPG

Fontaine surmontée de la statue du Pape Léon IX

DSC_0218.JPG

Les ruelles concentriques

DSC_0219.JPG

L' après midi continue, c'est au tour de Ribeauvillé d'être passé en revue.

La ville aux trois châteaux, dominant la cité et la plaine. L' ensemble féodal est composé de trois châteaux, St Urich, Le Haut Ribeaupierre et le Giersberg. Sans oublier les fortifications médiévales tel que le mur d'enceinte et la Tour du Boucher.

Des lieux historiques, l' hôtel de ville, la maison des ménétriers, etc....

Des lieux, comme la grand rue, les fontaines, etc.....

La fête locale, le Pjifferdaj : Fête médiéval, qui rend hommage à la corporation des ménétriers ( ménestrels, musiciens, saltimbanques)

Un cortège, constitué de chars, de fanfares, de bateleurs, de jongleurs, et autres cracheurs de feu. Dommage pour nous, qui avons ratés la fête de peu, car elle ne dure que deux jours, fin août, début septembre.

DSC_0185 (3872x2592).JPG

DSC_0676 (800x535).JPG

Pfifferchuss

L' Auberge des ménétriers

DSC_0682 (401x600).JPG

Statue de ménétriers

DSC_0698 (800x535).JPG

Maison médiévale

typique à colombages appelé " Mann "

DSC_0710 (800x535).JPG

DSC_0719 (800x535).JPG

Place le la République.

DSC_0706.JPG

La tour des bouchers

Construite en 1290, rehaussée en 1536

Aujourd'hui emblème de la ville

hauteur 29 m

DSC_0222 (2592x3872).JPG

Maison Siedel

Boucherie

DSC_0732.JPG

St ULRICH

DSC_0228 (3872x2592).JPG

 Au fond le Kougelhopf

Symbole de l' alsace avec sa forme caractéristique; fabriqué à base d'une pâte levée et décliné en version salé ou sucré

Sans oublier le Bretzel

 

Nous finirons la fin d'après midi chez le grand chocolatier Stoffel. En pénétrant dans les coulisses de la chocolaterie du vignoble.

Toute l' année, Stoffel ouvre les portes de son atelier, pour les visiteurs, ou des ateliers à thèmes, etc...

On peut découvrir des secrets de fabrication, les moulages, etc... 

Dommage encore pour nous, qui sommes arrivés un peu tard, les chocolatiers rangés leurs outils.

 sto.jpg

visit-workshop-chocolate-daniel-stoffel-ribeauville.jpg

Résultat de recherche d'images pour "CHOCOLATERIE STOFFEL"

 

Jeudi 14 septembre 2017

La météo ne s'arrange pas, pas de possibilité de rouler. Nous devons prendre notre mal en patience.  Demain sera un autre jour.

Nous continuons nos visites, Direction les Caves de Turckeim.

Pour y trouver les cuvées " Charlotte de Turckheim " et du " Veilleur de Nuit "

Les caves se trouvent à la sortie de la ville, une grande bâtisse qui attire les regards. A l'intérieur, cela ressemble plus à un hall de commerce qu'autre chose. Une grande salle met en valeur les vins prestigieux et un seconde les vins de seconde zone dirait-on.

Après une visite rapide nous demandons a visiter les caves, et la que nenni.

Plus de visites de caves, interdites, l' hygiène bien sur. Nous sommes un peu déçus. On nous expliquent alors qu'il est très difficile de visiter les caves de nos jours, et qu'il n'y a que les petits propriétaires qui font cette prestation.

Et bien merci Robert, de nous avoir fait visiter la tienne.

Du commerce, encore du commerce. Nous finirons par acheter du vin, mais quel déception.

Nous pourrons quand même déguster un Grand Cru Brand. Ce vin qui fait la grandeur de Turckheim.

Surplombant la cité médiévale, le Grand Cru Brand  bénéficie d'un ensoleillement exceptionnel. C'est sur cette "terre de feu" que la légende situe le combat entre le soleil et un dragon. Cette bataille mit le feu à la colline occupée par la forêt et au printemps suivant la vigne apparut.

236001550_1.jpg

Les Caves de Turckheim.

DSC_0088.JPG

DSC_0171.JPG

DSC_0173.JPG

Une cueillette à la main, les femmes ont eu le plaisir de couper quelques grappes. Lors de leurs balades quotidiennes.

f0dl065zs9ft.jpg

smallit.jpg

l'après midi, sera sous le signe des cigognes.

Car pour l'instant aucune d'entre elles n'a voulu sortir le bout de son bec. La migration étant sur sa fin. Elles ont quittées leurs nids. Seules des habitats vides sont visibles.

Mais que cela nous rappelle la première fois ou nous sommes venus. Il n'y avait qu' a Munster, qu'on pouvait les observer.

Et bien direction Munster, avec une arrivée sous des trombes d'eau. Nous n'avons pas de chance. Nous quittons les lieux, et là, le soleil refait son apparition.

Et du coup les premières cigognes aussi. Elles reviennent une à une, reprendre possession  de leur nid.

Nous pouvons les observer un peu avant de quitter la ville et reprendre la route vers la Maison du Fromage.

Et bien rebelote, déception, la même infrastructure que la Maison du Vin. Un hall de commerce, ou un grand nombre d'articles exposés n'ont rien a voir avec le fromage, mais plus pour la promotion de l' alsace..

Seul 5 à 6 fromages prennent place dans la vitrine. Ces lieux n'ont rien de typiques, mais plutôt d'attrape badauds, en quête d'achat, sans pouvoir regarder, déguster, et choisir.

Nous rentrons un peu déçus.

Demain la météo s'annonce sous de meilleurs auspices Le soleil revient illuminer les monts.

On pourra ressortir les vélo, et se farcir le Col de la Schlucht.

 

07:45 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

22/09/2017

SEJOUR ALSACE TURCKHEIM 2

ban-001.jpg

8H00 Départ pour une nouvelle demi-journée cyclotouriste. Direction la cité des Ménétriers, Ribeauvillé.

Les vignes se réveillent dans une brume matinale, la température extérieure ne dépasse pas les 10°. Mais nous sommes vite réchauffés, car pour sortir de Turckheim, il va falloir gravir ce petit raidillon derrière la maison et rejoindre Niedermorschwihr. Le village est encore endormi, seul quelques communaux s'empressent d'arroser les géraniums.

Nous roulons maintenant sur quelques portions de plat qui nous emmènent vers Bennwihr, Beblenheim, et Zellenberg. Sur la route, nous apercevons déjà les vendangeurs à l'ouvrage. Les vendanges ne sont pas terminés, et il reste quelques paniers à remplir. Nous nous trouvons à cheval entre le massif vosgiens, la plaine et le Ried.

En ce début de semaine, l' activité professionnelle a repris et les automobilistes parcourent les routes. La vigilance est de tout instant. Nous arrivons à Ribeauvillé, la ville sort de son sommeil avec la jeunesse qui a repris le chemin de l' école.

Nous profitons de ces moments sans badauds pour rouler au pas et admirer cette ville aux mosaïques de couleurs, véritable musée à ciel ouvert, avec toutes ces maisons à colombages.

Nous sortons de la cité et empruntons la route du Col du Haut Ribeauvillé. Nous montons le long des lisières de forêt, de la fraîcheur et des odeurs d'épines. La montée nous conduit vers un embranchement qui nous indique Aubure.

Aubure est le village le plus haut d'alsace, 800 m d' altitude, surplombant le massif. L'air pur, le silence, nous profitons de chaque instant en contemplant la mère nature.

Nous arrivons au panneau indiquant le col du Haut Ribeauvillé, ils nous restera quelques kilomètres pour arriver au village.

Là haut nous stoppons pour une collation bien méritée. Pour arriver au Col du Freland, ils nous faudra encore pédaler quelques centaines de mètres. Avant d'entamer la descente, l'apport du k-way est indispensable. Cette dénivellation est sinueuse et rapide, mais nous offre un panorama de toute beauté. Que seul quelques gouttes de pluie viennent gêner notre vision.

Nous arrivons dans la vallée de Kaysersberg, un retour par la ville des rois de la montagne. Puis par la nationale qui nous ramènera vers Katzenthal. Un dernier raidillon et c'est l' arrivée.

Au total, une petite virée de 60 km et 830 m de dénivelé.

DSC08806 (800x600).JPG

Montée de Turckheim

DSC08807 (800x600).JPG

DSC08809 (800x600).JPG

P1020613 (800x600) (1).JPG

P1020608 (450x600) (1).JPG

P1020613 (800x600) (1).JPG

DSC_0128 (800x535).JPG

Zellenberg et sa maison fleurie

DSC_0129 (800x535).JPG

DSC08810 (800x533).JPG

Montée du Haut Ribeauvillé

DSC08812 (450x600).JPG

800px-Col_Haut_de_Ribeauvillé.jpg

DSC08813 (800x600).JPG

DSC08814 (800x600).JPG

DSC08817 (450x600).JPG

DSC08818 (798x600).JPG

L'après midi sera consacré à la visite.

Colmar, la ville natale de Bartholdi, sera notre première escale.

Bartholdi, artiste emblématique du 19 ème siècle, à qui l'ont doit de célèbres sculptures, peintures et autres. Mais aussi, de nombreux monuments à son actif, dont le célèbre Lion de Belfort et la

" Liberté éclairant  le monde "

Plus connue sous le nom de " Statue de la liberté "

Colmar est connue aussi pour être la ville la plus emblématique de l' Alsace. Ses maisons traditionnelles, ses canaux, son fleurissement, sa gastronomie savoureuse, ses vins fins réputés font de Colmar un condensé d’Alsace.

À travers la zone piétonne du vieux Colmar, ont peut admirer un riche patrimoine, civil et religieux, du Moyen-Âge au 18e siècle.

         le quartier de la "Petite Venise", devenu l' endroit incontournable des photographes.         Le " Quartier des Tanneurs" reconnaissable entre tous pour ses grandes maisons aux façades blanches. Sans oublier, la Maison Pfister, la Maison des têtes, l' ancienne Douane, la collégiale St Martin. Autant d'atouts qui agrémentent notre balade.

Nous passerons un bel après midi ensoleillé. Nous quitterons la ville, en saluant la réplique de la statue de la Liberté.

P1020670 (800x600).JPG

P1020671 (800x600).JPG

Quai de la poissonerie

P1020672 (800x600).JPG

P1020681 (800x600).JPG

Petite Venise

P1020682 (800x600).JPG

P1020690 (450x600).JPG

P1020695 (800x600).JPG

P1020698 (800x600).JPG

Canaux intérieurs

P1020702 (800x600).JPG

Collégiale Saint Martin

P1020704 (800x600).JPG

P1020708 (450x600).JPG

Maison Pfiters

DSC_0794 (800x535).JPG

 Réplique en résine de la statue

De retour au bercail, nous nous préparons à savourer la gastronomie alsacienne. La cuisine traditionnelle de la " Tour de Turckheim " nous tend les bras.

Toujours recommandé par la population locale. Informel, avec un large choix de plats. Après un accueil chaleureux et l' apéritif, nous rentrons dans le vif du sujet.

La commande : Choucroute, Vol au vent, accompagnent le Pinot Noir en résistance  et autres Sorbet au Marc de Gewuztraminer en dessert. 

Une cuisine issue du quotidien des familles alsaciennes. Il me reste plus qu'a dire

E Guata ( bon appétit ) 

Résultat de recherche d'images pour "la tour restaurant turckheim"

Restaurant la Tour de Turckheim

tour.jpg

Résultat de recherche d'images pour "la tour restaurant turckheim"

Nous n'avons pas choisis Turckheim au hasard pour souper. C'est aussi, que nous attendons 22h00, la ronde du " Veilleur de nuit ".

D' une durée de 50 minutes, la ronde du veilleur est une tradition reconnue. Nous attendons son arrivée, près du Corps de Garde. Les cloches sonnent, l'individu fait son apparition et nous accueille par le chant.

" Han sori zu Fir und Liacht " (Prenez soin de l'âtre et de la chandelle )

Cette ronde avait pour but, d'éviter les incendies. Une chandelle non éteinte ou un foyer mal contrôlé pouvaient déclencher une catastrophe.

Nous le suivons au pas, s'arrêtant fréquemment pour distiller son chant, et nous expliquer son rôle, sa façon de s'habiller, et les points forts de la cité.

Une balade fort instructive, avec des moments de fou rire, et d'une durée avoisinant les 90 minutes. 

Merci à lui, pour cette soirée.

Il est l' heure de rentrer et de veiller à ce que les bougies soient éteintes. 

 

" Ecoutez ce que je veux vous dire

La cloche vient de sonner 10 heures

Prenez soin de l' âtre et de la chandelle

Que Dieu et la Vierge vous protègent

Me voici de garde

Que Dieu nous donne à tous une bonne nuit "

20170911_215434.jpg

20170911_215458.jpg

20170911_222157.jpg

Demain, sera un autre jour, la météo se gatte, je crois que notre séjour cyclotouriste prend     l' eau.

 

 

 

 

 

 

 

12:13 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

20/09/2017

SEJOUR ALSACE TURCKHEIM 2017

 ban.jpg

 Samedi 9 septembre 2017

Retour en terre alsacienne pour les sociétaires de la Petite Reine de Condé. 7 jours de vélo, entre vignes et villages, afin de terminer l' année cyclo en beauté.

Direction le sud de l' alsace pour Philippe, Michel et Landino, et plus particulièrement la région du Grand Pays de Colmar. Destination unique, qui va nous offrir une palette complète de paysages. Vallées, forêts, plaines, vignobles, villages, autant d'atouts qui caractérisent ce territoire.

Turckheim, blottie aux pieds des vignobles, sera notre point d'attache.,

Nous prenons la route, le samedi 9 septembre 2017, très tôt afin de parcourir les 550 km qui nous séparent des contreforts vosgiens. Se rapprochant, nous décidons une halte gastronomique à Riquewihr. Passage obligé au restaurant ou Choucroute, Tourte et Bakéoff nous attendent. A la sortie, un bref passage en ville, histoire de mettre en route la pellicule, qui n'en doutons pas, chauffera, tellement les cartes postales sont sublimes.

DSC_0268 (800x535).JPG

RIQUEWIHR

DSC_0272 (401x600).JPG

DSC_0278 (800x535).JPG

DSC_0282 (401x600).JPG

DSC_0283 (401x600).JPG

DSC_0290 (401x600).JPG

DSC_0294 (401x600).JPG

DSC_0300 (800x535).JPG

DSC_0799 (800x535).JPG

Nous finissons par arriver à Turckheim, et déjà, nous remarquons que les départs de randonnées ne seront pas de tout repos.

Après avoir pris possession du gîte, un petit tour du propriétaire s'impose. Dehors, des bruits assourdissants de moteurs envahissent la cité. Nous sommes en pleine préparation d'une course automobile.

Demain, la 61 ème course de côte de Turckheim, prendra le départ en ville. Il y aura effervescence de prototypes automobiles, de logistique, de matériels et d'afficionados.

Nous terminerons la soirée par un petit tour au village afin d'y repérer les lieux.

 

Dimanche 10 septembre 2017

Le jour se lève sur les collines environnantes, le soleil a déjà fait son apparition. L' ingrédient essentiel pour une bonne sortie en bicyclette.

Car au programme ce matin, la montée du Col du Bonhomme, le Col du Calvaire et la descente vers 3 Epis.

8hoo, nous quittons Turckheim en suivant une côte derrière la maison. 800 m de montée qui mettent les muscles en action. Le soleil illumine les coteaux et réchauffe le raisin a peine sortie d'une nuit bien fraîche. La température ce matin ne dépasse pas les 12°.

Nous allons découvrir pour certains et redécouvrir pour d'autres la route des vins, qui doit nous emmener vers les cols.

Niedermorschwihr, Igersheim, Ammerschwihr, ces petits suffixes qui se terminent en " Heim " ou " Wihr " et qui désignent des villages seront nos premiers points de passage. Nous approchons de Kaysersberg,  le village du roi de la montagne, et village préféré des Français. Nous décidons d'emprunter ses pavés et de fendre le silence qui règne ce matin. Le village à cette heure offre un autre visage, calme et paisible, avant l' afflux des milliers de badauds.

Nous quittons la ville, pour emprunter la D415, qui doit nous emmener au sommet du col. 16 km de montée progressive, nous laisse le temps d'admirer le paysage. La montagne vosgienne, la forêt verdoyante , les couleurs qui nous entourent, nous émerveillent. Rien a voir avec nos paysages tristes en couleurs.

Une montée placée sous le signe de la sécurité, tant cet axe est emprunté par de nombreux usagers de la route. Après quelques kilomètres d'efforts, nous arrivons au pied du panneau qui nous indique que nous en avons fini. Le traditionnel selfie et un ravitaillement rapide, et c'est reparti. Nous quittons cette route, pour nous diriger vers une autre voie, la route des crêtes. Mais avant cela il y aura les cols du Louschbach et du Calvaire a passer.

Une montée tranquille de 6 km, en plein paysage forestier nous guide vers la station du Lac Blanc. Nous arrivons au sommet avec le soleil, la fraicheur est toujours d'actualité. La station, avec ses 14 km de pistes de ski alpin, et ses 78 km de pistes damées pour le ski de fond offre aux skieurs de splendides panoramas en hiver. En été, la station propose une multitude d'activités.
Randonnées et évasion sur les crêtes vosgiennes à pied, en VTT, à cheval ou même en parapente permettront de prendre un grand bol d'air pur.

 Nous basculons vers le Lac blanc qui est le passage obligé des motards. Nombreux sont ceux qui serpentent les routes sinueuses de la montée et de la descente, avant de s'offrir une boisson à l' auberge des 1000 mètres. Pour nous, pas de halte, qui bifurquons vers Orbey. Une belle descente, nous emmènera vers la vallée de Kaysersberg.

Nous finirons cette balade, avec 70 km au compteur et 1120 m de dénivelé.

DSC08782 (799x600).JPG

DSC08783 (800x600).JPG

DSC08784 (800x600).JPG

DSC08785 (800x600).JPG

DSC08787 (799x600).JPG

DSC08788 (800x530).JPG

DSC08789 (800x600).JPG

DSC08790 (450x600).JPG

DSC08791 (800x600).JPG

DSC08792 (797x600).JPG

DSC08793 (800x600).JPG

DSC08795 (800x600).JPG

DSC08796 (800x600).JPG

DSC08797 (800x579).JPG

DSC08801 (799x600).JPG

DSC08802 (800x600).JPG

20170910_101228 (800x600).jpg

296672846.jpg

1850827245.jpg

3127767338.jpg

1246647442.jpg

DSC08805 (798x600).JPG

L'après midi s'annonce sous le signe de la mécanique, avec la 61 ème course de côte de Turckheim - 3 Epis , course comptant pour le championnat de France de la montagne.

6km de montée à fond, ou plusieurs catégories s'affrontent dont des protos Sport, Productions, et Vintage.

Une montée bâclée en 2minutes 23 secondes pour le meilleur.

Des bolides de 800 kg pour 275 chevaux.

aff.jpg

Sans titre.jpg

 

DSC_0095.JPG

DSC_0097.JPG

DSC_0103.JPG

Photo JB DENIS

05-d_meillon.jpg

Photo JB DENIS

20-jj_maitre.jpg

Photo JB DENIS

33-p_schmitter.jpg

Photo JB DENIS

62-jc_demessine.jpg

Photo JB DENIS

 

210-c_starck.jpg

Photo JB DENIS

231-c_schmitter.jpg

Photo JB DENIS

261-g_toral_.jpg

Photo JB DENIS

70d-turckheim_loeb_208.jpg

 Avec la présence en démonstration de Sébastien Loeb

9 fois champion du monde WRC de 2004 à 2012

et vainqueur de Pikes Peak 2013

au volant de la Peugeot 208 Pikes Peak, de la Citroën C4 WRC et de la Peugeot 306 Maxi

 Résultat de recherche d'images pour "loeb"

L'après-midi continue avec la visite de Kaysersberg,  la perle de l' Alsace.

Village préféré des français en 2017, le deuxième village alsacien a être couronné, 4 ans après Eguisheim.

Une vraie carte postale. Elle manque pas de charme. Vignobles, géraniums au balcon, maisons à colombages, façades colorées, rivière, un château qui surplombe le village et offre un point de vue imprenable. Nul doute, la commune de Kaysersberg est l' étape incontournable en Alsace. Et pour les amoureux d’histoire, à la fin de la ville, se dresse la maison natale du docteur Albert Schweitzer, prix Nobel de la paix.

700 000 visites par an, et cela va augmenter avec ce nouveau titre.

DSC_0060 (800x535).JPG

KAYSERSBERG

DSC_0061 (401x600).JPG

DSC_0064 (800x535).JPG

DSC_0066 (800x535).JPG

DSC_0068 (401x600).JPG

DSC_0072 (800x535).JPG

DSC_0075 (800x535).JPG

DSC_0084 (800x535).JPG

DSC_0085 (800x535).JPG

DSC_0091 (800x535).JPG

DSC_0100 (800x535).JPG

DSC_0108 (800x535).JPG

DSC_0113 (800x535).JPG

DSC_0117 (401x600).JPG

 

 

 

22:56 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |

06/09/2017

LECELLES - BRAY DUNES 2017

  LBD9.jpg

 Nouveau départ cette année pour accueillir la randonnée audax Lecelles - Bray Dunes. Un périple de 145 km, qui démarre de la vallée de la Scarpe, traversera le Pévèle, les Weppes, la Flandre et se terminera sur les bords de la Côte.

4 mois de préparation, de demandes d'autorisation de traversée de villes et villages, de repérage, de sollicitations de sponsors, afin que cette balade soit à la hauteur de celle de l'an dernier. Plusieurs clubs ont mis les pieds dans le plat pour offrir aux participants, les meilleurs conditions pour rouler en toute quiétude.

La seule ombre au tableau, une météo capricieuse, mais qui devrait nous laisser le temps d'arriver sur la digue sans pluie. Ce qui devrait ravir nos participants qui veulent en découdre avec le Mont Noir et Cassel.

Cette année, nous changeons d' itinéraire, pour ne pas sombrer dans la monotonie et offrir plus de dénivelé et d' authenticité à nos participants. Le lieux de rendez-vous est fixé à l' Ecole communale de Lecelles, et c'est Philippe Beyaert qui nous accueille tôt en cette journée du 3 septembre 2017.

6h45, les premiers trustent déjà les places de parking, et se préparent pour cette pédalée de long cours. 7h15, dernier rappel sur les règles de sécurité et le déroulement de l'exercice.

7h30, les motards se mettent en place et ouvrent la route. La température fraîche et la brume laisse présager de bonnes conditions météo pour le reste de la journée. Et c'est parti pour découvrir de nouveaux horizons en cette région Amandinoise. Direction Rumegies, Saméon, Aix, des endroits peu fréquentés par nos cyclos et qui vont être enchantés des paysages parcourus.

Nous entrons maintenant en pays Pévèlois, et après avoir traversés Bersée, c'est Mons en Pévèle qui pointe le bout de son nez. Une petite montée pour chauffer tous ces muscles après seulement 25 km. Le soleil a déjà fait son apparition et commence à réchauffer les corps.

Nous nous dirigeons à présent vers notre premier ravitaillement qui se trouve à Wavrin. La longue file que nous formons, nos véhicules et motos laissent parfois les badauds étonnés. Et pas seulement les passants, mais aussi les cyclos que nous croisons, qui nous regardent avec stupéfaction.

Après 50 km, nous stoppons sur un aire en pleine nature. Certains réparent des crevaisons, d'autres se soulagent, mais la majorité se désaltèrent à notre stand. Petite collation avant de se frotter aux premières difficultés de la matinée.

Nous tombons les vestes et k-way, et enfourchons nos machines. Nous quittons le Pévèlois pour entrer dans les Weppes. Avec des traversées de villages comme Le Maisnil et autres. Fini les larges routes, il va falloir être attentif pour rouler sur ces petites routes de campagnes, que seuls quelques engins agricoles empruntent.

Remercions au passage, l' excellent tracé de Jean Jacques, qui s'est décarcassé pour nous trouver des routes bucoliques et pastorales. Ou règne la tranquillité, ce ne sont  pas le bruit des animaux beuglant et gémissant, qui semblent déranger nos cyclos.

Au fur et à mesure de mes remontées, j'ai l'occasion de taper la discute avec quelques nouveaux invités. Ils semblent déjà conquis à mi-parcours des conditions dans lesquels ce déroule ce voyage à la mer. Tant mieux pour nous, qui voyons là des occasions de renouveler l'aventure.

Mais pour l'instant, rien d' étonnant. Pas grand chose à se mettre sous la dent. Il faudra attendre quelques kilomètres pour empiéter sur le territoire des Monts de Flandres. Nous aurons le Mont Noir comme point de mire, celui-ci culmine à 152 m Il est plus connu chez nous pour ces courses effrénés aux places de parking, car ici, le week end, on vient acheter ses cigarettes moins chères.

Nous abordons St Jans Cappel. Des ouvrage militaires nous ouvrent la route et nous montrent combien encore, ici et là, la guerre fut présente dans le secteur. Nous laissons partir les meilleur se défouler, et découvrir pour certains le Mont. Quand à moi et Didier, nous montons au train, et profitons des joies de la montée.

Arrivés sur les hauteurs de la ville, nous regardons brièvement sur le côté droit de la route et remarquons encore, les nombreux français venus passer la frontière pour se fournir en tabac. Pour nous, pas de halte, mais un à gauche toute. La montée n'est pas finie, quelques mètres de plus avant de basculer sur l'autre versant.

Dans la descente, on nous attends et nous montre la route. Arrivés sur la place de Berthen, un comptage est fait et ce qui devait arrivé, arriva. Deux Flinois manquent à l' appel. Heureusement pour nous, la technologie faisant le reste. L'utilisation des smartphones, fait que nos amis nous attendent sur le parvis de l' église de Godewaersvelde.

Plus de peur que de mal, nous reprenons la route, en direction des villages Patrimoines dont Godewaersvelde, Boeschèpe, et Berthen font partis. Nous récupérons nos étourdis qui dans la descente du Mont Noir, ont fait un tout droit. D' où encore une fois l' intérêt, d'être attentifs et groupés, afin de minimiser ces problèmes.

Des problèmes, nous en collectionnons quelques uns, des crevaisons et sauts de chaines, nous font perdre quelques minutes précieuses. Et nous font chasser à l'arrière, pour ne pas retarder les autres.

Nous arrivons au carrefour, et remarquons à notre gauche, le Blauwershof de Godewaersvelde. Qui est, avec le Roi du Potjevleesch  l'une des bonnes adresses du coin, on peut y boire une bonne bière et déguster un plat typique flamand.

Nous quittons Godewaersvelde, en remontons vers Boeschèpe et son Oudankmeulen, un moulin à pivot construit en 1802. Magnifiques panoramas que nous offrent ces géants aux ailes fragiles. Véritables valeurs sures touristique.

Après une énième réparation devant Notre Dame des Champs, il est temps de s'attaquer au Mont Cassel, qui se dresse devant nous. Je rattrape Didier et entamons la montée calmement. Le reste de la troupe, parti à l'assaut du Moulin, est déjà loin. Mètres après mètres, nous finissons  par arriver sur le secteur pavé qui nous conduit sur la place de l' Hôtel de ville.

Nous contemplons ces visiteurs attablés et dégustant l' apéro, qui n'ont faire de notre souffrance. Mais que cela tienne, nous avons décidés de ne pas mettre pied à terre. Nous tournons sur notre droite pour nous dresser sur nos machines,et gravir le dernièr raidillon. Nous finirons par apercevoir l'entrée au parc du Belvédère. Mais les pavés auront raison de nous.

Nous nous joignons à nos compagnons, contemplant la vue magnifique  qu'offre le Belvédère.  De là, nous pouvons " voir ", la Chaussé Brunehaut, le Mont St Michel, Tunis, et les grands noms de notre géographie.

Nous immortalisons la somptueuse vue en prenant une pléthore de photos.

N'oublions pas non plus celui qui se cache derrière les feuillus, le Moulin de Cassel. Construit au 17 ème siècle, incendié puis détruit. En 1949 la ville rachète un moulin qui tombait en ruines à Arnèke, le restaure et l'installe au sommet du mont Cassel. Aujourd'hui fermé pour des raisons de sécurité, nous espérons qu' il rouvrira ses portes aux badauds et continuera à transformer le blé en farine.

Nous redescendons quelques mètres plus bas pour nous restaurer. Notre deuxième ravito, situé  à quelques encablures du collège des Jésuites, nous accueille avec ses Queue de Charrue, sandwich filé américain, et autres casse croûte préparés par nos deux Miss.

Une fois rassasiés, nous enfourchons une fois de plus nos vélos et redescendons Cassel. Après quelques dispersions, et une remise en ordre de marche musclée, il est temps de rattraper le temps perdu et d'accélérer le mouvement pour être dans le tempo. Le vent aidant, l'appel de l' écurie, fait en sorte, que nous arrivons sur la jetée de Bray Dunes dans l' horaire indiqué.

Un dernier selfie groupé, quelques congratulations, des mains qui se serrent, et un regard vers le large, nous rappelle que la journée n'est pas finie. Une douche nous attends au Camping Municipal. Le temps de charger les vélos dans la remorque, et nous filons  vers le Bar du Casino, on nous attends pour le traditionnel " Frites-Moules " et si cela ne convient pas, il y aura toujours la " Carbonade Flamande "

16h00, le restaurant est quasiment occupé par les 70 convives que nous formons. Après quelques  " Ruby " avalées, les discussions vont bon train. Chacun réserve déjà sa place pour l'an prochain. La journée se termine, merci aux clubs qui ont participés sitons :

 Condé, Aulnoy, Bruay, Valenciennes, Quarouble, Flines lez Mortagne, Bohain en Vermandois, Petite Forêt, St Amand, et autres individuels.j

Je tiens à remercier tout ceux qui ont œuvrés pour cette rando, Jean Jacques, Laurent, Jean Paul, Jonathan, Dominique et Dominique, Emile, Janique et Nathalie.

 Merci aussi à nos sponsors, Les Ets Pépin à Anzin, Décathlon d' Aulnoy lez Valenciennes, Troc bike de Préseau, et le Pain de nos Ancêtres à Landas. 

Rendez-vous le 17 septembre 2017, pour la fête de clôture du challenge, à Quarouble.

IMG_4381.JPG

IMG_4391 (800x533).JPG

IMG_4413 (800x468).JPG

IMG_4425.JPG

IMG_4430.JPG

IMG_4445.JPG

DSC08699 (800x600) (800x600).JPG

vlcsnap-2017-09-03-21h53m01s967.png

vlcsnap-2017-09-03-21h57m00s492 (800x450).png

vlcsnap-2017-09-03-21h57m15s727.png

vlcsnap-2017-09-03-21h57m20s499.png

vlcsnap-2017-09-03-21h57m39s144.png

IMG_4473.JPG

IMG_4480.JPG

21316167_1539616309432196_6675123791785991679_o.jpg

IMG_4490.JPGIMG_4493.JPG

IMG_4497.JPG

IMG_4499 (800x426).JPG

IMG_4508.JPG

IMG_4516.JPG

IMG_4518.JPG

IMG_4525.JPG

IMG_4526.JPG

IMG_4527.JPG

IMG_4534.JPG

vlcsnap-2017-09-03-22h01m00s705.png

vlcsnap-2017-09-03-22h01m09s674.png

IMG_4535.JPG

IMG_4536.JPG

IMG_4537.JPG

IMG_4546.JPG

IMG_4550 (800x533).JPG

IMG_4551.JPG

IMG_4543.JPG

IMG_4554.JPG

IMG_4555 (800x533).JPG

IMG_4559.JPG

IMG_4561.JPG

IMG_4562 (800x533).JPG

IMG_4563.JPG

IMG_4566.JPG

IMG_4567.JPG

21273077_1539615752765585_386054608839886184_o.jpg

21318917_1539616219432205_596800905071180977_o.jpg

agIAkO_14uHkBFs09iQOkwrbeh8.jpg

65748466.jpg

DSC08780.JPG

IMG_4612 (800x533).JPG

IMG_4615.JPG

IMG_4630 (800x533).JPG

IMG_4633 (800x533).JPG

IMG_4634.JPG

IMG_4653.JPG

IMG_4655.JPG

IMG_4658.JPG

IMG_4659.JPG

IMG_4670.JPG

IMG_4671.JPG

5453775.jpg

21270863_1539615586098935_1871695709763439095_n.jpg

DSC08739.JPG

DSC08741.JPG

DSC08752.JPG

DSC08756.JPG

DSC08757.JPG

DSC08773.JPG

IMG_4680.JPG

IMG_4687 (800x539).JPG

IMG_4688 (800x504).JPG

IMG_4689.JPG

IMG_4690.JPG

IMG_4691.JPG

IMG_4720.JPG

IMG_4733.JPG

IMG_4747.JPG

IMG_4748.JPG

IMG_4749.JPG

IMG_4769 (800x533) (1).JPG

21273539_1539615429432284_7321757824131271288_o.jpg

09:02 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Digg! Digg |  Facebook | |