18/10/2010

RICCIONE OCTOBRE 2010

Comme chaque année, depuis quatorze ans. L'hôtel Dory remercie ses nombreux cyclistes qui viennent passer leurs vacances, dans leur établissement.

L'ambiance est idéale pour ceux qui désirent conjuguer moments de détente et de bien être.

Les établissements Dory nous invitent dans un véritable hôtel pour cyclistes. Dans la région du pirate, celle de Marco Pantani. Idole du coin, puisqu'il est originaire de Cesenatico.

Les nombreux cyclos découvriront de merveilleux parcours, à travers la région de la Romagne, des Marches et de la Toscane.

La richesse de l'arrière pays permet chaque année de varier les parcours. On vous proposera des routes sinueuses, des collines douces, des panoramas enchanteurs, tout ça, loin de la circulation.

Vendredi 8 octobre 2010

Le départ est fixé à 15h45, sur l'aire de repos de Spy ( Belgique ). Mais nous préférons ne pas arriver en retard, pour charger les vélos, bagages et autres. Et c'est ainsi que Philippe, Daniel, Franco et Marie Claude arriveront à la station Total, avec plus d'une heure d'avance sur l'horaire.

Au moins, nous étions sur d'avoir nos places dans le bus. Après un café, consommé à la boutique, nous chargeons nos bagages dans le car. Il est 15h45, le départ est imminent. Un dernier « au revoir » et c'est parti pour 17 h de bus. C'est long, il nous faudra trouver de l'occupation à l'intérieur. Nous voyageons vers Weyler ( Arlon ) pour récupérer les autres cyclos.

17h15, nous arrivons au siège de la «  Généraltour ». Le temps d' embarquer le reste de la compagnie, et de se soulager. Nous reprenons la direction de Saint Avold, pour y souper.

19 h30, nous arrivons sur les lieux. Nous dégustons peut être notre dernier repas français, avant d'arriver en Suisse.

23 h 15, nous franchissons la frontière et nous faisons notre première halte a Bâle. Nous avons peu de temps, il faut respecter l'horaire planifié par les conducteurs.

1_Slide apertura.jpg

DSC09764.JPG

L'embarquement a Spy

DSC09765.JPG

dyn006_original_284_361_jpeg_2646897_a03935227b32eff27b31b5a5b7a10a8a.jpg

Le long trajet

Samedi 9 octobre 2010

03 h 10, nous quittons la Suisse pour entrer en Italie. Chiasso sera notre première ville traversée. Plus le temps de s'arrêter. Un bon film, une fois terminé  il faut dormir. Malgré l'inconfort des sièges qui nous torture le cou.

Le ciel se lève a l'aube, il nous reste encore une heure pour arriver à Forli, pour y prendre notre petit déjeuner. Une heure plus tard, nous quitterons les lieux pour un dernier arrêt, Riccione.

09 h 30, l'arrivée à Riccione, nous croisons ceux du séjour précédent. Le temps de décharger nos bagages et de remonter les vélos. Nous attendons un sacré laps de temps avant de pouvoir récupérer les cartes des chambres.

Nous en profitons pour aller se rafraîchir, au bord de la mer. Le soleil est parmi nous, nous espérons qu'il restera avec nous cet après midi.

Il est 13 h 00, quand nous percevons nos cartes. Nous sommes logés dans les Suites Savioli à 100 m de l'hôtel. Des chambres plus luxueuses et plus pratiques que de l'autre côté.

Un vrai palace avec petite kitchenette, de quoi se préparer un repas et un balcon plus vaste avec une vue plus agréable.

Le repas du midi est servi, et il nous reste une heure pour se préparer pour la balade de l'après midi.

Un parcours concocté par Eddy. 4O km, dans l'arrière pays, pas de quoi fouetter un chien.

Une petite promenade, histoire de se détendre.

Nous finirons cet après midi, par le drink de bien venu, offert par Stefano Guiliodori, le directeur de l'hôtel, avec Riccardo Steiner et le mécanicien Drelli.

Le programme nous est détaillé en français et en anglais. Le responsable des guides Riccardo, ancien cycliste professionnel suisse des années Merckx, nous affichera le parcours du lendemain, avec longueur, dénivellé etc...

4 groupes :

Borghi e castelli : vitesse moyenne 17-19 km/h

Cappuccino : vitesse moyenne 20-22 km/h

Cappuccino super : vitesse moyenne 23-25 km/h

Limoncino : vitesse moyenne 24-28 km/h

DSC09797.JPG

DSC09779.JPG

L'hôtel

DSC09770.JPG

DSC09771.JPG

Le port de Riccione

DSC09774.JPG

DSC09776.JPG

DSC09775.JPG

Au bord de mer avec apéro et poissons frits

DSC09786.JPG

DSC09780.JPG

DSC09781.JPG

La suite Savioli de l'hôtel

DSC09787.JPG

Le départ de la première sortie

DSC09793.JPG

Riccardo, Stefano et Jean pour l'accueil de la semaine

DSC09794.JPG

Au restaurant

Dimanche 10 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner copieux, et préparatif pour la sortie de 100 km. Les groupes se sont inscrits la veille. Je prendrai le groupe 2, pour démarrer. Aujourd'hui la Strada Panoramica, 100 km.

Après réflexion, je fini par choisir le groupe Limoncino. Attention, car il y a deux ans, j'avais commencé fort, pour finir sur les rotules, le premier jour, à cause d'une fringale.

Nous prendrons quelques photos avec Eddy Laubsher, qui a la charge du groupe Borghi e castelli.

Nous avons aussi la visite de Jamie Burrow, ancien équipier de Lance Amstrong et vainqueur du marathon des Dolomites 2009.

09 h 30 Le départ est donné, direction Cattolica et Gradara. Nous passons au pied de la forteresse qui fût le théâtre de la lutte entre les Malatesta et les Montefeltro .Et puis Tavullia, la ville ou est natif le grand champion de moto, Valentino Rossi. Nous passerons devant la maison de sa mère. Garer devant le portail, un apetto a moteur portant le n° 46.

Pour l'instant tout va bien avant la première belle bosse de la journée, Saint Angelo in Lizzola ( 312 m). Une fois montée, nous nous dirigeons vers la deuxième, juste avant d'entrer dans la ville de Monbaroccio, une forteresse datant du 13 ème siècle. Une fois gravie, nous passons la porte principale, la Porta Maggiore pour nous diriger vers le troquet du coin, pour y déguster un cappuccino. Le temps de se faire tirer le portrait en groupe, nous descendons vers Candelara, une colline un peu plus douce que les deux précédente.

Voilà, le plus gros est fait, et direction Pesaro, la ville ou commence la « Strada Panoramica ». La route panoramique commence par monter, logique, puisqu'il nous faut un panorama de choix. Ca monte quand même, les villages culminent a 170 m environ. Il faut dire que nous sommes sur les terrains privilégiés du Pirate, Marco Pantani.

La route tient toute ses promesses, mélanges de nature, de la végétation luxuriante et de petits villages pittoresques. Surtout celui de Fiorenzola. Les jambes sont dures, ça commence à coincer un peu dans les montées. Mais bon, un fois passé Gabicé Mare, le terrain est plus propice aux rouleurs.

Nous rentrons bon train, et après 04 h 00 de route et 105 km, 1250 m de dénivelé. IL est temps de rentrer. Direction la douche et surtout l'oasis de bien être. Les piscines à jets lympho drainants, l'eau a 35 °, la grotte des arômes. Bref Daniel et moi y sommes restés plus d'une heure. C'est très relaxant.

Une fois terminé, nous nous sommes promenés en ville, noire de monde. Pour un dimanche après midi, nombreux commerces sont ouverts. Une dernière virée le long de la digue et retour à l'hôtel.

1jpg.jpg

DSC09798.JPG

Daniel, Eddy et les cyclos d'Orchies

DSC09799.JPG

DSC09803.JPG

DSC09804.JPG

Monbaroccio

DSC09806.JPG

Le groupe Limoncino

DSC09807.JPG

DSC09809.JPG

Paysage de la Panoramica

DSC00343.JPG

DSC00342.JPG

DSC09810.JPG

Limoncino a Fiorenzola

DSC00340.JPG

DSC00351.JPG

DSC09811.JPG

Décontraction

Lundi 11 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie du jour, Montealtavellio - Vecciano

Aujourd'hui nous dînons a la maison de campagne du père de Stéfano Guiliodori, le directeur de l'établissement. Un parcours modeste de 85 km.

Au menu pic-nic géant, buffet froid, pizza et pasta.dans un cadre champêtre.

09 h 30 Départ de la randonnée, nous commencerons par une bonne partie de plat. Nous passons a côté du circuit de Mizano, c'est la seule curiosité du coin. Il nous faudra attendre St Clemente pour rencontrer une montée digne de ce nom. Le temps n 'est pas au beau fixe, nuages et un peu de brouillard nous empêche d' admirer le paysage. Les routes sont en très mauvais état, et comble de l'histoire, nous sommes sans cesse, assaillis de bruits de klaxon. Si on pouvait leur supprimer, quel bonheur.

11 h 00, premières gouttes de pluie, il fallait s'en doutait, vu la météo.

Nous rencontrons nos premières difficultés a Montegrimano et Montelicciano. Des monts de plus de 550 m. Le plus impressionnant est la descente de Montelicciano, les mains sur les cocottes tout au long de la descente. Des pancartes en permanence ou l'on peut lire «  Frano ». Bref, aux seuls moments d'accalmie, nous regardions le rocher de St Marino.

Nous finirons la première période de la randonnée par une partie de manivelles. Avant de tourner plein pot vers la villa des Guilodori. Une petite grimpette de 100 m, mais très abrupt. Plusieurs chutes sont a dénombrées.

Il est temps de se changer, et de se diriger vers le buffet. Pizza, piadina, salami, fromage, et pâtes.

Un vrai repas de cycliste. Nous apprécions notre repas, malgré la moiteur. Le repas sera conclut par une bonne Limoncello maison.

14 h00, c'est le rappel des troupes, tous en selle. Il nous reste peu de kilomètres avant d'arriver a Riccione.

17 h 30 Marché au salon de l'établissement de vêtements cyclistes a l'effigie de l'hôtel. Nous finirons cette journée par un bon repas et un moment de détente dans la grotte des arômes et aux piscines.

2.jpg

CIMG0358.JPG

 DSC09819.JPG

DSC09820.JPG

Décontraction en attendant le groupe Cappuccino Super

DSC09823.JPG

Pic nic géant chez les parent de Stéfano

DSC09825.JPG

Les explications pour la grande étape du lendemain

DSC09826.JPG

Public attentif

DSC09824.JPG

Tous a table

100_3000.JPG

100_2999.JPG

Moments de détente

DSC09828.JPG

Supermarche au salon

Mardi 12 octobre 2010

Aujourd' hui étape reine de 135 km, Sogliano – Barbotto. Le départ est fixé une heure plus tôt, vu le kilomètrage.

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la journée.

08 h 30 Départ de la randonnée, nous empruntons une portion de plat en quittant la ville. La première côte de la journée n'est pas longue, elle se trouve a St Lorenzo a monte, elle culmine a 130 m. Mais déjà, elle laisse entrevoir la suite.

Km 50, nous montons plus haut avec la montée de Borghi. Puis le premier col a 385 m, Sogliano. Nous sommes au km 50. Soglianoest une colline des Apennins romagnols. La c'est tout autre chose, j'arrive a ne pas me faire distancer et je finis avec les autres. Mais c'est dur.

Nous nous dirigeons maintenant vers le Barbotto, un autre col qui se situe a Mercato Saraceno. Une porte d'entrée d'un véritable calvaire pour les amateurs de vélos. Longue de 4,7 km, elle culmine a 515 m, avec des dénivelés frôlant les 18 % a certains moments. Il faut monter a la pointe du jarret. Quand a moi, j'ai monté a mon train. J'ai du mettre pied a terre, une vingtaine de mètre, suite a une crampe. Une fois gravie, je suis heureux de voir les autres s'être arrêtés, au «  Bar Ristorante de Barbotto ». Une bonne collation, une « birra » fraîche, pour se désaltérer. Et c'est reparti, pour la descente, les mains sur les cocottes.

Fini, pour le moment, cols et autres montées. Un peu de plat pour respirer un peu. Mais les bonnes choses ont une fin, avec l'approche vers Verucchio, au km 100.

Elle culmine a 296 m, elle doit être d'une longueur de 1,5 km. Arrivés en haut, nous avons à peine le temps de regarder la vallée de Marecchia. Une vue splendide sur la plaine.

Il nous reste une bonne trentaine de kilomètres a parcourir pour finir notre parcours. On finira par une bonne partie de manivelles, roulant entre trente cinq et quarante cinq kilomètres. Nous faisons notre entrée a Riccione, avec une bonne motivation pour locomotive. Une belle italienne venu jouer avec nous cette fin de parcours.

Nos 130 kms sont bouclés, direction le restaurant, manger des pâtes. Après une bonne douche, nous prendrons une fois n'est pas coutume, le chemin des piscines. Une bonne séance de relaxation, avec jets, SVP.

3.jpg

DSC09830.JPG

Limoncino et Jamie Burrow

DSC09832.JPG

CIMG0405.JPG

CIMG0408.JPG

Sogliano

Barbotto_Mercato_Saraceno_profile.gif

CIMG0414.JPG

Le Barbotto

24052009062.jpg

DSC09836.JPG

Passage oblige de la Nove Colli

DSC09837.JPG

CIMG0429.JPG

Le bar Barbotto

CIMG0432.JPG

Limoncino

Mercredi 13 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie du matin. Aujourd'hui, c'est le jour de repos des guides, pas de randonnées a l'horizon. Mais, nous décidons a trois de monter le Mont de St Marino.

La pointe orientale du massif montagneux des Apennins, Un mont qui culmine a 790 m.

09 h 00 Départ des trois courageux, avec en prime un crachin du matin. Et comme dit mon ami Alain, «  Pluie du matin, n'arrête pas le pèlerin »

Nous savons que pour y aller, il nous faudra parcourir 25 km, avant de s 'attaquer au Mont.

Nous roulons bon train, nous escaladons quelques montées en guise de mise en jambes. Mais nous sommes vite rattraper par le manque de connaissance du terrain. Nous empruntons la grande route qui mène a St Marin.

Nous attaquons les premiers pourcentages a 13 km du sommet. Petit a petit, nous grignotons sur la montagne. Le seul problème, est la circulation. Omniprésente tout au long du parcours. Nous traversons les faubourgs, Dogana, Serravalle, Domagnano, Borgo maggiore. Les montées sont de plus en plus dures. Les gouttes de sueurs dégoulines le long du visage. Arrivé, a 600 m du sommet, je me fais percuter par une voiture. Encore une fois, les italiens ne respectent en rien les devoirs du bon conducteur. Pour gagner 10 m, cette automobiliste féminine n'a pas hésité a me pousser pour pouvoir se garer plus rapidement. Après une bonne engueulade, et des «  Scusi, en veux tu, en voilà ». Je repars de nouveau, pas de casse. Nous nous approchons du point le plus haut, accessible en voiture.

Ça y est, nous passons devant la porte de la cité, c'est la fin. Le compteur indique 690 m de dénivelé. La température est de 9 °, le brouillard est de la partie. Durant les derniers mètres de l 'ascension, nous n'arrivions plus a se voir a plus de 50 m. Une photo souvenir, un bon cappuccino et nous redescendons vers Faetano. Le chemin sera plus court, tant mieux nous sommes un peu pressé par le temps. Nous devons rentrer avant 14 h 00, pour l'excursion de l'après midi.

Nous roulons entre 35 et 38 km/h, avec des pointes a plus de quarante. Arrivés dans les alentours de Riccione, la pluie refait son apparition. Nous serons un peu mouillés en fin de parcours.

Voilà 60 km effectués, pour un jour de repos.

14 h 00, Départ de l'excursion sous la pluie. Et devinez, ou nous allons. A St Marin. Mais en bus cette fois là. Nous serons un peu déçu du voyage puisqu'il y a du brouillard, et que nous n'y voyons rien.

DSC09845.JPG

DSC09844.JPG

Trois courageux a l'assaut du Mont St Marino

IMG_1560.JPG

photo de St Marin l'après midi ( photo d'Alain Privé )

DSC09846.JPG

Dégustation au Pic nic de St Marin

SDC11134.JPG

Philippe, notre accompagnateur et testeur ( photo d'Alain Privé )

DSC09850.JPG

Souper du soir

Jeudi 14 octobre 2010.

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie de la journée.

Aujourd'hui je roule avec le groupe Borghi e Castelli, je rejoins donc Daniel et Cesare pour une séance de photos souvenirs.

Nous sommes accompagnés d'Eddy, notre guide pour cette balade. Il n'y a pas de grosses difficultés sur le parcours. Une seul bosse au programme. Nous prendrons donc des photos, ce pour quoi nous sommes venus.

Les 57 km sont bouclés assez vite, ce qui nous permettra de rentrer tôt et pouvoir se reposer un peu avant la grande randonnée. Nous profiterons de cet après midi pour visiter le grand centre commercial de Rimini, le Befane. Il fait honneur a sa réputation, il est vraiment gigantesque.

Nous finirons cette journée, par un retour en bus. Les italiens sont dangereux en voitures, et je confirme, ils sont aussi dangereux en bus.

5.jpg

DSC09853.JPG

Philippe, Daniel et Cesare

DSC09855.JPG

Cesare

DSC09857.JPG

Daniel

DSC09862.JPG

DSC09870.JPG

CIMG1149.JPG

Un petit coup de pouce

DSC09879.JPG

DSC09887.JPG

4.jpg

Philippe et Jean

Vendredi 15 octobre 2010

07 h 30 Départ pour le petit déjeuner et préparatif de la journée.

Ajourd'hui c'est une randonnée spéciale, Gérard et moi partons seuls pour effectuer la Montée du Cippo, le mont le plus haut de la région. 1410 m d'altitude, et terrain privilégié du «  Pirate ».

Nous comptons faire le «  Tour des 3 régions »,Romagne-Marches-Toscane, de Riccione a Passo Cantoniera puis retour Riccione.

Quand je dois préparer les courses par étapes comme le Giro et le Tour, je n'ai pas besoin d'aller France pour grimper l'Alpe d'Huez, le Galibier, plutôt que le Gavia, le Stelvio ou Mortirolo en Italie.

« A me basta il Cippo della Carpegna è qui che trovo subito tuute ai miei perché » Pour moi, c'est juste la Carpegna Cippo se trouve ici que toutes les réponses à mes pourquoi.

Marco Pantani.

Voilà qui veut tout dire, C'est une belle grimpette en perspective. Drelli, le mécanicien nous donne quelques conseils avant de partir. Nous faisons le plein de victuailles et bourrons nos musettes.

C'est une ballade de 150 km qui nous attends.

08 h30 Départ pour Coriano et puis déjà nos première montée sur Croce. Les jambes sont lourdes et le départ tranquille.

Km 25, Mercatino Conca et ses 285 m l'altitude, et nous faisons que monter. Nous savons que pour rejoindre Carpegna, il faudra effectuer 50 km et un minimum de dénivelé de 750 m au pied du Mont.

Km 35 Montecerignogne et ses 450 m, on ne rigole plus. Les villages que nous croisons sont de plus en plus haut a atteindre.

Km 45 Villagrande et ses 768 m. Encore plus haut, nos regards commence a pointer les collines aux alentours. Nous cherchons a apercevoir le Cippo.

Mais tout se ressemble, des collines partout. Les paysages sont magnifiques. La nature verdoyante. Nous avons de la chance, il ne pleut pas, il ne fait pas froid et les vues dégagées. Temps idéal pour monter.

Km 50 Carpegna, nous y sommes. Un petit panneau nous indique la direction du camping et de ses 1100 m de dénivelé. Nous ne sommes pas encore dans le mont que déjà cela s'annonce difficile.

Nous demandons aux villageois, la route du Cippo, ils nous l'indique et rien qu'a voir leur visage, on ne va pas rigoler.

Et c'est parti pour 7 km d'ascension, mais au bout de 100 m, on se croirait dans le Mur de Huy ou la Redoute. Les doutes s'installent et on se demandent si on va faire demi-tour. Et puis ça se calme, Gérard passe devant et ouvre la route. Je reste derrière et monte a mon rythme. On ne sais jamais.

Ça grimpe et nous pouvons admirer les inscriptions et panneau a la gloire des champions du Giro.

Nous arrivons a 1100 m, au camping. Le temps d'immortaliser cette instant en prenant une photo devant la stèle de Marco.

Je ne peut plus faire demi-tour, Gérard m'a emmener trop haut, il faudra grimper jusqu'au 1400 m. Et c'est reparti pour une deuxième ascension sur des routes remplies de feuilles mortes, glissantes a souhait.

Les virages deviennent de plus en plus relevés, et les pourcentages s'envolent. Je revois Gérard venu me chercher pour m'annonçer que c'est la fin .

1400 m, nous y sommes. Une dernière halte a une autre stèle de Marco Pantani. Des photos souvenirs et des regards ébahis sur l'horizon. Nous dominons les vallées. Il va falloir redescendre sur Miratoio.

3 km de descente dangereuse, les routes étroites et parsemées de feuilles mortes. Les freins vont bon train.

Le vent est puissant, même sur le plat, il faut pédaler fort.

Km 65, la ou on croyait que tout était fini en montée, c'était sans compter Petrella. Une petite montée qui laissera des traces sur les organismes. Pendant 30 km nous redescendrons mètres après mètres tout le dénivelé parcourus a l'aller.

Il nous reste une dernière difficulté a passer. La montée de Tavoleto et ses 387 m d 'altitude. Chose faite, pas sans grande difficulté. Il nous reste une trentaine de kilomètres de plat jusqu'à Riccione.

Nous roulons bon train, car nous voyons que le temps est en train de changer.

Nous entrons dans Cattolica et nous nous dirigeons vers la route la plus rapide et directe qui nous mènera vers Riccione. Pas de bol, nous finirons cette belle ballade avec la pluie, mais heureux d'avoir pu en finir avec le Cippo.

Le temps de se doucher, nous finirons cette après midi par un bain hydromassant pour l'un et une bonne glace a la « Gélatéria Adler » pour l'autre. Une glace italienne a la crème de lait et a la crème d'orange.

Bien mérité je vous l'assure.

Le souper terminé et c'est direction le salon de l'hôtel pour le visionnage des photos prises ça et là.

Un retour en chambre pour finir de remballer les valises, les bonnes choses ont une fin.

Demain c'est samedi et le dernier jour des vacances.

 8.jpg

 altimetria_salita_cippo.gifaltimetria_itinerario_4.jpg

DSC09898.JPG

DSC09899.JPG

DSC09900.JPG

DSC09903.JPG

Le Cippo

9.jpg

DSC09905.JPG

Gérard a la stèle du restaurant

DSC09906.JPG

DSC09908.JPG

DSC09909.JPG

Marco, on entends seulement ta respiration

10.jpg

Le Carpegna, j'en n'ai assez

DSC09911.JPG

DSC09913.JPG

Ca c'est le ciel du Pirate

DSC09912.JPG

12.jpg

DSC09915.JPG

DSC09916.JPG

Tavoleto

Les bonnes choses ont une fin. Dommage que le temps n'est pas été au rendez-vous.

Nous avons pu rouler quand même, mais au niveau excursion ce n'était pas la joie.

Bien logés et une alimentation de qualité, l'hôtel Dory a bien rôdé son établissement.

L'ASBL RICCIONE BIKE de Jean a enmené plus de 10 000 cyclos sur les routes romagnoles.

Elle continuera sans doute a le faire dans les prochaines années, souhaitons lui bonne chance.

Un grand merci aux guides pour leurs connaissances du terrain.

Merci a Bartolo pour son professionnalisme.

Merci a Drelli pour sa disponibilité et ses conseils.

L'ambiance a été idéale tout au long du sejour, une bonne interconnexion entre les cyclos.

Merci a Philippe, notre accompagnateur.

Merci aussi a Franco, Marie Claude, Cesare et Myriame pour leur connaissance de l'italien.

 

zz_Slide chiusura.jpg

 

 

07:49 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philippe, cyclos, monts, riccione | Digg! Digg |  Facebook | |

28/09/2010

MONTS ET MOULINS 2010

Ce dimanche 26 septembre 2010, s'est déroulée la 37 ème Monts et Moulins, organisée par le Cyclo Club de Roubaix.

Plusieurs parcours sont proposés : 35,55,85,120 km pour la route et 45 km pour le VTT.

Crée en 1973, ce brevet a pour objectif de nous emmener à la découverte des moulins typiques par des routes campagnardes et vallonées. Le parcours propose de sillonner les abords des Frasnes jusqu'aux environs de Courtrai, Ronse et Tournai.

Le parcours reprend quelques côtes célèbbres empruntées par les Flandriennes, dont le Mont de l'Enclus, le vieux Kwaremont, le Paterberg, le Kortekeer, Berg ten Houte et autre col de la Croix Jubaru.

Pour faire plaisir aux cyclos, certains pourront emprunter la piste du vélodromme à leur arrrivée.

Notre rendez vous est fixé a 7h30, dérrière le siège du Vélo Club de Roubaix. Philippe et Alain ( Chartres ) sont les seuls à risquer le parcours. La météo n'est pas clémente, mais vraiment pas. Nous quittons Onnaing avec la pluie et nous prendrons le départ à Roubaix avec la pluie. Il faut être " maboul " pour prendre le départ. Peu de gens se sont risquer, mais comme dit le vieux dicton d'Alain " la pluie du matin, n'arrête pas le pèlerin ".

Bref, au bout de 100 m, le cuissard est déjà trempé.

Arrivés a Leers, nous croisons notre premier moulin, le " moulin de Leers " . Il s'agit d'un moulin de briques blanches, construit en 1852. réstauré et inauguré en 1971. Il sera restauré plusieurs fois et les travaux finiront en 1992.

Nous arrivons au premier ravitaillement. Pas le temps  de prendre froid, il faut repartir assez vite et direction le premier mont : le Mont de l' Enclus.

Nous l'avons grimpé par un côté que je ne connaissais pas encore. Il faut dire que c'était sympa.

Les vues sont magnifiques. Les campagnes, les bois, et les villages sont variés. Malgré la pluie, c'est vraiment très beau. Nous nous dirigeons vers le Vieux Kwaremont et le Paterberg. Les montées en pavés. Pour ma part, je coincerai dans le Paterberg. Les pavés glissants et un 39 a l'avant aurons raison de moi.

Nous sommes dans des coins magnifiques, une belle ballade dans les Flandres. Nous croiserons plus tard, le moulin Bossenremolen d'Etikhove. Connu d'antan sous le nom de Tukmolen.Il est construit en 1452, reconstruit en 1763. En 1959, il cessera le broyage, et sera déplacé en 1996 et 1998.

Nous roulons aussi sur le circuit " Franco Belge ". Circuit qui fête ses 70 ans. 4 étapes au programme sur 690 km environ. Il débutera le 30 septembre et se terminera le 03 octobre 2010. La course verra des professionnels s'affronter . Nous roulons sur des routes qu'emprunterons les coureurs dans les étapes :

Templeuve-Mouscron et Lessinnes-Poperinge.

Vu les conditions atmosphériques et le fléchage de couleur rouge, pas du tout adapté sous la pluie. Nous raterons le deuxième ravitaillement a Saint Sauveur. Nous arrivons a Ellezelles, ou nous pouvons admirer le moulin de Cat Sauvage. Il est dressé sur une crête de 116 m de haut. Situé le long de la route de Lessines à Renaix. Construit en 1750 pour une comtesse, il sera racheté en 1958 par la fédération de la province du Hainaut. Il sera restauré en 1960.

Nous prenons maintenant la direction du Col de la Croix de Jubaru. Un arrêt, quelques photos. Pauvre appareil, trempé et remplir de buée. La catastrophe. Nous redescendons ce col, pour arriver à Tournai. A ce moment là, nous prenons l'orage sur la tête. Un vrai déluge. Nous sommes en colère,impossible de retrouver le fléchage. Nous quittons le circuit pour suivre les panneaux. Et là, a la sortie de Tournai et les faubourgs de Froyenne, nous ratons une fois de plus le ravitaillement. Pas de bol, nous continuons. Il nous reste peu à faire.

Nous finirons le parcours aussi trempé qu'au départ. Nous serons les derniers arrivés avec deux vététistes. Cette randonnée aura rassemblée 99 cyclos dont 4 valeureux cyclos sur le parcours des 120 km.

Dommage, car en 2009, ce brevet à compter 585 engagés. C'est vraiment une très belle randonnée, n'hésitez pas à venir découvrir les paysages du Nord. Nous finirons cette ballade sans pouvoir se laver dans les mythiques douches du Paris-Roubaix. Nous prendrons quelque photos souvenirs en compagnie de Bernard Alain, le Président des Amis du Paris-Roubaix

DSC09749.JPG

moulin de Leers.

DSC09751.JPG

La tenue du matin.

DSC09752.JPG

DSC09753.JPG

la montée du Vieux Kwaremont.

7.jpg

moulin de Bossenremolen a Etikhove.

DSC09756.JPG

moulin du Cat Sauvage a Ellezelles.

DSC09757.JPG

DSC09760.JPG

DSC09762.JPG

Le col de la Croix Jubaru.

Sans titre.jpg

photo a l 'arrivée avec les organisateurs et vététistes.

6jpg.jpg

http://www.vc-roubaix-cyclo.fr/

.

00:08 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philippe, alain, cyclos, brevet, randonnée, monts, col, côtes | Digg! Digg |  Facebook | |

12/06/2010

CENTRUM VAN VLAANDEREN 2010

 

 

Ce samedi 12 juin 2010, nous avons effectués une petite ballade en Flandre Occidentale et plus particulièrement un circuit balisé du Tour de Flandres.

Quelques cyclos de la Petite reine  se sont donc donnés rendez-vous, 7 h à Condé pour un départ groupé.

Philippe, Michel et Bernard prennent la route, direction Oudenaarde pour le départ de cette randonnée, mais aussi y visiter le Centrum Van Vlaanderen.

Nous choisirons le parcours de 72 kms, la boucle orange qui est la plus courte mais aussi la plus dure. Elle comprend de méchantes côtes tels que le Kluisberg, Vieux Kwaremont, le Paterberg et le Koppenberg. On pourra aussi y découvrir le mémorial Eddy Merckx et Karen Van Winjedale.

Bref, de beaux paysages flamands en perpective, de petites routes campagnardes et pittoresques, des côtes, des pavés, des moulins et de jolies maisons typiques.

Arrivés sur le parking, à l'entrée de la ville, on peut déjà remarquer de nombreux cyclos, nous ne sommes pas seuls.

Le temps est gris et un peu frisqué, mais très vite, aprés le Kluisberg, la chaleur est de retour. Les monts s'enchaînent les uns derrière les autres, certains sont plus faciles que d'autres, mais il faut quand même une bonne condition physique.

Les monts sur le parcours sont :

Kluisberg,  925 m,

 Knokteberg, 1260 m,

Oude kwaremont, 2516 m,

Kruisberg, 1875 m,

 Hotond, 2975 m, 

Paterberg, 361 m, 

Koppenberg, 682 m,

Steenbeeek-dries, 700 m,

Taaienberg, 533 m,

Eikenberg, 1252 m,

Nous effectuons un peu plus que le parcours initialement prevue, 77 kms au total suite a une petite erreur de parcours. Le tracé est quand même très bien indiqué, signalé à hauteur d'homme.

Une fois rentrés de notrte sortie, nous prenons la route de la brasserie " De Flandrien", ou comme le prospectus l'indique :

Sprinter ou tortue, domestique ou leader, grimpeur ou suceur de roues, nous serons les bienvenus. Au programme, des macaronis di Tafi, ou lasagne de Bugno, ou encore le ragoût de poisson à la Museeuw.

Nous commandons nos bières et passons commande, tout en regardant autour de nous ce site, c'est un lieux magique, ou de nombreux cylos se retrouvent, et quand c'est le jour de la course, les places sont chères.

Aprés ce bref interlude, nous passons de l'autre côté, pour visiter le musée.

Le CRVV nous plonge dans l'ambiance de la course légendaire du Tour de Flandres. De nombreux supports mutimédias, et une bonne collection d'objets ayant appartenus aux champions sont à la vue des visiteurs. De breik schotte a Fabian Cancellara.

Cette année, Lotto fête ses 25 ans. Le CRVV a donc organisé  une exposition sous le titre '25 années de Balls & Glory' . On vous présentera une rétrospective des développements qu’a connus l’équipe Lotto dans ses 25 années d’existence.

L’équipe Lotto vient de terminer sa 25ème saison de suite. C’est un anniversaire important car il n’y a que peu de sponsors qui réussissent à se maintenir si longtemps dans le monde du cyclisme. En plus, l’équipe Lotto a consolidé sa position dans le peloton d’élite international. Le titre de champion du monde de Cadel Evans et les nombreuses victoires de Philippe Gilbert ont sans doute constitué la cerise sur le gâteau.

De nombreux supports multimédias nous aident a comprendre les victoires des champions, et si vous avez de la chance, un certain Freddy Maertens peut vous guider et commenter la visite. Nous avons pu rencontrer Freddy et parler un peu, c'est quelqu'un de très plaisant.

Voilà, la visite se termine, en passant par la boutique du Centre, de nombreux objets et surtout équipements vélos sont installés. Des maillots mythiques, des livres, des accessoires divers, il y en a pour tout le monde.

Pour plus de renseignements :

http://www.rvv.be/nl/crvv

5859

Karel Van Wijnendaele est né comme Karel Steyaert. Il est le pionnier du cyclisme flamand. Sa famille était nombreuse mais pauvre. Karel commençait à travailler à l’âge de 14 ans. Il voulait devenir coureur mais n’en avait pas le talent, alors il a trouvé sa vocation de journaliste du cyclisme et au mois de septembre de l’année 1912 il créa le journal sportif ‘Sportwereld’. Huit mois plus tard il lança le Tour des Flandres - une course à travers les deux Flandres – en soutien publicitaire de son journal. Plus tard il est devenu éditeur et propriétaire de ‘Sportwereld’ . En 1939 ‘Sportwereld’ a été repris par Het Nieuwsblad. Karel y travailla jusqu’à la fin de sa vie en 1961.

Karel Van Wijnendaele était un narrateur passionné. Avec son style extraordinaire, il savait enthousiasmer les foules, les gens adoraient ses histoires, relatant les actes héroïques des coureurs flamands en Belgique et à l’étranger.  Son langage était celui du peuple. Il ne craignait pas les excès. Monsieur Tout-le-monde adorait ses articles et en prenait exemple pour lutter contre la pauvreté et l’oppression. Par son amour du cyclisme, il trouva sa mission. Karel ouvrait la marche vers une conscience flamande plus grande. Ainsi il donnait de l’importance  à la lutte internationale de ses coureurs flamands, taillés dans le granit. Van Wijnendaele se rendait compte que le cyclisme avait beaucoup à offrir dans le domaine commercial… s’il tenait les rênes soi-même.

6062

La Flandre Occidentale, avec ses beaux paysages, ses belles maisons, un région très riche.

6365

La montée du Koppenberg.

64Sans titre

3 parcours au choix, 72, 80 et 114 kms.

6667

De belles rencontres.

6869

Oudenaarde.

4854

La brasserie " De Flandrien "

3738

La table du " Ronde " ou de nombreuses gloires ont paraphés la surface.

3941

Les murs remplis de photos souvenirs.

4043

Michel a l'entrainement, pas de temps a perdre.

4447

Le vélo de Freddy et une tapisserie de capsules de bières.

4546

Les cadres retro.

4950

5253

5556

La voiture du " Ronde " et le vélo de Fondriest, champion du monde a Renaix.

7071

Merci a Freddy Maertens,

Freddy c'est :

champion du monde 1976 et 1981

Tour d'Espagne 1977

Paris-Tour

Amstel glod race

plusieurs fois maillot vert du tour de France et d'Espagne

15 étape du Tour de France

7 du Tour d'Italie

13 du Tour d'Espagne

12

Les vélos du team Phama-Lotto.

34

Le vélo de Serge Baguet et la collection impressionnante de maillots Lotto.

57

Le MBK de Johan et un Ridley de CLM.

89

Lotto 25 ans dans le peloton cycliste, qui est célébrée! Sports, arts et les objectifs sociaux sont réunis par la Loterie Nationale. Philippe Gilbert et Jurgen Van den Broeck sont une attention particulière avec leur bicyclette. L'artiste Jacques Charlier et Kamagurka leur vélo et se transforment en œuvres d'art exposées pendant le tour de la Tour des Flandres et Liège-Bastogne-Liège. Ensuite, les motos vendues aux enchères en profits seront remis au Télévie et de la lutte contre le cancer.

1011

Dimanche 4 avril Philippe Gilbert roulé pendant le Tour des Flandres avec un vélo, décoré par un artiste Jacques Charlier. Comme un ambassadeur pour le Télévie Phillipe Gilbert a choisi pour son travail "à mettre aux enchères et le produit de celle-ci à faire un don

1213

Les accessoires des coureurs Lotto.

1415

Le premier maillot de 1985 et le dernier de 2009.

1617

 
Dimanche 25 avril Jurgen Van den Broek fonctionne à Liège-Bastogne-Liège sur son vélo, décoré par Kamagurka. Ce travail sera ensuite vendu aux enchères par adjudication avec le produit à la « lutte contre le cancer " est impliqué. Cette vente aux enchères plus tard cette année.

1819

Un vélo venu de l'autre monde, le vélo de la femme de ménage.

20

2122

Michel s'essayant au rouleau Tacx.

2325

La 404 Peugeot de l'équipe Flandria.

2628

Nous et les seconds couteaux.

2731

Le vélo du Lion des Flandres.

3032

Le Time de Johan et le Merckx d'Eddy.

3334

Les vieux vélo du temps de Briek Schotte

3536

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21:35 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyclo, philippe, michel, bernard, randonnee, monts | Digg! Digg |  Facebook | |

23/05/2010

BUSH CLASSIC 2010

 Ce samedi 22 mai 2010, s'est déroulée la " Bush Classic ", une randonnée organisée par le club belge  " Star Club Pipaix ".

Plusieurs parcours aux choix, dont un 25,45,65,85,110,125,150 et 175 kms. Sans oublier les circuits VTT et Marche. Cette organisation est bien huilée, elle attire de nombreux cyclos, venus rouler sur de charmantes routes touristiques reliant la Wallonie à la Flandre, via les Monts de Frasnes, le Pays des Collines et les Ardennes Flamandes.

Philippe, Michel, Yves , Bernard, Marcel sont de la partie pour un départ groupé à Vicq à 6h30.

On peut s'apercevoir en arrivant sur Pipaix,  qu'il y a déjà du monde. Nous allons nous inscrire et déjà, les petits plats dans les grands, café et croissants, offert par l'organisation.

7h30, nous croisons le reste de l'équipe venue eux aussi, rouler  en wallonie. La famille Douilliez au grand complet. Quelques photos au départ et nous partons sur la " jowan " tandis que les autres partiront sur le 65 kms.

Et c'est parti pour une ballade de 150 kms, le soleil est déjà présent et la température avoisine les 12 °. Nous roulons un bon moment avec nos amis de Quievrain, avant de prendre congé puisqu'ils bifurquent sur le parcours du 125 kms.

Au km 10, nous prenons la route du " Trou Robin " première difficultée de la journée.

Au km 23, nous quittons Saint Sauveur, pour monter les " Hauts " , deuxième difficultée de la journée.

Au km 46, le mont " Kluisberg " . Et de trois, heureusement un ravitaillement nous attends chez " jowan ", en bas de la descente. Une bonne collation et c'est reparti en peloton en compagnie des " lecot.be " de Kurne. 40 kms en leur compagnie, à bonne allure, bien protégés dans les roues.

Km 90, c'est l'entrée au vélodrome de Roubaix, au son de la cloche du " Paris-Roubaix ", celle qui annonce le dernier tour. Quelques tours de piste, histoire de se jauger, dans les virages inclinés. Une bonne collation et quelques photos souvenirs sur la piste et à l'entrée du vélodrome.

Nous apercevons Bernard et Christian, avec qui nous ferons un bout de chemin ensemble, avant de les laisser partir.

Km 125, derniere difficultée du parcours, la montée du col de la Jubaru. Voyant mes deux " lascards " en forme, je les ai envoyés monter le " Mont Saint Auber ", histoire de laisser un peu d'avance à JF.

Nous redescendons jusqu'au cycles " Clement " l'autre vélociste où nous attends le stand " Aquarius " une bonne boisson fraiche. Il nous reste encore une trentaine de km à effectuer, sur nos routes d'entrainement. Le soleil est avec nous, superbe journée. La température est de 22 °. Nous arrivons à Pipaix, en 5h45 et presque 26 de moyenne.

Aprés s'être changés, le chapiteau nous attends, nous allons pouvoir déguster une  bonne " Bush ou cuvée des Trolls ". Nous retrouvons le reste de la bande. Aprés quelques bieres et sandwichs, il est temps de reprendre la route.

Ce fut une agréable journée, une rando de qualité, qui a réunie plus de 2800 participants ( en comptants VTT et Marcheurs )  Une très grande organisation, un parcours  très bien fléché, des bénévoles qui connaissent la musique, chacun avait son poste.

Bref nous reviendrons comme en 2008 et 09.

Un seul petit bémol, le manque indéniable d'une baraque à frite,  l'odeur de celle-ci et de la saucisse nous à fait défaut.

Alors, Messieurs, SVP, pensez à nous.

B4b7

La brasserie Dubuisson crée en 1769. La plus ancienne brasserie de Wallonie.

b6

Michel, Boul, Philippe, Yves, Eric, Bernard, Bruno et Christian ( photo A.TIGNON ).

b10b9

 Michel, Yves, Boul, et Serge ( Hensies )

b13b8

Les Condées au complet et Anthony et Jean Pierre.

b12b11

Anthony . L'entrée du chapiteau.

B1

DSC03904pipaix220510_116

Sur la route ( photos Y.Verbeke )

pipaix220510_130DSC03922

Sur la route ( photos Y.Verbeke )

b14b15

 b16b17

Les hauts de Saint Sauveur. Le ravitaillement chez Jowan.

b18b19

Le moulin de la côte de Zwevegem.

MICHEL

MICHEL2

PH

PH2

YVES

YVES2

BOUL

MARCEL

b22b23

Au Vélodrome.

B3b24


b20b21

Sur les routes de Leers.

b27B2

 

b25b26

La croix d'Armand Jubaru, juste avant de monter le " Mont Saint Auber "

b28b29

A table a la brasserie Dubuisson.

b30

Une dernière photo avec A.TIGNON et MOUSTACHE des Audax de Tournai.

DSC04033

 

 b31

 

b32

 

 

24/09/2009

CURGIES-BRAY-DUNES 2009

Ce dimanche 20 septembre 2009, s'est déroulée la 4ème Curgies-Bray-Dunes.

Le club de Condé-sur-l'Escaut est representé par Michel et Bertrand, tous deux novices dans cette randonnée. Plusieurs clubs ont pris rendez-vous, place de la mairie de Curgies, 7h15, pour un départ groupé (Aulnoy-les-Valenciennes, Curgies, Condé, Marly, Valenciennes).

Nos camarades ne serons pas seuls à cette randonnée, puisque certains cyclos les accompagnent, Daniel, Bernard, Philippe, Raymond.

Au total ce sont 28 personnes qui ont pris le départ, direction la mer et le soleil. La météo s'annonce clémente, 15°, je crois qu'il vont réussir cette ballade.

Le départ est donné et déjà Bernard donne le ton, en tête comme d'habitude. Noublions pas qu'il sagit de rouler grouper sous forme d'audax, comme le dis le prospectus, les forts doivent aidés les plus faibles et les plus faibles ne doivent pas traîner pour remonter les plus forts.

Cette belle escapade de 150 kms va les faire traverser la Pévêle, les Weppes, et la Flandre.

Les villes traversées seront :

Curgies, Saultain, Marly, Valenciennes, Anzin, Raismes, St Amand, Lecelles, Rumegies, Planard, Mouchin, Genech, Templeuve, Ennevelin, Avelin, Seclin, Houplin Ancoisnes, Beaucamps-Ligny, Radinghem, Fleurbaix, Sailly/Lys, Bac-st-Maur, Croix-au-Bac, St-Jans-Cappel, Mont des Cats, Godewaersvelde, Steenvoorde, Winnezeele, Herzeele, Bambecque, Rexpoède, L'Avenir, Uxem, Ghyvelde, Bray-Dunes.

Tout cela sera effectué dans les 6h00, un bon repas leur tendra les bras vers 14h00, le long de la jetée à Malo.

commentaire de Bertrand

Bonsoir Philippe,

Départ 7h30, le soleil est déjà là, derrière nous, ça nous rèchauffe le dos...

Il fait beau, c'est très agrèable. Après avoir traversé Saultain, Marly, Valenciennes, Anzin, nous voilà à Raismes pour entamer la traversée de la forêt de St-Amand.

Nous sentons la baisse de température. On essaye de profiter du paysage mais ce n'est pas toujours évident...!
Quand nous avons traversé le centre ville de Bailleul, grace aux feux tricolores, nous avons apprècié l'architecture flamande des maisons très anciennes, et entretenues de façon remarquable.


Avant cela...au KM56 arrêt pipi, avec distribution de boissons fraîches, le soleil est toujours là..!
On enlève nos Kway. Il y a du vent mais ça roule bien, un peu trop vite pour certains.


Et nous voilà repartis, vers le Mont des CATS.
KM106 pour certains?? et 109km pour d'autres. Nous y voilà...!
C'est sympa à monter, quelques lacets, puis un final tout droit, qui n'arrête pas de s'élever, j'en ai vu quelques uns souffrir...! (moi aussi.!)

Mais ils avaient prèvu de quoi nous recharger les batteries,
une Jeanlain et un bon sandwich, quelques photos, et c'est reparti pour la dernière étape.
Le soleil se cache derrière une fine couche nuageuse, et le vent se lève un peu plus.
Nous n'avons pas eu froid, il est 14h quand nous arrivons face à la mer.

Nous posons à nouveau pour quelques photos, puis direction le camping, pour une bonne douche bien méritée...

A 15h nous sommes tous rèunis dans un resto sympa, face à la mer.
Et quelle ambiance..! on s'est règalé avec une "moules frites", et tout ça, bien arrosé...comme il se doit.
18H...il faut penser à rentrer.!

Je garde un très bon souvenir de cette sortie, entourè de compagnons de route très sympatiques. Vivement l'année prochaine, pour y participer à nouveau...

Bravo, et merci aux organisateurs de CURGIES pour cette agrèable journée.

 

cb2

cb1

 cb3

Marly.

cb4

Bernard et ses camarades d'Aulnoy-les-Valenciennes.

cb5

Curgies.

cb6

Valenciennes.

cb7 cb8

Michel et Daniel.

cb9

Michel, Philippe, Bertrand.

cb10

Les mêmes avec Raymond et Bernard.

cb15

Les deux seules courageuses du jour.

cb11

cb12

cb14

cb13

cb16

Vue du Mont des Cats.

cb17

cb18

cb19

Photo groupe à Malo.

cb20

Au resto, en attendant les " frites-moules".

cb21

cb22

cb23

Un dernier regard sur les côtes d'Angleterre.















 

08:04 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conde sur escaut, monts, michel, bertrand, randonnee, bernard | Digg! Digg |  Facebook | |

22/07/2009

LA CAMPAGNARDE TAINTIGNIES 2009

Ce mardi  21 juillet 2009, jour de fête nationale en Belgique, s'est déroulée la Campagnarde.

Un brevet organisé par les randonneurs du dimanche de Taintignies (B). Quatre parcours étaient au programme 30,45,75,et 120 km.

Après avoir effectué Liège-Bastogne-Liège, et le brevet du Val cyclo de Valenciennes, soit 250 km en deux jours, ils nous fallaient bien 120 kms pour boucler la boucle.

Alors avec Bernard, Michel et Daniel, nous nous sommes donnés rendez-vous à Condé pour un départ groupé. Direction Taintignies  et sa maison du peuple. Arrivés sur les lieux vers 8h15, nous sommes les derniers à nous élancer.

Après 15 km de plaine, nous passons la frontière, vers Mortagne et direction des villes que nous connaissons bien, Flines, Rouillon, Wiers, Brasmenil. Nous commençons à rattrapper des cyclos et le rythme s'accélère, nous roulons largement au dessus des 30 km/h, la moyenne frôle avec les 29 km/h.

Km 43, nous arrivons à la séparation du parcours, la plupart des cyclos, voire la grosse majorité bifurque sur le trajet des 75. Nous laissons Daniel partir avec eux, la fatigue l'aidant.

Nous nous retrouvons Michel, Bernard et moi, sur le circuit des 120 km, via les Monts de Frasnes. Déjà le panorama n'est plus le même, nous empruntons des cheminements serpentés, de vastes étendues de bocage, de prairies et de bosquets.

Mais surtout ça monte et ça descend, nous sommes bien dans le pays des collines.

Km 65, nous arrivons au ravitaillement d'Ellezelles, nous prenons quelques forces, et repartons de plus belle vers de petites routes de campagne, pas toujours en bon état. Puis la descente du Beau site, nous nous dirigeons vers Saint Sauveur et sa montée.

Une fois fini, ils nous restaient à escalader le Trou Robin, voilà le plus difficile était fait, avec ces deux montées. Nous arrivons au km 88, au deuxième ravitaillement, à Herquergies. Quelques friandises et boissons, et nous voilà repartis pour les derniers quarante kilomètres qui nous restent.

Nous rencontrons de superbes panoramas sur de petites fermes isolées, magnifiques points de vue!

Après 4h45 de vélo, nous finnissons par rentrer sur Taintignies, avec 122 km au compteur, 25,50 km/h de moyenne, et 1080 m de dénivelé.

Nous terminerons cette belle journée par le verre de l'amitié, au café du peuple, cette randonnée aura recueillie 225 cyclos, dont 4 français ravis de s'être déplacés.

aé

C2

Au départ de Taintignies.

C1

Avec Daniel, un nouveau venu.

C9

Et c'est parti.

C6

Les beaux paysages des Monts de Frasnes.

C7

C8

C4

Michel.

C5

Bernard.

C16

La célèbre route des collines.

C3

C10

C15

La traversée et montée sur Saint-Sauveur.

C11

Ouf! c'est fini.

C14

C12

Le pot de l'amitié, au café du peuple.

 

18:23 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bernard, michel, philippe, monts, randonnee, brevet, cote | Digg! Digg |  Facebook | |

31/05/2009

BUSH CLASSIC 2009

Ce samedi 30 mai s'est déroulée la Bush Classic, à Pipaix (B). Cette randonnée était organisée par le Star Club de Pipaix. Elle regroupait cyclos, vététistes et marcheurs.

Plusieurs parcours au choix, cela permettra de découvrir les charmants paysages touristiques, reliant la Wallonie à la Flandre, via les monts de Frasnes, le pays des collines et les Ardennes flamandes.

clique sur ce lien pour découvrir le parcours de la "Jowan"

Et c'est à 7h30, que Philippe, Michel, Bertrand, Bernard et Marcel, se sont donnés rendez-vous pour un départ groupé. Les inscriptions se sont déroulées à la brasserie Dubuisson, sous un chapiteau, qui acceuillait de nombreux participants.

N'oublions pas que c'est seulement la deuxième édition, en 2008, celle-ci souffrait de petits défauts, mais je crois que les organisateurs se sont arrangés pour ne pas rater la seconde, et de faire de la Bush Classic, une randonnée de premier choix. (1776 participants en 2008)

Après avoir récupéré tout notre attirail (parcours, tickets pour le pack, et autres ) nous nous plaçons à l'entrée , et nous eûmes la bonne surprise de rencontrer Enio Bulfone, de Quiévrain, avec qui Bertrand et moi étions partis à Riccione.

Nous allons faire peut être un bout de chemin ensemble, nous avons choisi la Jowan (150 km) et Enio prendra le parcours du 100 km, tant pis, cela nous aura fait plaisir de le revoir.

La "Jowan" est un parcours vallonné pour les cyclos entraînés.

Placé à l'entrée, André Tignon, nous tirera le portrait, et nous placera dans son article, merci à lui.

Il est l'heure de partir, nous prendrons la direction des monts de Frasnes, attention aux 24 côtes répertoriées dans le parcours. Cela commencera par le Trou Robin, et quelques kilomètres plus loin, l'ascension des "hauts" de St-Sauveur.

Déjà quelques signes de fatigue de la part de Marcel qui a du mal à respirer, cela promet pour le reste, mais il est courageux, il s'acharnera à continuer. Nous rencontrons encore une fois de magnifiques paysages, les Frasnes sont belles. La Belgique est un beau pays, qui vaut le coup d'être vu. L'occasion de prendre de beaux clichés.

Tout au long des premiers cinquante kilomètres, ça monte et ça descend, et puis se profile le Mont de l'Enclus (Kluisberg), premier juge, car cela a était un peu facile, nous le montons, nous sommes motivés puisque dans la descente, c'est le premier ravitaillement. Nous sommes acceuilis au seuil du magasin Jowan, vélociste réputé.

Après quelques collations et sirops, nous reprenons la route direction Roubaix, et son célèbre vélodrome. Mais avant il y aura la côte du Moulin et celle de Comminne.

Arrivés aux abords de Leers, ce sont les canaux qui nous ouvrent la route, c'est d'un calme, quelques pêcheurs, promeneurs nous regardent. Nous roulons à l'ombre des arbres, c'est ça le cyclotourisme.

Et puis nous rentrons dans Roubaix, certains attendent ça avec impatience. Faire leur entrée sur le vélodrome, comme les pros. Encore quelques mètres, et puis c'est le moment magique, nous faisons un tour de piste, nous resterons en bas, c'est vivement conseillé.

Les photos affluent, aux quatres coins du vélodrome, dans n'importe quelles positions. Nous prendrons des photos à l'entrée, là où est errigé un énorme pavé, installé pour les 100 ans de la course. Nous en profiterons pour nous désaltérer, puisque c'était le deuxième ravitaillement, et là peut être la seule fausse note de cette randonnée, c'est qu'il n'y avait plus rien à se mettre sous la dent. Mais bon, on ne leur en tiendra pas rigueur tant le reste fut de toute beauté.

Il nous reste encore un cinquantaine de kilomètres à parcourir, Marcel souffre. Le rythme s'accélère, il a du mal à suivre. Il lui reste encore à gravir le col de la Jubaru et peut être le Mont-Saint-Aubert, alors on ralentit la cadence et je reste avec lui.

Le temps d'une bonne descente et c'est une suberbe blonde qui nous acceuille chez Clément, en nous tendant une boisson Aquaruis au deuxième ravitaillement. Le temps de nous désaltérer, de se déchausser pour certains, pour laisser vivre nos petits pieds.

J'ai la bonne surprise d'être reconnu par nos amis du club Oisquecquois, le père et le frère de Christian, un ami de Riccione.Nous ferons un petit bout de route ensemble, avant de se donner rendez-vous à l'arrivée, pour déguster une bonne Bush.

Marcel et moi laissons partir le groupe, nous rentrons en dilletante. Marcel appréciera ce moment d'accalmie. Les pancartes nous signalent que l'on se rapproche de Pipaix, comme dirait Michel , "ça sent la mousse" .

Nous finirons le parcours de la Jowan, en 6h 19, avec 152 km au compteur, 24, 20 de moyenne, et 1300 de dénivelé. on se change, et direction le stand, où nous attendent nos récompenses.

Nous vidons nos gallopins de Bush, en quelques secondes en guise d'aperitif. On me tire par le maillot, nos amis nous disent que Christian nous attend à une table, on se dirige vers eux et c'est pas un mais deux amis de Riccione que nous retrouvons.

Christian est accompagné de Stéphane, lui ausi était à Riccione. On se vide quelques Trolls, le temps de prendre quelques clichés, de serrer quelques mains, dont celles du politique Delmotte, venu en représentation.

Nous passons un excellent après midi, nous échangeons nos adresses et n° de téléphone, pour de futurs rendez-vous dans les contrées belges.

Vers 16 h00, nous quitterons les lieux , heureux d'avoir pu participer à cette randonnée. Je viens de voir sur le site d'André, qu'il y avait près de 2130 participants, toutes épreuves confondues, dont près de 1200 cyclos. Je crois que le Star Club de Pipaix a réussi son pari, de faire de cette épreuve, un rendez-vous incontournable.

Bravo, messieurs, et sûrement à l'année prochaine.

 

                                   logo1

                         STAR

         150km_profil_600x224
 

 P1    P2

Au départ de Pipaix, à la brasserie Dubuisson.

Z24

P3

Michel et Enio.

Z23

Au départ de Pipaix.

P4

 Photo de groupe avant le départ.

X5

La même, avec notre chef de file.

P5

Suivre la direction.

pipaix300509_125

( photo Y.VERBEKE )

pipaix300509_126

( photo Y.VERBEKE )

P8

P9

Les beaux paysages de Belgique.

P10

Les "hauts" de St-Sauveur, les ennuis commençent.

P11

Bernard.

P12

Michel.

P13

 Bertrand qui connait bien les "hauts" de St-Sauveur.

P14

A ne pas suivre.

P15

Les monts, rien que les monts.

P16   P17

P18   P19

Michel et Papa qui souffre.

P20

P21

Philippe.

P23

Premier ravitaillement, chez Jowan, le vélociste.

P24

En vitrine, le vélo de Tom, lors du "Paris-Roubaix"

P25   P26

La côte du "Moulin"

P27   P28

Le moulin de la côte, et les deux en autre en promenade.

Z31

Le vélodrome.

Z25

Z28

Z26

Philippe.

Z27

Michel.

Z30

Michel et Marcel.

Z27

Bernard.

P30 P31

 

L'entrée au vélodrome, et Bernard.

P32   P33

Un petit air de Tom Boonen!

P34   P35

P38

La stèle pour la 100ème édition.

P36

P37

Photo devant la stèle.

P39   P40

Bernard au ravitaillement, Michel et son assistance.

P41   P42

Encore un superbe moulin des Flandres et Papa dans l'ascension du Col de la Jubaru, c'est dur.

P44   P43

L'hôtesse des boissons Aquaruis et le ravitaillement chez Clément, le vélociste.

P45  P46

Nos amis de Mons avec qui nous fairons un petit bout de chemin, et le canal d'Antoing.

X1

X2

Seuls les buveurs de Trolls ont eu cet honneur.

X7

Bertrand, toujours les mains pleines.

X4

Mr Delmotte en campagne, il nous offrira un verre, ce n'est pas en France que l'on  verra cela.

P50

Nos amis Oisquercquois.

P51

P52

Riccione recomposé, Philippe, Stéphane, Christian, Bertrand.

P53

Après l'effort, le réconfort.









 

11:34 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : philippe, michel, bernard, marcel, randonnee, brevet, monts, riccione, buch | Digg! Digg |  Facebook | |

22/05/2009

L'ASCENSION BIKE 2009

En ce jour d"Ascencion", finalement, seul un petit nombre de cyclos de La Petite Reine de Condé ont tenté de "s"élever"  sur les côtes de la Région des Monts de Frasnes, de la Jubaru et du Saint-Aubert bien aimé.

Jean-Louis, fait rare, a mené tout le long du parcours : 86km au retour à Condé. Merci à lui d'avoir bien voulu m'attendre. Finalement nous sommes partis sur le 35km. On nous proposait au niveau des petits parcours : un 80km, un 60km et un 35km.

Comme mercredi, j'ai beaucoup souffert et j'ai tout fait au courage. Mon dos allait mieux de même qu'au niveau respiratoire, j'avais supprimé anti-inflammatoires et myorelaxant.. Mais je suis parti avec une contracture au mollet gauche et avec une jambe droite très endolorie? ... j'ai des difficultés pour me déplacer!

Le parcours était très bien, exigeant, inconnu pour moi en grande partie. hormis peut-être la côte de THIMOUGIES ( 6%, 7% durant 500m) que j'ai réussie à franchir tranquillement (130 pulsations/minute) ... à bonne distance de Jean-Louis et de deux femmes que nous venions de dépasser? c'est dire de mon état de fatigue. Au final notre moyenne fut 23km/h sur les 86km???

Nous avons rencontré Marcel CUVELIER du club de RAISMES pas très en forme non plus. Puis aussi Raymond Sizaire de Vieux-Condé; un ancien du club de Condé.

Merci aux organisateurs pour ce beau parcours très bien flêché.

Sur les photos, nous avons échangé avec deux cyclos chevronnés de TAINTIGNIES. 

Sans titre

A1

Jean Louis lors de l' arrivée.

A2

Avec des cyclos de Taintignies.

PHILIPPE

Ce jeudi 20 mai, s'est déroulée à Bruyelle (B), l'Ascension Bike, une randonnée organisée par les cyclotouristes d'Antoing (B).

Nous nous sommes donnés rendez-vous pour le départ, place de Vicq, à 6h45.

Après avoir récuperé les deux autres comparses, Michel et Bertrand, nous voici donc en route pour l'Ascension. En compagnie de Bernard et des frères Dehon, Philippe et Eric, du club cyclo d'Aulnoy-lez-Valenciennes.

Arrivés sur place, au terrain de foot-ball, nous nous dirigeons vers le local, où nous attendent les inscriptions. Plusieurs parcours aux choix, 35, 60, 80, 105, 130, 150.

Nous choisirons le BAD de 150 km.

Comme à son habitude, Bernard démarre sur les chapeaux de roues, on ne le changera pas, la seule façon de le ralentir est la crevaison, mais la scoumoune l'a abandonné, dommage pour nous.

Nous prennons la direction des Monts de Frasnes, ça se voit, ça monte et cela descend, avec les montées de Montreuil-au-bois, Chapelle-Notre-Dame des Champs, Grandrieu-bois d'Antoing, Miclette et la Folie d'Oeudeghien.

Km 60, premier ravitaillement à Buissenal, chez l'habitant, dans une cour, friandises à volonté, ça creuse. Quelques photos et nous voilà repartis direction du Saule pendu et surtout le Mont-st-Aubert, en passant par le col de la croix Jubaru.

Km 100 , les meilleurs partent devant dans l'ascension du Mont, quand à moi je suis resté avec Michel et Bertrand pour l'ascension, qu'ils montent à leur rythme.

Dans la descente, voulant combler notre retard, nous avons acceleré, manque de pot, nous avons raté un virage et nous voilà en bas, forçés de refaire demi-tour. Nous avons fait perdre quelques minutes aux Aulnaysiens.

Km 115, au détour des routes, nous croisons l'antenne de Froidmont, une antenne de 160 m de haut, pour la réception hertzienne. Ce sera notre dernier mont puisqu'elle culmine à 80 m .

Km 117, dernier ravitaillement, quelques provisions, bourrage de poches pour entammer les 30 derniers km. Nous finirons comme nous avons commençé, à fond, Bernard à la commande, roulant à des pointes de 34 km/h.

Nous pourrons dire un grand merci à Philippe ( Dehon) qui passera son temps à nous pousser dans le dos pour nous donner l'impulsion.

Nous commençons à respirer, quand nous apercevons la pancarte Rouillon, et Wiers, nous sommes chez nous, ça sent la mousse comme dirait "Zanini". Nous rentrons sur les bords des canaux. Il aura fait un temps magnifique, pas de gros problèmes, à part la fatigue.

Arrivés à Bruyelle, direction le bar, pour estampiller notre carnet à denivellation, avant de prendre une Leffe, cela fera du bien.

Nous apprendrons qu'il y a eu 620 participants à cette randonnée, tous circuits confondus. Nous avons parcourus 158 km, en 5h51 , à peu près à 27 km/h de moyenne.

Merci aux organisateurs pour leur gentillesse, et pour la beauté des parcours.

Z

 

A18                                                    A1

Le départ de Bruyelle et la photo de groupe devant la friterie Totof.

A8A9

Bertrand et Michel.

A4A5

Philippe et Bernard.

A13A7

La Française des jeux recomposée et Eric.

A10A11

Bernard et Michel.

A12A14

Eric, Philippe et Michel dit "Plume et Plume"

A15

A16DSC06545

Michel et Bertrand dans la fin du Mont-Saint-Aubert.

dyn005_original_554_738_jpeg_2646897_31526719417ab1b04b1e92cd83ce95b5A26A2

Les beaux paysages de Belgique.

DSC06547

Après l'effort, le réconfort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10/05/2009

LOTTO REUZEN VAN VLAANDEREN 2009

Ce samedi 9 mai 2009, avait lieu la "Lotto Reuzen Van Vlaanderen" ou "Lotto géant des Flandres" en français. 2000 participants se sont frottés à cette aventure.

Le départ fut donné à partir de 7h00, place de Renaix (B).

Arrivés à 6h30, nous sommes en quête d'un endroit pour déguster un café. Nous entrons donc dans le seul café resté ouvert sur la place, et là, comme un fou rire, nous sommes tombés sur un café "boîte de nuit", d'un genre spécial. Cela commence fort !

Après s'être fait mettre à la porte gentiment, en s'excusant de ne pas pouvoir nous servir un café, nous décidons de faire l'impasse et d'attendre Alain, ce cyclo de Chartres, rencontré sur la Van Petegem, venu spécialement, pour cette partie de grimpettes dans les Flandres Orientales.

Il faut dire qu'il y en avait au programme : 30 montées avec 2700 m de dénivelé sur 140 km. De quoi mettre de l'ambiance, avec des ascensions telles que le Kluisberg, Le Paterberg, Le Koppenberg, Le Molenberg, Le Varent, Le Berendries, Le Berg Ten Houte et le Fortuinberg pour ne citer que les plus durs.

Nous nous inscrivons dès 7h00, 20 euros, c'est pas donné. Nous prenons le départ à 7h30, et là, pas le temps de s'échauffer puisque c'est déjà l'ascension du Fiertelmeers. Elle laissera des traces, ça fait mal!

Petit à petit, nous prenons la température du terrain, jusqu'au Kluisberg ( Mont de l'Enclus ) que nous connaissons un peu pour l'avoir gravi à l'entraînement avec les copains de La Petite Reine.

Nous le montons par une voie inconnue. Une fois effectué, nous nous égarons dans la descente. Après plusieurs renseignements à la population locale, nous décidons de refaire l'ascension par le côté que nous connaissons.

Par rapport aux autres, nous pourrons nous vanter d'avoir 31 monts à notre actif. Dans les alentours de Oude Kwaremont, nous commençons à aperçevoir les carricatures des champions cyclistes, l'ambiance du Tour des Flandres.

C'est l'ascension du Vieux Kwaremont, la première en pavés, dure, surtout avant le Paterberg, une côte mythique de 13 % en moyenne et 20 % dans le pourcentage maximun avec des pavés pour corser le tout.

Il faudra poser le pied à terre : manque de force, et pas possible de faire autrement pendant quelques mètres.

Arrivés en haut, nous faisons la connaissance de quelques gars du nord ( St-Amand, Bousies, etc... ) venus eux aussi se frotter à cette randonnée. Pas le temps de discuter, nous préférons ne pas nous attarder avant l'ascension de l'autre difficultée du jour, le Koppenberg.

Là aussi , nous mettrons pied à terre, mais c'est promis, c'est la dernière fois.

Ouf! le premier ravitaillement, après 40 km, il était temps, bourrage de poches à volonté, de célèbres gauffres Mêli au miel. Et c'est reparti, nous montons mieux, mais l'enchaînement fait mal, et puis  c'est le Taienberg, puis le Molenberg avec ses pavés disloqués.

Nous passons cet obstacle, pour arriver au deuxième ravitaillement avec 80 km effectués. Là idem, bonne collation avant l'ascension de Berendries, que j'ai trouvé très dure lors de la Van Petegem.

Nous repartons rejoindre Alain, parti en éclaireur, nous serons surpris, nous l'avons gravis sans encombre, nous devenons bons? Mais c'est illusoire car l'Elverenberg Vossenhol nous rappelle qu'il faut compter avec tous les monts.

Troisième ravitaillement au km 106, avant l'ascension du Varent et bis répétita, comme à la Van Petegem. C'était l'une des plus dure, cependant pas de problème, comme dit "Alain", quand on connaît les cols, on les passe mieux. Mais deux autres cols nous ferons mal aux jambes : le Berg Ten Houte et le Fortuinberg avec leurs 21 % dans la partie la plus dure.

Nous souffrons, mais nous comptons à reculons :  il n'en reste plus que deux, ça sent la mousse comme dit "Michel"!

Il est 15h15, nous passons sous l'arche gonflable, tout ça pour nour dire que c'est terminé.

Ce fut dur, nous avons voulu voir, nous avons était servis toutefois contents de l'avoir fait, mais pas prêts de la refaire de si tôt!

150 km au compteur, environ 3000 m de dénivelé, j'ai mené tout au long du parcours, entre les cols, ça va laisser des traces.

Demain, je dois aller à la 20ème édition des Crêtes Thudiniennes, à Estinnes-au-Mont, en Belgique, pour un brevet à denivelé de 150 km, ça va faire mal!

Mais quand on aime, on ne compte pas, en plus, je suis accompagné de Bernard, il ne chôme pas sur les parcours, j'ai hâte d'avoir fini tout cela pour en prendre cinq.

M1

A18A19

A17

  

MONTEES DISTANCE ALTITUDE % MOYEN DE LA MONTEE % MAXIMAL DE LA MONTEE
FIERTELMEERS 500M 57M 11,4% 20,0%
SHAPENBERG 1200 M 102 M 8,5% 21,0%
KRAAIBERG 1300 M 71 M 5,5% 12,0%
LE HORLITIN 950 M 72 M 7,6% 15,0%
KLUISBERG 2100M 116 M 5,5% 18,0%
OUDE KWAREMONT 1000 M 64 M 6,4% 12,0%
PATERBERG 350 M 46 M 13,1% 20,0%
WAAIENBERG 750 M 50 M 6,7% 12,0%
KOPPENBERG 700 M 66 M 9,4% 19,0%
KORTEBERG 1000 M 64 M 6,4% 17,0%
TAAIENBERG 800 M 49 M 6,1% 16,0%
EIKENBERG 1000 M 62 M 6,2% 10,0%
KAPELLEBERG 800 M 54 M 6,7% 14,0%
WOLVENBERG 650 M 46 M 7,1% 17,0%
BRAAMBRUGSTRAAT 800 M 47 M 5,9% 14,0%
ABEELSTRAAT 500M 41 M 8,2% 18,0%
MOLENBERG 450 M 33 M 7,3% 14,0%
ARMEKLEIE 550 M 45 M 8,2% 10,0%
BERENDRIES 900 M 65 M 7,2% 12,0%
ELVERENBERG 1400 M 51 M 3,6% 9,0%
TOEPKAPEL 400 M 28 M 7,0% 12,0%
TENBOSSETRAAT 450 M 29 M 6,4% 9,0%
VALKENBERG 550 M 45 M 8,2% 13,0%
STEENBEEK 300 M   7,2% 17,0%
STEENBERG 800 M 60 M 7,5% 13,0%
VARENT 800 M 59 M 7,4% 13,0%
BERGTEN HOUTE 1100 M 66 M 6,0% 21,0%
FORTUINBERG 1200 M 88 M 7,3% 21,0%
MUZIEKBERG 700 M 60 M 8,5% 14,0%
TENBERGE 1250 M 60 M 4,8% 9,0%

  

A1

A2

A4

Le départ, sur la place de Renaix.

A3

Michel et son assistance.

A5

Michel et Alain dans l'ascension du Horlitin.

A6

Michel dans le Kluisberg.

A7

La carricature de Nico Mattan, dans l'Oude Kwaremont.

A8

Une maison peinte aux couleurs de Boonen, Van Petegem, Merckx, Van Impe, etc...

A10

Michel, pied à terre, dans le Patterberg, " j'aurais su, ch'rai pas venu"

A11

Les gars du Nord dans le Reuzen.

S2

A9

Le premier ravitaillement dans les alentours de Nukerke.

A12

Les deux trainards, toujours en train de discuter.

A2

Philippe dans Bergten houte

A1A3

Philippe et Michel dans Bergten houte

A4

Michel dans Bergten houte

A13

Les moulins des Flandres.

33

 Paysage des Flandres ( Photo cycling.be )

35

 Paysage des Flandres ( Photo cycling.be )

62

 Paysage des Flandres ( Photo cycling.be )

A15

Beaux paysages des Flandres Orientales.

A14

Le fléchage, toujours là pour nous dire que ça va monter.

S3

A16

Le repos des guerriers, Leffes à la main, sur la place de Renaix

S1

 

 

 

 

 

 

 

 

20:22 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : randonnee, brevet, philippe, michel, bad, alain, monts | Digg! Digg |  Facebook | |

18/04/2009

VAN PETEGEM CLASSIC 2009

C'est ce samedi 18 avril qu'avait lieu la troisième plus grosse randonnée de ce Lotto Cycling Tour, la Van Petegem Classic.

Cette randonnée reprend quelques belles montées du Tour des Flandres, dont les plus connues, Le Pottenberg, Berendries, Taaienberg, Varent, et Molenberg. Sans compter les douze autres, mélange de pavés et de macadam, qui mis bout à bout, font mal aux jambes.

La Van Petegem, c'est 145 km, 17 côtes, et à peu près 1600 m de dénivelé.

C'est à 6h00, que nous nous donnons rendez-vous, pour un départ vers Oudenaarde. Ce sera sans Michel, forfait, à cause du crachin du matin, qui laisse présager de la pluie au matin, selon la météo.

Alors en route Bertrand et Philippe, la randonnée n'attend pas.

Arrivés sur Oudennarde, 45 minutes après, nous faisons connaissance  sur le parking, avec Alain, un cyclo de Chartres. Avec qui nous fairons, toute la randonnée.

Départ vers le lieu des inscriptions, la salle "de qubus", pour y retirer nos plaques de cadre, le temps semble clément, avec un peu de brouillard et la température avoisine les 10°.

Mais pas de pluie, c'est déjà ça de pris. Nous roulons sur les bords de l'Escaut, un peu de plat avant le début des hostilités. Bonne mise en jambes, avant d'attaquer Rotse et ses 350 m.

Le circuit emprunte de petites routes de campagne, avec des virages serrés. C'est magnifique, nous attaquons le Pottenberg, et surtout Berendries, qui une fois monté, donne le ton. Encore une que nous laissons derrière nous, avant de plonger vers le premier ravitaillement, à Brakel.

Les ravitaillements sont bien gérés, avec une entrée et une sortie, et des collations à volonté. Notons aussi la bonne organisation qui avait placée aux carrefours et intersections dangereuses grands nombres de jalonneurs. Ce qui nous a facilité le travail.

Nous reprennons la route, en faisant une boucle, direction Fayte, et surtout Saint- Sauveur et la montée des Hauts, ça commence à coinçer, les cyclos n'y arrivent plus, j'ai dû mettre pieds à terre, à cause de l'arrêt d'un cyclo, impossible de remonter et de relançer la mécanique, tellement c'est glissant et fort en pourcentage, il faudra un petit bout de temps avant de remonter en selle et finir cette grimpette.

Le plus dur est fait, puisque nous en sommes à la moitié du parcours, Bertrand semble aller, pas trop de signes de fatigue.

Après le Taaienberg, nous traversons le bois de la Houppe, c'est encore une fois de magnifiques paysages que nous traversons, et direction le deuxième ravitaillement, toujours à Brakel, pour la deuxième fois, nous ne traînons pas, pour ne pas avoir froid.

Puis à l'attaque du Varent, dur, dur, il laissera des traces, surtout avant la montée du Molenberg avec ses terribles pavés. Encore une fois, avec une très grosse fréquentation, nous serrons obligés de mettre pieds à terre, mais très peu de temps, nous savons que c'est la dernière, alors nous y jetons toutes nos forces.

Voilà, les 17 montées sont franchies, nous filons pour les 15 derniers km, vers Oudenaarde, nous roulerons à 30/35, histoire de faire remonter la moyenne.

Enfin Oudenaarde, nous nous changeons en vitesse, nous devons récupérer nos cadeaux. Les 145 km sont effectués, un peu fatigués, mais comptants de l'avoir fait (sous le soleil, en fin de parcours, en plus)

Nous avons fait 147 km, en 5h45, notre moyenne est de 25,70, et le denivelé aura été de 1680 m.

4400  cyclos ont pris le départ, le record est battu.

Pour une première sortie au delà de 100 km, Bertrand aura bien tenu le coup, remercions Alain, pour nous avoir attendu, au sommet des côtes.

Nous finirons, sur la place d'Oudenaarde, avec une bonne frite et une bonne Leffe. Il fait beau, la place de la ville grouille de monde, un petit crochet vers le chocolatier local, Léonidas.

M1

M5

M4

 

MONTEES ALTITUDE % MOYEN DE LA MONTEE % MAXIMALE DE LA MONTEE
ROTSE 350 M 7,2% 18,0%
MAKKEGEM 800 M 2,5% 4,1%
POTTENBERG 1200 M 3,4% 8,7%
DORREBEEKSTRAAT 1200 M 4,0% 9,5%
BERENDRIES 900 M 7,2% 12,0%
ELVERENBERG 1400 M 3,6% 9,0%
TOEPKAPPELLESTRAAT 800 M 4,6% 6,6%
FAYTE 1400 M 5,0% 8,0%
PETIT HAMEAU 1000 M 4,9% 6,4%
LES HAUTS 2200 M 3,0% 12,0%
LA HOUPPE 1500 M 3,0% 10,0%
VELDEMAN 1000 M 4,7% 13,0%
TAAIENBERG 800 M 6,1% 16,0%
HEIRWEGSTRAAT 1400 M 4,5% 11,0%
VERANT 800 M 7,4% 13,0%
MOLENBERG 450 M 7,3% 14,0%
STEENBEEKDRIES 700 M 5,3% 6,70%


Q10

Q11

Q1

Bertrand dans la montée du Makkegem.

Q2

Alain dans la montée du Pottenberg.

Q3

Idem pour Bertrand.

hjchsdjc

Q4

Le ravitaillement de Brakel, une fois.

Q6

Bertrand, Philippe et Alain.

1

2

Q7

Les magnifiques paysages des Flandres.

Q5

Brakel, bis répétita.

Q8

Nous sommes bien sur le parcours du Tour des Flandres.

Q9

3ème ravitaillment à la brasserie Roman, à Mater.

Q12

La mairie d'Oudenaarde.

Q13

De Carillon, où nous dégusterons notre Leffe et notre cornet de frites.

Q14

Les très belles façades flamandes.











 

 

 

 

 

23:22 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : randonnee, brevet, philippe, bertrand, alain, cote, monts, cyclos | Digg! Digg |  Facebook | |

01/11/2008

RICCIONE 2008 PAR PHILIPPE

Chaque année, depuis onze ans, l'hôtel Dory remercie les nombreux cyclistes qui passent leurs vacances dans leur établissement.

L'ambiance est idéale pour ceux qui désirent conjuguer moments de détente et de bien-être.

Nous sommes donc invités dans un véritable hôtel pour cyclistes, dans la région du "pirate", celle de Marco Pantani, véritable idole de la région, puisque originaire de Césenatico.

Les clients de l'hôtel découvriront de merveilleux parcours à travers les régions de la Romagne, des Marches et de la Toscane. La richesse de l'arrière pays permet chaque année de varier les parcours, en plus des magnifiques parcours déjà connus, de merveilleux paysages, des douces collines et de belles montées loin de la circulation. 

 

m1      m2

 UNE BANDEROLLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE                                           L'HOTEL DORY

m3    m4

L'HOTEL DORY

Vendredi 17 octobre 2008

Le départ est fixé à 14h00, sur la place communale d'Elouges (B).

Après avoir récupéré Bertrand, nous sommes donc rassemblés 30 minutes plus tôt pour charger nos sacs dans le car et nos vélos dans la remorque prévue à cet effet.

m6

PHOTO DE GROUPE A ELOUGES

m5

EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Après les "au revoir", nous prenons la route vers Spy (B), où nous attend le reste de la délégation Belge.

Dans le bus , nous voyons déjà des petits groupes se former, dont le nôtre, et c'est avec un grand bonheur, que nous nous retrouvons avec Ennio, Franco, Didier, Joseph et Daniel, personnes que nous côtoyons régulièrement tout au long des brevets et ballades d'entrainement.

Arrivés à Spy à 15h00, nous prenons possession du reste de l'équipe, 49 personnes au total pour ce merveilleux voyage vers l'Italie.

Montés à bord, nous faisons connaisssance de notre guide et responsable, un certain Carlo.

m7   l2

EN ROUTE

Vers 18h00, nous quittons enfin la Belgique, pour rentrer de nouveau en France, en direction de Thionville, et c'est vers 19h30 que nous faisons notre premier arrêt pour souper à Saint-Avold.

Et, déjà, un avant goût d'Italie avec des pâtes à la carbonara, pour se mettre dans l'ambiance bien sûr.

m8

SOUPER A SAINT AVOLD

Rentrés dans le car, nous visionnons un "bienvenue chez les ch'tis", une bonne partie de rigolade. Rien de tel pour mettre de l'ambiance.

23h00 sonnent et déjà la Suisse, avec l'entrée dans la ville de Bâle. Nous remarquons tout de suite la différence avec la France : immeubles grand standing, éclairage hors norme, bref, magnifique à regarder de nuit.

La Suisse, le pays des tunnels et des montagnes.

Après un petit sommeil bien mérité, nous nous reveillons à la porte de l'Italie, à Chiasso et déjà le thermomètre annonce la couleur : 16° à 2h40.

Nous descendons pour une pause pipi, le temps de se désaltérer et les premiers mots d'Italien font leur apparition. Nous goûtons cet expresso si attaché à ces habitants; il faut aimer. Fort heureusement la tasse n'est pas remplie... plus tard, nous comprendrons qu'il nous faut des expresso américano.

1 2 

CHIASSO, 5 MINUTES D'ARRET

Nous reprenons la route, pour le reste des kilomètres qui nous séparent de Milan, et, direction le pays du vélo. 

Samedi 18 octobre 2008

7h00 : arrêt petit déjeuner à Forli : cappucino, pains au chocolat, produits régionaux, tout y est.

Nous sommes bien en Italie, à moins d'une heure de Riccione, à 65 km du bord de mer.

Nous regagnons nos emplacements dans le bus avec enthousiasme. Nous sommes pressés d'arriver, de décharger nos bagages et nos vélos, et de prendre possession de nos chambres.

8h15 : ça y est, nous y sommes, nous passons sous la bannière "RICCIONE". Enfin, après 18h00 de voyage, Bernard nous fait déjà le tour du propriétaire... une vraie encyclopédie ce chauffeur, toujours prêt à vous renseigner et à vous aiguiller, il connait la région comme sa poche.

Après avoir déposé nos bagages et déballé nos vélos, nous devons attendre avant de prendre possession des clés des chambres et c'est avec entrain que nous partons pour un petit tour dans la ville, visiter le bord de mer et le port de plaisance.

f1

MOMENT DE DETENTE AU SALON DE L'HOTEL

m10   m9

LE PORT DE PLAISANCE

13h00 : le repas nous est servi dans ce magnifique restaurant, une touche de couleur et des matériaux recherchés. C'est décoré avec goût.

14h30 : départ pour la randonnée de 45 km afin de déterminer à quel groupe nous désirons appartenir. La topographie est tout à fait indiquée pour la pratique du vélo. Les guides, tous nantis d'une grande expérience, connaissent les plus belles routes et recoins de la région. Il suffit de pédaler peu pour découvrir de merveilleux panoramas qui resterons gravés dans nos coeurs.

Le premier guide à nous faire découvrir ces richesses est Eddy Laubsher, un Suisse, qui prendra par la suite le 4ème groupe "Borghi e Castelli"

m11

EDDY, MOI, DANIEL, DIDIER.

F3

GUISEPPE, MOI.

18h00 : Drink de bienvenue avec la présentation des guides, des circuits et du programme du séjour, animé par le directeur Stéfano Guiliodori, du responsable des guides Riccardo Steiner,et du Mécanicien Drelli.

Le programme nous est détaillé en allemand, anglais et français.

m12

RICCARDO, DRELLI, STEFANO, JEAN.

Le responsable des guides , Riccardo Steiner, ancien cycliste professionnel des années Merckx, a été le directeur technique de l'équipe suisse de cyclisme au dernier jeux olympiques de Pékin. Sous ses ordres un certain Fabian Cancellarra; des médailles , ils en ont récoltées, il y a de quoi être fier.

Avec lui c'est ponctualité et rigueur, on part à l' heure et on rentre à l' heure.

Chaque parcours est affiché en début de soirée dans le salon de l'hôtel par Riccardo lui-même.

m13

LE PARCOURS.

4 groupes :

Borghi e Castelli : vitesse moyenne 17/19 km/h

Cappuccino : vitesse moyenne 20/22 km/h

Cappuccino super : vitesse moyenne 23/25 km/h

Limoncino : vitesse moyenne 26/28 km/h

Je choisirai le groupe limoncino puisque préparé depuis longtemps et fin prêt pour en découdre avec les meilleurs.

Bertrand, quant à lui, prendra le deuxième groupe, le cappuccino super.

19h00 : repas pour tous au restaurant de l'hôtel, un repas copieux, de grande qualité et à volonté.

m14

A TABLE

Et puis pour finir, une petite ballade de nuit pour découvrir Riccione de nuit.

Dimanche 19 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner riche en charcuteries, fromages, produits locaux, pains régionaux, croissants, petits pains, omelettes, yaourts, j'en passe, de quoi tenir un siège.

9h30 : départ de la randonnée de 108 km ( Santarcangelo, Roncofreddo, Sogliano ).

m15   m16     

LIMONCINO                                                                                                                      BARTOLO

Le climat est chaud et légèrement humide, la végétation est luxuriante, les oliviers en fruits, la tempèrature tourne autour des 13°, et déjà la première crevaison due au très mauvais revêtement des routes italiennes. Les groupes passent devant nous , il va falloir cravacher pour rattraper notre retard. Avec des vitesses approchant les 35 km/h, nous arrivons à combler notre retard dans les faubourgs de Santarcangelo di Romagna.

  m17     m18      

BERTRAND ET MOI, LIMONCINO                                                                                                 

Une petite pause, quelques photos et c'est reparti pour la première montée de la journée, Ronccofreddo, que je monte à l'aise. Arrivés au sommet, nous comtemplons le paysage, puis nous enfourchons nos vélos pour Sogliano, la deuxième montée , 3 km, 18 virages et à l'arrivée une bonne Birra pour nous désaltérer.

m19    m20

ROCCONFREDDO.

m21

SOGLIANO.

Puis nous amorçons notre retour vers Riccione, et là, à dix kilomètres de l'arrivée, une fringale en montant le San Paolo, terrible, impossible de suivre le rythme, roulez à 30 km/h oui, poussez jusqu'à 34 km/h non.

Décidant de les laisser finir à leur rythme, je finis bien tant que mal, j'ai fini par être rejoint par le cappuccino super qui nous suivait, là, ils m'ont alimenté, de gâteaux et de barres de céréale.

Arrivé à l' hôtel, je crois avoir mangé trois plats de pâtes, tellement j'étais limite.

15h30 : départ pour l'excursion vers Gradara : une forteresse réalisée entre le 11ème et 15ème siècle, qui fût le théatre de la lutte des Malatesta et les Montéfeltro. Pourtant ce qui adonné célébrité à la forteresse n'ont pas été les luttes entre les seigneurs, mais l'amour tragique entre Paolo et Francesca: une tradition ancienne veut que leur drame se déroula dans ce magnifique château, d'ailleurs, la chambre des amants évoque encore l'atmosphère d'une passionnante et tragique évolution des sentiments.

m25    m23  

 GRADARA


      m24         m27

LA FORTERESSE                                                                                          GUISEPPE ET SES KAKIS

m28    m30

                                                                                                                      PAUSE CAFE.

19h00 : repas à l'hôtel pour tous.

 

Lundi 20 octobre 2008.

9h30 : départ pour la randonnée de 85 km ( Veciano )

m31

LE PARCOURS.

On y découvre comme toujours un arrière pays splendide, riche en collines et en côteaux.

Aujourd'hui, il faut serrer les dents, après la fringale de la journée précédente, il faudra gravir deux montées dont une à 600 m environ.

Après un départ prudent, bien niché dans le peloton, j'en profite pour m'extraire dès la première ascension, la forme est revenue, les poches pleines de victuailles, au cas où.

Arrivé dans de très bonnes conditions, au point de rassemblement, j'en profite pour faire le plein.

m34

LIMONCINO A VERRUCHIO.

m32m33

VERRUCHIO.

Et c'est reparti pour la deuxième montée, qu'on franchi encore plus vite, nous savons que nous ne sommes plus très loin de la maison de campagne de la famille Guiliodori, où Stéfano le directeur nous offrira pâtes et buffet froid à volonté dans un câdre champêtre.

m35     m36

APPERO                                                                                                      BARTOLO ET ENNIO


m37    m39

FRANCO                                                                                    MOI


m38

DANIEL, ENNIO, FRANCO, DIDIER, MOI, BERTRAND, GUISEPPE.

Après un repas consistant, de franches rigolades, nous reprenons la route, avec dans le ventre Limoncello et Grappa, pour effectuer les derniers 25 km qui nous séparent de Riccione.

Comme d'habitude le groupe limoncino roule à 35 km/h pour pouvoir profiter des jacuzzis et autres hammams.

17h30 : c'est le moment très attendu des cyclistes, le mini marché au salon de l'hôtel pour l'achat des tenues de vélo au couleur de l'hôtel Dory. C'est la cohue, il n'y en aura pas pour tout le monde, enfin, nous avons trouvé le fameux sésame, le maillot de Michel, taille M. Nous espérons qu'il sera heureux.

m43

ENNIO, DRELLI, MOI,GUISEPPE, FRANCO.

19h30 : repas à l' hôtel pour tous.

20h30 : ballade nocturne sur la baie de Riccione, nous contemplons les belles fontaines et jets d'eau tout au long de la plage.

m42    m41

RICCIONE DE NUIT.

m40

LES FONTAINES.

Mardi 21 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner.

8h00 : massages et remassages, les jambes sont lourdes, le mot courbatures entre dans le vocabulaire du cycliste.

9h30 : départ pour la randonnée de 100 km ( Urbino ).

m44

LE PARCOURS.

Et là, quelques dissensions font leurs apparitions, il faut rentrer vite pour pouvoir visiter San Marin à 15h30.

Il n'y aura pas de temps morts, le parcours reste le parcours, il faudra le faire, mais les temps de repos seront plus courts pour nous permettre de rentrer tôt.

Dès les premiers kilomètres, c'est déjà les côtes, pas le temps de chômer, avec la montée de Sainte Clémente et ses 180m. Bonne petite mise en jambe avant le Tavoleta.

m45    m46

TAVOLETO                                                                                        BERTRAND, RICCARDO, MOI

m47

LIMONCINO.

Après une halte pipi, photos et panoramas, c'est la descente vers Urbino, des descentes à vous couper le souffle, plus de 60 km/h dans les parties les plus rapides, puis freiner fort pour pouvoir prendre les virages en épingles à cheveux. Il y a de quoi se faire peur.

Après un moment d'accalmie, c'est la montée vers Urbino. Je passe cet obstacle assez facilement, la forme revient, les sensations aussi, mais le spectre de la fringale est toujours présent, alors on pense à l'arrivée. On se calme.

Nous faisons notre entrée dans Urbino, magnifique ville fortifiée dans la région des Marches au sud-ouest de Pésaro. Une ville nichée sur une colline en pente forte, et qui conserve son aspect médiéval.

Nous nous rendons directement à la place Duca Fréderico, où se dresse devant nous le Duomo, une église fordée en 1021, détruite en 1789 par un tremblement de terre et reconstruite par Valadier, dans un style néo-classique jusqu'en 1801.

m48   m49

LE DUOMO                                                                                    LA PLACE DUCALE

m50  m51

                                                                                                                LE DUOMO.

Des merveilles, dommage que nous n'avons pas le temps de visiter l'intérieur.

Urbino est une ville universitaire, c'est pour cela que nous avons rencontré énormément de personnes jeunes, dans les rues étroites qui nous conduisent vers la sortie. Dévaller cette ville par des petites rues en pavés est sensationnel.

Arrivés en contrefort de la ville, nous pouvons admirer le Palais Ducale qui se dresse devant nous, majestueux.

m52

LE PALAIS DUCALE.

Tous les cyclistes ont été conquis par cette ville. Voilà, la visite est terminée, retour vers Riccione, deux montées nous attendent encore , le Colbordolo et le San Rocco, le premier s'avère très difficile, une montée à plus de 10 %, la vitesse ne dépasse pas 10 km/h.

Mais nos efforts seront récompensés en passant dans la petite ville de Tavullia où a vu naître le célèbre champion moto, Valentino Rossi. Toute la ville arbore le numéro fétiche du doctor, le 46.

armance_045   armance_044

VALENTINO VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE.

On n'a pu faire des photos de sa villa, c'est déjà la rentrée vers Riccione, en roue libre pour une fois.

Arrivés à l'hôtel, pâtes et douches, pour être prêts pour le voyage vers San Marin.

15h30 : départ en car vers San Marin, ville accrochée sur le Monté Titano, à la frontière avec l'Emilia Romagna et les Marches, une superficie de 60 km2, pour 30 000 habitants.

m51

SAN MARIN.

Après un cours d'histoire de notre ami Bernard, le chauffeur, nous nous donnons rendez-vous dans une boutique de vente d'alcools, où nous dégusterons plus tard de merveilleux produits.

Nous n'avons qu'1h30 pour visiter la ville, alors d'un pas gai et joyeux nous montons vers le sommet où se dresse devant nous de merveilleux paysages et monuments.

L'appareil photo est amorti, les visites de boutiques s'enchaînent. Notons que les prix sont dutty free, nous en profitons pour faire nos emplettes (monnaies, alcools, bijoux, parfums,etc...)

Nous montons jusqu'à l'hôtel de ville, au palais du gouverneur avec sa place publique avant de redescendre vers le car, où nous avons rendez-vous pour une dégustation d'alcool italien, le limoncello, grappa, amaretto tout y passe, le vendeur s'est y faire, nous repartirons tous avec un carton d'alcools sous les bras, pour le plaisir de nos familles et amis.

m52    m53

LE PALAIS DU GOUVERNEUR                                                              LA PLACE PUBLIQUE

m55  m54  

LE FONDATEUR DE SAN MARIN                                                        LE FINUVIA


m56

Et voilà, nous quittons San Marin, au couché du soleil, le temps de descendre nous pouvons apercevoir le chateau illuminé.

19h30 : repas pour tous au restaurant.

Mercredi 22 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner, attention il faudra prendre des forces, car c'est la journée la plus longue avec la grande randonnée et pour ceux que cela dit, la visite en car de Santarcangelo.

9h30 : départ pour la randonnée reine de 115 km (Sanssocorvaro).

1530m de dénivelé, avec les montées de 8 cols, allant de 144 m à 625m pour le plus haut.

m57

LE PARCOURS.

m58

m59

LIMONCINO.

Là encore au bout de 10km, nous commençons à monter avec le premier col, le Trebbio à 235m pour une bonne mise en condition, puis le Mercantino Conca et cerise sur le gâteau la Faggiola et ses 625m d'altitude.

Je monte à l'aise ce col, arrivé en troisième position, je me sens pousser des ailes, la descente s'avère dangereuse, attention aux chutes.

Nous nous retrouvons tous pour une pause café à Sassocorvaro , le temps de se désaltérer et prendre quelques clichés.

m82

LE FAGGIOLA.

m61

LIMONCINO.

m60

PAUSE BIRRA A SASSOCORVARO

 Déjà le départ, et pour commencer l'ascension vers San Donato, nous découvrirons des merveilleux points de vue. Tous les cyclos restent ébahis de ce qu'ils peuvent apercevoir : les vallons de l'Emilie Romagne, les contreforts des Apennins, les abords de la Toscane.

Du beau, rien que du beau, tout le charme des routes romagnoles.

m63    m64

LES HAUTEURS DE SAN DONATO.

 


m62 

 Puis, la dernière montée se dessine, l'ascension jusque  Mondaino, 420m au dessus du niveau de la mer, c'est le rempart des Malatesta, 5 km d'ascension avec au bout la porte qui vous laisse entrer sur une place en forme de demi-cercle, la place Maggiore.

 

Une pause pipi et Birra; Drelli nous ravitaille avec son camion assistance de bananes et sandwichs.

m81

LA MONTEE VERS MONDAINO.

m65   m66

LES PORTES DE MONDAINO.

m77   m79


LA PLACE MAGGIORE.

  m80   m78                  LE CAMION ASSISTANCE DE DRELLI                                                                          MOI, EDDY, DIDIER ET DIDIER. 

Il est temps de repartir vers Riccione, où nous attend une autre excursion à Santarcangelo en car.

15h30 : départ vers Santarcangelo, nous mettrons 45 minutes pour apercevoir l'Arc de triomphe. Entre-temps nous avons encore droit à un cours d'histoire de notre ami Bernard, qui nous indiquera encore une bonne adresse à ne pas manquer.


Planté sur la place principale, l'arc de triomphe, qui est en réalité l'arche du pape Clément XIV, achevé en 1777, se dresse devant nous. Nous avons eu la possibilité de le prendre en photo lors d'une randonnée auparavant. Mais ce qui nous interresse, c'est le clocher tout là haut, il faudra grimper, mais nous sommes habitués.

m83   m85

L'ARCHE DU PAPE                                                                             GUISEPPE ET SON LAVOIR A L'ANCIENNE.


m84   m89

                                                                                                          LA PLACE PUBLIQUE
m87
  m90
LE CAMPENONE                                                                                CAPPUCCINO GIACOMINI

Lors de cette ascension à pied, nous visiterons le musée du bouton, intéressant, puis nous arrivons près de l'église qui s'avère être le Campanone, une tour de 25m de haut au coeur du village médiéval.

C'est le plus identificateur monument de la ville, dommage qu'il n'est pas ouvert, cela doit être formidable là haut.

Nous redescendons, pour admirer l'église collégiale sur notre parcours et nous finirons par prendre un cappuccino chez Giacomini, servi avec ses mignardises. Vous savez l'adresse que nous avait indiqué un certain Bernard Giacomini, y aurait-il un lien de parenté?

1h30 plus tard nous quitterons Santarcangelo pour Riccione où nous attend un bon repas au restaurant, de type romagnole

21h00 : rendez-vous au salon de l'hôtel pour le visionnage du DVD.

5 6

APRES LA VISITE, LA DETENTE

4 3

Jeudi 23 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner.

9h30 : départ pour la randonnée de 65km ( Panoramica )

avec un nouveau guide, Mr Ennio Bulfonne.

m91
MOI, BERNARD, ENNIO, BERTRAND
.

Nous mettrons 30 minutes pour joindre Pésaro, la route que nous avons prise est plus courte mais plus dangereuse.

Mais nous y sommes, les paysages de la Panoramica peuvent commencer.

Sur les hauteurs de Pésaro, les paysages sont magnifiques, enfin la mer, nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour l'admirer, mais elle est là et bien là, en dessous de nous, en plus le soleil est au rendez-vous.

m92

LES HAUTEURS DE PESARO.

m93

LIMONCINO

Bien sûr et cela ne change pas, il va falloir monter et monter, les vues sont exemplaires, nous arrivons à Fiorenzuola di Focara, nous prendrons le temps de nous désaltérer, avant de monter cette petite ascension en pavés qui mène sur les hauteurs de la ville, quelques clichés.

m97  m95

PANORAMICA.
m94   m96

PANORAMICA.

m98  m99
FIORENZOLA DI FOCCARRA.

m100  m101

LIMONCINO.

Nous repartons vers Gabbice Monté où nous pouvons admirer Gabbice Marré en contrebas.

Et puis Cattolica, Riccione, l'hôtel Dory où il faut prendre une douche en catimini, pour céder la place au nouveau séjour.

12h30 : départ pour le dernier repas à Riccione, nous choisirons une pizzéria, mais faute de restaurant ouvert en cette saison, nous atterrirons dans un restaurant du port de plaisance, le Cavalluccio Marino.

m102
A TABLE POUR LES PATES.

m103

m104

LE CAVALLUCCIO MARINO.

Après un petit temps d'attente et sans pouvoir commander de pizzas, nous obterons pour des pâtes, pour changer.

J'ai mangé ce jour là de formidables gnocchis.

16h00 : remontage des vélos et emballage.

16h30 : embarquement dans la remorque.

17h30 : embarquement des bagages.

18h00 : nous quittons Riccione pour la France.

19h00 : visiste chez Bogghetta, un vélociste de Béllaria.

m105

BOGHETTA.

Vendredi 24 octobre 2008.

11h00 : arrivée à Spy où nous débarquons nos collègues, par un temps de ch'tis, puisqu'il pleut, pas de chance.

Des adresses e-mail échangées, quelques numéros de téléphone distribués, et nous reprenons place dans le car.

12h15 : arrivée à Elouges, nous chargons nos vélos et nos bagages.

Après les "au revoir" nous prenons la route pour la France.

Conclusion.

Je crois que nous avons passé un excellent moment, les condititions météo étaient présentent, pas de pluie ni de mauvais temps.

Les paysages sont magnifiques, j'ai pu, à plusieurs reprises lors des commentaires, vous faire vivre cette joie de regarder l'Italie. C'est autre chose que nos corons et terrils...bienque l'image clichée du Nord ne soit plus celle des terrils et des corons...heureusement!

L'hôtel Dory est à la hauteur de sa réputation, malgré quelques petites fausses notes, mais dans l'ensemble ils ont assuré.

C'est vraiment un point de rencontre pour les passionnés de vélo, il faut se surpasser, serrer les dents, sentir la tension des muscles et le goût de la sueur. Mais la satisfaction du devoir accompli nous remplit de joie, chaque soir, nous refaisons le match.

Nous n'avons pas pu satisfaire toutes nos envies. Il faudrait quelques jours en plus, dont un de repos, pour profiter des piscines avec hydromassage, sauna, bain turc, et service de massage.

Ce n'est que partie remise.

L'hôtel Dory peut se vanter d'avoir une très bonne cuisine. Si pendant le séjour j'ai effectué plus de 500 km, j'ai pris 1,5 kg de surcharge pondérale.

Les pâtes, la cuisine locale basée sur les typiques et ingrédients naturels, la tradition romagnole, les fomages, la charcuterie, les desserts maison, bref, on ne savait plus où donner de la tête.

La cuisine est vraiment le point fort de l'hôtel.

Les chambres étaient confortables et le service bien réglé : douche, télé, juste le néccessaire à notre confort, mais de belle façon.

Le garage à vélo, parfait pour le stockage et les réparations de premières urgences. En outre, merci à Drelli, le mécanicien, pour sa disponibilité et sa maitrise du français.

L'hôtel Dory peut se vanter aussi d'avoir une belle brochette de guides, Bartolo, Riccardo, Eddy,et j'en passe.

Ils ont su décomposés la colonie en 4 groupes homogènes, les niveaux étaient respectés.

Les parcours proposés sont de toute beauté, à première vue, cela parait dur, mais une fois accompli, tous sont heureux de l'avoir fait.

Merci à Bartolo, notre guide, pour la conduite du groupe limoncino, disponible, il nous a fait découvrir de très belles routes romagnoles.

ber

BARTOLO.

Une attention particulière à l'ABSL Riccione Bike et à son président Jean Ghierche, pour le déroulement du séjour.

Une bonne programmation et la satisfaction d'avoir fait toutes ces choses.

m86

JEAN.

Un grand merci à Carlo, notre accompagnateur, monté à Spy, qui pendant le séjour nous a démontré combien il était précieux. Ce personnage posssède deux grandes qualités, l'écoute et la disponibilité au service des autres.

Chapeau Carlo et encore merci.

m83

CARLO.

Merci aussi à Franco Silvani de m'avoir fait connaître ce séjour, de m'avoir renseigné, lui et sa femme tout au long de l'année.

Franco a été notre mécanicien, traducteur, porteur,etc.. mais quel gentillesse ce Monsieur, et tout ça avec le sourire, toujours prêt à rendre service.

Une bise de la part d'Anna, pour le fromage forme et le torrone.

fr

FRANCO.

Merci aussi à Ennio Bulfonne, pour avoir été présent tout au long du séjour, il a était mon compagnon de route, à + de 60 ans , il a encore de beaux restes, nombreux sont ceux qui lui ont fait remarquer, nombreux sont ceux aussi qui voudraient lui ressembler.

m84

ENNIO.

A la saison prochaine.

 

 

 


 

12:59 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : italie, philippe, col, daniel, bertrand, cote, monts, cyclos, riccione, san marin | Digg! Digg |  Facebook | |

22/09/2008

CURGIES BRAY-DUNES 2008

Nous avions rendez-vous ce dimanche 21 septembre 2008, pour la 3ème sortie du Curgies Bray-Dunes. Tous réunis sur la place de la mairie pour un départ à 7h30.

34 cyclos venus d'horizons divers ( Curgies, Aulnoy-lez- Valenciennes, Marly, Val cyclo, Condé-sur-L'Escaut, Raismes ) ont pris le départ par un temps un peu frais puisque la température ne dépassait pas les 6°.

En route, pour rouler groupés, sous forme d'Audax, pour passer une bonne journée dans la joie et la bonne humeur.

150 Km au total.

Au fur et à mesure, nous allions traverser les communes de :

Curgies, Saultain, Marly, Valenciennes, Anzin, Raismes, St Amand, Lecelles, Rumegies, Planard, Mouchin, Genech, Templeuve, Ennevelin, Avelin, Seclin, Houplin Ancoisnes, Beaucamps Ligny, Radinghem, Fleurbaix, Sailly/Lys, Bac-st-Maur, Croix-au-Bac, St-Jans-Cappel, Mont des Cats, Godewaersvelde, Steenvoorde, Winnezeele, Herzeele, Bambecque, Rexpoede, L'Avenir, Uxem, Ghyvelde, Bray-Dunes.

La forêt de Raismes où la température lors de la traversée est descendue à 4.7°, bien frais à ce moment.

Puis le premier ravitaillement à Avelin, arrêt pipi, et la route reprend vers les Flandres où en traversant une commune, nous avons pu admirer des hommes et femmes dansant dans les habits traditionnels de meunier pour une fête locale.

Notons aussi la très bonne organisation de cette randonnée, 3 motards qui couvraient les intersections et ronds points, une voiture ouvreuse et une voiture balai. Que de bonnes choses, cela a évité les arrêts fréquents , les coups de patins, les relances, bref.

Arrivés au pied du Mont des Cats, certains ont pu gravir ce mont à leur rythme, d'autres, plus rapides se sont élançés à l'assaut.

En haut du mont, un deuxième ravitaillement était au menu, sandwichs filets américain et bières, de quoi nous "requinquer" après cet effort.

La descente,... et nous filons tout droit vers la mer, le soleil, Bray-Dunes, et le traditionnel frites-moules, dans un resto de bord de mer , le "vent des globes".

Après un apéro, nous dégustons des moules de qualité, quelques photos, quelques bonnes rigolades, quelques soucis bien vite réglés au départ et le retour vers Curgies s'amorçe.

Arrivés à 19h30, certains aurons du attendre un peu le retour du camion qui avait embarqué les vélos, bloqués dans un accident de la route.

20h30, le camion entre dans Curgies, on débarque les vélos, puis un dernier au revoir, et nous prenons rendez-vous pour un prochain brevet. Nous avons passé une très bonne journée, encore merci aux organisateurs.

 

page0661


m1

Danse locale aux abords des Flandres

 

m2             m3

La montée du Mont des Cats, on peut remarquer la mauvaise façon de monter, celle du Président d'Aulnoy, Mr Joseph Loria et la bonne, celle de Marcel, qui va connaître un grand moment de solitude.

 

m4

Le panorama du Mont des Cats.

 m5

Marcel, Bernard, Philippe.

 m6

Nos motards ouvreurs.

 m7

Le groupe sur la plage de Bray-Dunes

 m8

 

m9

Les cyclos d' Aulnoy, qui m'ont acceuilli sur cette rando.

 m10

le temps de la digestion...

 m11

...c'est la bonne humeur

 m12

 Bernard et sa marmite de moules...

 

 

14:14 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : randonnee, bernard, philippe, marcel, monts | Digg! Digg |  Facebook | |

15/09/2008

MONTS DES FLANDRES 2008

Les organisateurs du 59 ème brevet des Monts des Flandres nous ont accueillis ce dimanche 14 septembre 2008, au complexe Youri Gagarine, rue des bois blancs à Lille.

Deux parcours sont au menu, le petit de 70 km avec 260 m de dénivelé et le grand de 135 km avec 1100 m de dénivelé.

512 cyclos ont bravé le temps frais (8° à 8h) pour le départ de cette randonnée.

Le parcours joue avec la frontière franco-belge, un parcours somptueux sur les crêtes des Monts.

Le Kemmelberg (156 m) fut le premier Mont à escalader, côté pavé, le plus dur, celui qu'empreinte les professionnels dans Gand-Wevelgem, il y en a eu des chaînes cassées dans la montée, c'est dire la difficulté!.

Puis le Mont Noir (150 m) et le Mont des Cats, lui aussi , gravi côté pavé. Un bon ravitaillement avant de reprendre la route en direction du Mont des Recollets (155 m) et le Mont Cassel (176 m).

Cassel qui nous attend, pour nous offrir un superbe panorama sur les Flandres, quelques photos souvenirs pour notre album, quelques friandises, et puis nous amorçons le retour vers Lille, en passant une fois de plus par le Mont des Cats, mais de l'autre côté, plus long, plus dur.

Ensuite Mont Rouge (129 m) et Vert Mont (97 m) s' enchaînent et puis en haut du Monteberg, nous faisons halte au "Monteberg", un estaminet local au beau milieu de la vigne et de la campagne flamande, pour estampiller nos cartes de parcours et par la même occasion goûter les spécialités locales, la Carolus et la Queue de charrue.

Après ce bref interlude, c'est reparti pour une dernière partie de manivelle avec des anglais, tout droit venus de Finsburry pour les 20 km qui nous séparent de Lille. Dur fût la fin, tellement nous avons donné.

Arrivés au complexe, nous avons apprécié nos collations et l'ambiance qui régne à l'intérieur de la salle; les organisateurs étaient à nos petits soins. J'espère qu'il y aura plus de participants à la 60 ème édition, cette randonnée vaut le détour, ces gens ont donné le maximun pour nous faire passer une agréable journée.

Avant de partir, nous nous sommes donnés rendez-vous au 27 septembre 2008, pour une randonnée à Erquelinnes, Belgique, pour un brevet de 130 km du nom de "Brasier et Goelands"


v1

 

page061

La carte du parcours

v16        v3     

( Photo A.TIGNON )

Le Kemmelberg, côté pavé, 11 % au bas et plus de 20 % au sommet, Bernard et Michel dans l' ascension,

v6

( Photo A.TIGNON )

Marcel fringant dans le Mont des Récollets.

v4

Les cyclos de Quarouble, Aulnoy-lez-Valenciennes, Raismes et Condé-sur-l'Escaut, le Valenciennois bien réprésenté.

v5

Bernard aux commandes de l'appareil photo, renversant, non?

v7   

Photo prise en haut du Mont des Cats, par notre ami, André Tignon.

v8

au "Monteberg", estaminet local qui attire les promeneurs et les cyclistes, on peut y déguster la Carolus, bière brune, dont la recette date du 15 ème siècle et la Queue de Charrue, bière blonde ou brune, artisanale, elle tire son nom du néerlandais "ploesteert", la ville où elle est fabriquée.

v9

Une pause bien méritée.

v10

A l'aise, Marcel...

v11

Zanini attend sa Carolus.

v12

André Tignon, venu s'assoir à nos côtés pour le verre de l'amitié, et discuter de cette randonnée.

v13     v14  

( Photos A.TIGNON )

Sur le chemin du retour, en finissant d'escalader le Monteberg

v15

( Photo A.TIGNON )

Les anglais de Finsburry, avec qui nous avons roulé sur la fin de parcours.

 

 

18:44 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : randonnee, brevet, bernard, philippe, michel, marcel, cote, monts | Digg! Digg |  Facebook | |

08/09/2008

SORTIES QUAROUBAINES 2008

Plusieurs fois dans l'année, des cyclos de divers clubs se réunissent afin de participer à de longues sorties le jeudi.

Parmi ces clubs nous pouvons citer Quarouble, Condé, Hensies, Quiévrain, Marly.

Michel et Jean-Marc font partie de ces cyclos qui participent à ces ballades.

Cette année on peut citer:

Sortie Etréaupont

Etréaupont est situé en Thiérache au confluent au de l’ Oise et du Thon, à environ 15 km à l’ouest d’Hirson.Etréaupont est une petite commune de moins de 1000 habitants.


page064

 

v1

Ils se reconnaîtront ... Serge, Daniel, Michel, Guy, Ennio, Jean-Marie, Jacques,Louis, Campagnolo, et ...les autres.

v2

 

v3

Un momment agréable celui aotour du verre de l'amitié. Au premier plan Bernard DEFONTAINE ( maillot de la Française des Jeux).

v4

Au premier plan à gauche, Jacques notre camarade d'Hensies, et Gilbert, secrétaire du club de Quarouble ( 2ème à partir de la droite).

v5

Guy et son beau maillot.

v6

C'est au tour de Michel de poser pour la postérité.

Je viens pas de la cité mais le beat est bon
Je viens pas de Paname mais de Marly-Gomont
Y'a pas de bitume là-bas, c'est que des pâtures
Mais cela n'empêche que j'ai croisé pas mal d'ordures

v7

Quelques camarades de Quiévrain, Quarouble et Hensies.

v8

Ne vous y fiez pas sur le vélo il n'a pas les doigts en éventail... c'est un très bon rouleur!

v9

Ce fut une vraiment une belle journée ensoleillée.

Excursion en avesnois, à Liessies.

545px-Blason_ville_fr_Sains-du-Nord_(Nord).svg            fdfdfd

En plein cœur de l’avesnois, dans un parc arboré au beau milieu de la forêt, loin du bruit et du stress de la ville, le château  de la Motte a accueilli nos cyclos pour profiter du calme exceptionnel, et des plaisirs de la gastronomie traditionnelle.

Au XVIII siècle, les moines construisirent sur leurs terres une dépendance dans un site exceptionnel en bordure de forêt et d’étangs. Depuis plus de 60 ans, par la passion d’une même famille, cette maison est devenue hôtel de charme et table gourmande.

Après  tant de kilomètres avalés dans notre bocage, notre équipe a fait halte cette fois-ci dans ce magnifique château, où ils ont pris place dans sa grande salle de restaurant pour vivre un moment de plaisirs culinaires en dégustant les spécialités gastronomiques.

 

Cela a fait particulièrement plaisir à notre président Michel, qui dans ce cadre magnifique, avait déjà vécu de bons moments. Et, comme dit Michel, ce fût une belle journée: le soleil, pas de crevaison, pas d’accidents.


v1

Un beau souvenir pour tous ...

v2

C'est l'heure de l'apéro...

v3

La salle de restaurant est magnifique.

v4

 A votre santé...

v5

Gilbert, publicité du Château en main, secrétaire de QUAROUBLE avait accompagné et tracé le parcours pour le groupe.

 

Sortie Mont de l' Enclus


m1

m2

m3

m4

m5

 Le noyau dur des camarades : Jean-Marie, Serge, Daniel, Michel, Ennio, Bernard, Marcel...

 

 

 

 

 

 

 

 

07/09/2008

PHOTOS DIVERS 2008

 

r1

Jean-Marc, Michel, Richard et Philippe après la randonnée de Rosult.

r2

Jean-Marc met à jour le tableau de participation qui lui servira pour établir le bilan sportif de fin d'année. A ses côtés Richard; cela se passe dans le local de la base de loisirs de Chabeaud Latour.

r3

Zanini.

v1

Une halte à la brasserie du casino à Chimay.

v2

Une pause après une petite randonée d'une quarantaine de kilomètres, après la traversée des villes d' Eppes-Sauvage, Liessies, Clairfayts, Sivry, Montbliart, Ranse, Robechies et Chimay.

v3

 il ne faisait pas très chaud...

v7

 

v4

Au retour à la base de loisirs du Val Joly, après avoir emprunté le parcours qui suit, Chimay, Saint-Rémy, Salles, Balièvre, Moustier-en-Fagne, Eppes-Sauvage et Liessies.

v8

Une bonne bouffe, au centre de Liessies, dans un petit cadre magnifique,  où la frite-ommelette est succulante.

p1

Chez Pascal, un mercredi comme un autre, notre fief en fin de parcours.Michel et Robert POPIOL, notre secrétaire.

p2

Robert et Jean-Marc, respectivement secrétaire et trésorier de notre association.

m1

Jean-Louis, Michel et Philippe en fin de randonnée, sur je ne sais quel parcours.

m2

Une cure de jouvence pour, de gauche à droite, Bertrand, Richard et Jean-Marc!

800px-Mont-de-l'Enclus_JPG03

Le Kluisberg, en français : Mont de l'Enclus, et un mont des Ardennes flamandes, situé à la limite entre la Flandre et la Wallonie, entre les communes de Kluisbergen et du Mont de l'Enclus.

Son altitude est de 141 mètres.

Le Kluisberg est régulièrement emprunté par les courses cyclistes flamandes, comme le tour des Flandres. A l'ouest du Mont, il peut se monter dans le sens Kluisbergen-Orroir, comme dans l'édition 2007 du Tour des Flandres, ou dans l'autre sens comme lors de l' édition 2008.

A l'est, se situe la Côte de Trieu qui se monte depuis Russeignies sur le versant sud, qui débouche non loin du Vieux-Quaremont.

800px-Orroir_-_Mont_de_l'Enclus_2

Les brasseries situées au sommet du Mont de l'Enclus, qui accueillent les visiteurs tout au long de l'année.

e1

Bertrand en plein effort.

e2

Ouf!, enfin la fin, semble dire Jean-Marc.

e3

Un petit essai pour Jean-Marc sur l'autre  versant. Plus dur que l'on ne croît.

e4

A table, un peu de repos avant le retour... pas de verres pas moyen de consommer...tout était fermé!

e5

Au retour, en bas de la montée, dans les faubourgs d'Orroir.

e6

 si,si nous étions bien au Mont de l'Enclus.

e7

 

e8

Enfin un estaminet d'ouvert! Une halte dans le village de Frasnes-lez-Anvaing, où la blanche au citron, bien fraîche surtout a fait le bonheur de Bertrand. Michel fidèle à la brune, pour Philippe et Jean-Marc une bonne pression.

e9

 

M10

Chez Pascal, pour une fin de parcours bien méritée.

a1

Antoing.

a2

 

a3

Le chateau de Vaulx

a5

Base nautique de Péronnes.

a6

 

a7

Robert lors de la pause...prostate

 

v1

Chez Maman, à Autreau.

v2

Jean-Louis dans la côte de Bellignies, notre chef de file pour cette sortie, puisque c'était lui l'instiguateur de ce parcours.

v3

Bertrand dans la montée de Bettrechies.

v4

Jean-Pierre, notre doyen (75 ans) prend la pose.

v5

Jean-François et Jean-Louis en pleine rigolade chez Maman.

v6

Après l' effort, le réconfort, semble appécier Jean-Pierre.

M1

M2

Pause café en Belgique

mv3

Dans un petit restaurant local, à Maroilles, où nous sommes tombés nez à nez avec des cyclos belges pour leur randonnée bi-mensuelle.

Michel en a profité pour retrouver d'anciennes relations de parcours.

mv4

Michel semble apprécier le vin local, et la tarte au Maroilles. C'est le plat traditionnel en fin de parcours.

mv5

 

mv6

 

l1

Le D'Artagnan, situé à La Longueville, où l'arrêt pipi pour certains et la pause pour les autres. Le D'ARTAGNAN est devenu notre point de chute régulier, à mi-parcours, de l'une de nos sorties préférées, celle dite de ''La Longueville'', parcours exigeant de 110km avec le retour par Bellignies et Bettrechies.

l2

 

l3

La Longueville, parcours favoris pours certains ou parcours d'enfer pour d'autres...mais toujours d'entrain pour le pratiquer.

l4

Bertrand en pleine chaleur.

l5

Le bidon à Michel, cent pour cent pur jus, le max de protéines.

l7

 Patron, un Végas et une mousse !

n1

Mont Saint-Aubert 
Altitude : 145 m
Sud-Est - Dénivelé : 124 m - Longueur : 2,1 km 
% moyen : 5,9% - % max : 12%

 

st aubert

 imposant, non?

Mont Saint Aubert SE profil

 

n3

Depuis Kain, la montée sud-est débute après avoir croisé une route venant de droite. La pente est très douce dans les 400 premiers mètres, puis elle s' accentue ( 6 % au 5 ème hectomètre).

 

n4

Puis viennent les deux virages ( en forme de z peu prononcé ) où la pente est en moyenne de 6-7 % sur 700 mètres.

n5

On arrive alors à un carrefour avec un ilôt central : en prenant à gauche, on découvre la partie la plus coriace. A l'image Fabrice LOBRY.

La ligne droite de 300 mètres atteint 9-10 %, la pente maximale, 12 % se situant juste avant le virage à gauche. La dernière ligne droite pour atteindre le parvis de l'église monte à 7,5 % en moyenne.

n6

Bertrand DELBECQ

A noter : peu après le dernier virage, le parcours est commun avec celui de l'ascension par le versant sud-ouest ( qui débouche par la petite route à droite).

Au-delà, la montée se termine en cul-de-sac.

n8

n9

 Jean-Marc, Fabrice et Bertrand.

n10

 Philippe et Michel.

n11

 

n12

 Enfin, nous la tenons, cette ascension de la Jubaru.

n13

 

n14

En 1897, Armand Jubaru décède au guidon de son vélo dans la descente du Mont-Saint-Aubert à cause d'un ennui mécanique.

L'histoire paraît banale mais son nom restera gravé à jamais dans le patrimoine historique du Mont-st-Aubert.

Cette tragédie avait été relatée le lendemain dans le plus vieux quotidien de Belqique, le courrier de l'Escaut. La croix fut dressée par la suite par sa famille, elle porte le nom Croix Jubaru, elle est située au carrefour de la Croix Jubaru.


gfgf

Randonnée de Roeulx, avec Jean Marc, Jean Louis, Philippe et Jean Pierre.

fdfsd

Jean-Pierre

M3
 

 Bien entourés dans notre fief de la Longueville

 

 

05/09/2008

LES 9 MONTS DES FLANDRES 2008

C'est le rendez-vous incontournable : la plage de Malo, Bergues, les Monts, la Flandre, la Belgique et la bonne humeur.

Beauté des parcours, qualité et convivialité aux ravitaillements, bon fléchage. Bravo à tous, cyclos et bénévoles, bravo aussi à l'organisation faite par Dunkerque Cyclo.

La majeure partie des 1094 participants étaient déjà en selle avant 7 heures, lors de ce 16 ème rallye des 9 Monts. Les cyclos ont découvert la plage et Bergues pour l'incontournable crochet sur les lieux du tournage du film de Danny Boon, avant d'affronter les Monts de Cassel (176 m) Oxelaere (100 m) Mont des Cats (150 m) Mont Noir (150 m) pour la France.

Les Monts de Monteberg (115 m) kemme (105 m) Mont Rouge (136 m) Baneberg pour la Belgique.

Et retour en France, pour les Monts de Vert Mont (97 m), tout cela pour un total de 143 kms bouclés en 5h30.

Les 9 Monts, c'est physique, bien organisé, convivial, une classique à faire et refaire. Michel et Philippe en ont gardé un excellent souvenir.

A noter qu'ils étaient les seuls représentants du Hainaut ( hormis les individuels ).

 

9monts08[1]

v12

parcours 2008 pour site sans calque horizontal JPEG

P7030001

( Photo site LES 9 MONTS )

08 bergues 1

( Photo site LES 9 MONTS )

A Bergues, Le BRUEGEL relais gastronomique réputé où le personnel vous sert en costumes d'époque.

08 hondeghem 3

v1

v2

v3

Philippe

v4

Michel

presse2

 

 

18:04 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : randonnee, brevet, philippe, michel, monts, cyclos | Digg! Digg |  Facebook | |

04/09/2008

LILLE CALAIS 2008

La 27 ème édition s'est déroulée le dimanche 18 mai 2008.

La plus ancienne, c'est Lille-Calais, organisée fin mai par le club URFA-LILLE, qui a succédé avec bonheur à la monumentale échapée belle qu'était Lille-Hardelot dans les années 1990.

Lille-Calais, c'est encore un brevet de référence qui a motivé quelques 1200 participants, partis via la plaine de Flandre pour joindre la côte via les côtes de l'Artois (170 km).

La première montée est celle du Mont Cassel, à mi- parcours. Après le ravitaillement sur la place de Watten, l'épreuve devient de force avec des montées célèbres, Tournehem, le Ventus d'Alembon, le Mât d'Hermelinghem, le Cran d'Escalles.

L' arrivée sur la plage de Calais, à proximité de l' embarcadère des Ferry traversant la Manche.

La journée fut magnifique, malgré un temps de pluie au départ de Lille.

Le parcours empreinte autant que possible des petites routes pittoresques, le parcours est très bien fléché.

Coté ravitaillement, 3 points étaient prévus, ce que l'on peut signaler, c'est que pour le prix de l'inscription, on aurait espérer un peu mieux et si possible collation à volonté.

Enfin le plus appréciable, le moment " frites-moules" , dans un petit restaurant du bord de mer.

v1

Arrivée en bord de mer.

v2

 

fetch.php

Le village vu du ciel, avec son parc à vélos, gardé, et divers tentes de manifestations.

64Alembon

Le ventus d 'Alembon, une des dernières montées vers la côte.

v3

L' Escale, une belle montée, qui commençe en bas du village, et dont la fin est raide, mais c' est la dernière, alors un petit effort.

03Cucq

Des compagnons de route, avec qui nous avons effectués une bonne partie de la fin de parcours.

 

 

 

 

 

21:24 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : randonnee, brevet, philippe, michel, cote, monts | Digg! Digg |  Facebook | |

L' AUBERTOISE 2008

Appelé aussi " Saint-Aubert-Mont-Saint-Aubert -Saint-Aubert ".

Cette randonnée s'est déroulée le 4 mai 2008.

v1

Jean-François, Jean-Louis, Phiippe, Michel, Richard et Bertrand.

v2

Richard en plein effort.

v3

Bertrand et Michel qui fait le V de la victoire.

v4