18/10/2010

RICCIONE OCTOBRE 2010

Comme chaque année, depuis quatorze ans. L'hôtel Dory remercie ses nombreux cyclistes qui viennent passer leurs vacances, dans leur établissement.

L'ambiance est idéale pour ceux qui désirent conjuguer moments de détente et de bien être.

Les établissements Dory nous invitent dans un véritable hôtel pour cyclistes. Dans la région du pirate, celle de Marco Pantani. Idole du coin, puisqu'il est originaire de Cesenatico.

Les nombreux cyclos découvriront de merveilleux parcours, à travers la région de la Romagne, des Marches et de la Toscane.

La richesse de l'arrière pays permet chaque année de varier les parcours. On vous proposera des routes sinueuses, des collines douces, des panoramas enchanteurs, tout ça, loin de la circulation.

Vendredi 8 octobre 2010

Le départ est fixé à 15h45, sur l'aire de repos de Spy ( Belgique ). Mais nous préférons ne pas arriver en retard, pour charger les vélos, bagages et autres. Et c'est ainsi que Philippe, Daniel, Franco et Marie Claude arriveront à la station Total, avec plus d'une heure d'avance sur l'horaire.

Au moins, nous étions sur d'avoir nos places dans le bus. Après un café, consommé à la boutique, nous chargeons nos bagages dans le car. Il est 15h45, le départ est imminent. Un dernier « au revoir » et c'est parti pour 17 h de bus. C'est long, il nous faudra trouver de l'occupation à l'intérieur. Nous voyageons vers Weyler ( Arlon ) pour récupérer les autres cyclos.

17h15, nous arrivons au siège de la «  Généraltour ». Le temps d' embarquer le reste de la compagnie, et de se soulager. Nous reprenons la direction de Saint Avold, pour y souper.

19 h30, nous arrivons sur les lieux. Nous dégustons peut être notre dernier repas français, avant d'arriver en Suisse.

23 h 15, nous franchissons la frontière et nous faisons notre première halte a Bâle. Nous avons peu de temps, il faut respecter l'horaire planifié par les conducteurs.

1_Slide apertura.jpg

DSC09764.JPG

L'embarquement a Spy

DSC09765.JPG

dyn006_original_284_361_jpeg_2646897_a03935227b32eff27b31b5a5b7a10a8a.jpg

Le long trajet

Samedi 9 octobre 2010

03 h 10, nous quittons la Suisse pour entrer en Italie. Chiasso sera notre première ville traversée. Plus le temps de s'arrêter. Un bon film, une fois terminé  il faut dormir. Malgré l'inconfort des sièges qui nous torture le cou.

Le ciel se lève a l'aube, il nous reste encore une heure pour arriver à Forli, pour y prendre notre petit déjeuner. Une heure plus tard, nous quitterons les lieux pour un dernier arrêt, Riccione.

09 h 30, l'arrivée à Riccione, nous croisons ceux du séjour précédent. Le temps de décharger nos bagages et de remonter les vélos. Nous attendons un sacré laps de temps avant de pouvoir récupérer les cartes des chambres.

Nous en profitons pour aller se rafraîchir, au bord de la mer. Le soleil est parmi nous, nous espérons qu'il restera avec nous cet après midi.

Il est 13 h 00, quand nous percevons nos cartes. Nous sommes logés dans les Suites Savioli à 100 m de l'hôtel. Des chambres plus luxueuses et plus pratiques que de l'autre côté.

Un vrai palace avec petite kitchenette, de quoi se préparer un repas et un balcon plus vaste avec une vue plus agréable.

Le repas du midi est servi, et il nous reste une heure pour se préparer pour la balade de l'après midi.

Un parcours concocté par Eddy. 4O km, dans l'arrière pays, pas de quoi fouetter un chien.

Une petite promenade, histoire de se détendre.

Nous finirons cet après midi, par le drink de bien venu, offert par Stefano Guiliodori, le directeur de l'hôtel, avec Riccardo Steiner et le mécanicien Drelli.

Le programme nous est détaillé en français et en anglais. Le responsable des guides Riccardo, ancien cycliste professionnel suisse des années Merckx, nous affichera le parcours du lendemain, avec longueur, dénivellé etc...

4 groupes :

Borghi e castelli : vitesse moyenne 17-19 km/h

Cappuccino : vitesse moyenne 20-22 km/h

Cappuccino super : vitesse moyenne 23-25 km/h

Limoncino : vitesse moyenne 24-28 km/h

DSC09797.JPG

DSC09779.JPG

L'hôtel

DSC09770.JPG

DSC09771.JPG

Le port de Riccione

DSC09774.JPG

DSC09776.JPG

DSC09775.JPG

Au bord de mer avec apéro et poissons frits

DSC09786.JPG

DSC09780.JPG

DSC09781.JPG

La suite Savioli de l'hôtel

DSC09787.JPG

Le départ de la première sortie

DSC09793.JPG

Riccardo, Stefano et Jean pour l'accueil de la semaine

DSC09794.JPG

Au restaurant

Dimanche 10 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner copieux, et préparatif pour la sortie de 100 km. Les groupes se sont inscrits la veille. Je prendrai le groupe 2, pour démarrer. Aujourd'hui la Strada Panoramica, 100 km.

Après réflexion, je fini par choisir le groupe Limoncino. Attention, car il y a deux ans, j'avais commencé fort, pour finir sur les rotules, le premier jour, à cause d'une fringale.

Nous prendrons quelques photos avec Eddy Laubsher, qui a la charge du groupe Borghi e castelli.

Nous avons aussi la visite de Jamie Burrow, ancien équipier de Lance Amstrong et vainqueur du marathon des Dolomites 2009.

09 h 30 Le départ est donné, direction Cattolica et Gradara. Nous passons au pied de la forteresse qui fût le théâtre de la lutte entre les Malatesta et les Montefeltro .Et puis Tavullia, la ville ou est natif le grand champion de moto, Valentino Rossi. Nous passerons devant la maison de sa mère. Garer devant le portail, un apetto a moteur portant le n° 46.

Pour l'instant tout va bien avant la première belle bosse de la journée, Saint Angelo in Lizzola ( 312 m). Une fois montée, nous nous dirigeons vers la deuxième, juste avant d'entrer dans la ville de Monbaroccio, une forteresse datant du 13 ème siècle. Une fois gravie, nous passons la porte principale, la Porta Maggiore pour nous diriger vers le troquet du coin, pour y déguster un cappuccino. Le temps de se faire tirer le portrait en groupe, nous descendons vers Candelara, une colline un peu plus douce que les deux précédente.

Voilà, le plus gros est fait, et direction Pesaro, la ville ou commence la « Strada Panoramica ». La route panoramique commence par monter, logique, puisqu'il nous faut un panorama de choix. Ca monte quand même, les villages culminent a 170 m environ. Il faut dire que nous sommes sur les terrains privilégiés du Pirate, Marco Pantani.

La route tient toute ses promesses, mélanges de nature, de la végétation luxuriante et de petits villages pittoresques. Surtout celui de Fiorenzola. Les jambes sont dures, ça commence à coincer un peu dans les montées. Mais bon, un fois passé Gabicé Mare, le terrain est plus propice aux rouleurs.

Nous rentrons bon train, et après 04 h 00 de route et 105 km, 1250 m de dénivelé. IL est temps de rentrer. Direction la douche et surtout l'oasis de bien être. Les piscines à jets lympho drainants, l'eau a 35 °, la grotte des arômes. Bref Daniel et moi y sommes restés plus d'une heure. C'est très relaxant.

Une fois terminé, nous nous sommes promenés en ville, noire de monde. Pour un dimanche après midi, nombreux commerces sont ouverts. Une dernière virée le long de la digue et retour à l'hôtel.

1jpg.jpg

DSC09798.JPG

Daniel, Eddy et les cyclos d'Orchies

DSC09799.JPG

DSC09803.JPG

DSC09804.JPG

Monbaroccio

DSC09806.JPG

Le groupe Limoncino

DSC09807.JPG

DSC09809.JPG

Paysage de la Panoramica

DSC00343.JPG

DSC00342.JPG

DSC09810.JPG

Limoncino a Fiorenzola

DSC00340.JPG

DSC00351.JPG

DSC09811.JPG

Décontraction

Lundi 11 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie du jour, Montealtavellio - Vecciano

Aujourd'hui nous dînons a la maison de campagne du père de Stéfano Guiliodori, le directeur de l'établissement. Un parcours modeste de 85 km.

Au menu pic-nic géant, buffet froid, pizza et pasta.dans un cadre champêtre.

09 h 30 Départ de la randonnée, nous commencerons par une bonne partie de plat. Nous passons a côté du circuit de Mizano, c'est la seule curiosité du coin. Il nous faudra attendre St Clemente pour rencontrer une montée digne de ce nom. Le temps n 'est pas au beau fixe, nuages et un peu de brouillard nous empêche d' admirer le paysage. Les routes sont en très mauvais état, et comble de l'histoire, nous sommes sans cesse, assaillis de bruits de klaxon. Si on pouvait leur supprimer, quel bonheur.

11 h 00, premières gouttes de pluie, il fallait s'en doutait, vu la météo.

Nous rencontrons nos premières difficultés a Montegrimano et Montelicciano. Des monts de plus de 550 m. Le plus impressionnant est la descente de Montelicciano, les mains sur les cocottes tout au long de la descente. Des pancartes en permanence ou l'on peut lire «  Frano ». Bref, aux seuls moments d'accalmie, nous regardions le rocher de St Marino.

Nous finirons la première période de la randonnée par une partie de manivelles. Avant de tourner plein pot vers la villa des Guilodori. Une petite grimpette de 100 m, mais très abrupt. Plusieurs chutes sont a dénombrées.

Il est temps de se changer, et de se diriger vers le buffet. Pizza, piadina, salami, fromage, et pâtes.

Un vrai repas de cycliste. Nous apprécions notre repas, malgré la moiteur. Le repas sera conclut par une bonne Limoncello maison.

14 h00, c'est le rappel des troupes, tous en selle. Il nous reste peu de kilomètres avant d'arriver a Riccione.

17 h 30 Marché au salon de l'établissement de vêtements cyclistes a l'effigie de l'hôtel. Nous finirons cette journée par un bon repas et un moment de détente dans la grotte des arômes et aux piscines.

2.jpg

CIMG0358.JPG

 DSC09819.JPG

DSC09820.JPG

Décontraction en attendant le groupe Cappuccino Super

DSC09823.JPG

Pic nic géant chez les parent de Stéfano

DSC09825.JPG

Les explications pour la grande étape du lendemain

DSC09826.JPG

Public attentif

DSC09824.JPG

Tous a table

100_3000.JPG

100_2999.JPG

Moments de détente

DSC09828.JPG

Supermarche au salon

Mardi 12 octobre 2010

Aujourd' hui étape reine de 135 km, Sogliano – Barbotto. Le départ est fixé une heure plus tôt, vu le kilomètrage.

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la journée.

08 h 30 Départ de la randonnée, nous empruntons une portion de plat en quittant la ville. La première côte de la journée n'est pas longue, elle se trouve a St Lorenzo a monte, elle culmine a 130 m. Mais déjà, elle laisse entrevoir la suite.

Km 50, nous montons plus haut avec la montée de Borghi. Puis le premier col a 385 m, Sogliano. Nous sommes au km 50. Soglianoest une colline des Apennins romagnols. La c'est tout autre chose, j'arrive a ne pas me faire distancer et je finis avec les autres. Mais c'est dur.

Nous nous dirigeons maintenant vers le Barbotto, un autre col qui se situe a Mercato Saraceno. Une porte d'entrée d'un véritable calvaire pour les amateurs de vélos. Longue de 4,7 km, elle culmine a 515 m, avec des dénivelés frôlant les 18 % a certains moments. Il faut monter a la pointe du jarret. Quand a moi, j'ai monté a mon train. J'ai du mettre pied a terre, une vingtaine de mètre, suite a une crampe. Une fois gravie, je suis heureux de voir les autres s'être arrêtés, au «  Bar Ristorante de Barbotto ». Une bonne collation, une « birra » fraîche, pour se désaltérer. Et c'est reparti, pour la descente, les mains sur les cocottes.

Fini, pour le moment, cols et autres montées. Un peu de plat pour respirer un peu. Mais les bonnes choses ont une fin, avec l'approche vers Verucchio, au km 100.

Elle culmine a 296 m, elle doit être d'une longueur de 1,5 km. Arrivés en haut, nous avons à peine le temps de regarder la vallée de Marecchia. Une vue splendide sur la plaine.

Il nous reste une bonne trentaine de kilomètres a parcourir pour finir notre parcours. On finira par une bonne partie de manivelles, roulant entre trente cinq et quarante cinq kilomètres. Nous faisons notre entrée a Riccione, avec une bonne motivation pour locomotive. Une belle italienne venu jouer avec nous cette fin de parcours.

Nos 130 kms sont bouclés, direction le restaurant, manger des pâtes. Après une bonne douche, nous prendrons une fois n'est pas coutume, le chemin des piscines. Une bonne séance de relaxation, avec jets, SVP.

3.jpg

DSC09830.JPG

Limoncino et Jamie Burrow

DSC09832.JPG

CIMG0405.JPG

CIMG0408.JPG

Sogliano

Barbotto_Mercato_Saraceno_profile.gif

CIMG0414.JPG

Le Barbotto

24052009062.jpg

DSC09836.JPG

Passage oblige de la Nove Colli

DSC09837.JPG

CIMG0429.JPG

Le bar Barbotto

CIMG0432.JPG

Limoncino

Mercredi 13 octobre 2010

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie du matin. Aujourd'hui, c'est le jour de repos des guides, pas de randonnées a l'horizon. Mais, nous décidons a trois de monter le Mont de St Marino.

La pointe orientale du massif montagneux des Apennins, Un mont qui culmine a 790 m.

09 h 00 Départ des trois courageux, avec en prime un crachin du matin. Et comme dit mon ami Alain, «  Pluie du matin, n'arrête pas le pèlerin »

Nous savons que pour y aller, il nous faudra parcourir 25 km, avant de s 'attaquer au Mont.

Nous roulons bon train, nous escaladons quelques montées en guise de mise en jambes. Mais nous sommes vite rattraper par le manque de connaissance du terrain. Nous empruntons la grande route qui mène a St Marin.

Nous attaquons les premiers pourcentages a 13 km du sommet. Petit a petit, nous grignotons sur la montagne. Le seul problème, est la circulation. Omniprésente tout au long du parcours. Nous traversons les faubourgs, Dogana, Serravalle, Domagnano, Borgo maggiore. Les montées sont de plus en plus dures. Les gouttes de sueurs dégoulines le long du visage. Arrivé, a 600 m du sommet, je me fais percuter par une voiture. Encore une fois, les italiens ne respectent en rien les devoirs du bon conducteur. Pour gagner 10 m, cette automobiliste féminine n'a pas hésité a me pousser pour pouvoir se garer plus rapidement. Après une bonne engueulade, et des «  Scusi, en veux tu, en voilà ». Je repars de nouveau, pas de casse. Nous nous approchons du point le plus haut, accessible en voiture.

Ça y est, nous passons devant la porte de la cité, c'est la fin. Le compteur indique 690 m de dénivelé. La température est de 9 °, le brouillard est de la partie. Durant les derniers mètres de l 'ascension, nous n'arrivions plus a se voir a plus de 50 m. Une photo souvenir, un bon cappuccino et nous redescendons vers Faetano. Le chemin sera plus court, tant mieux nous sommes un peu pressé par le temps. Nous devons rentrer avant 14 h 00, pour l'excursion de l'après midi.

Nous roulons entre 35 et 38 km/h, avec des pointes a plus de quarante. Arrivés dans les alentours de Riccione, la pluie refait son apparition. Nous serons un peu mouillés en fin de parcours.

Voilà 60 km effectués, pour un jour de repos.

14 h 00, Départ de l'excursion sous la pluie. Et devinez, ou nous allons. A St Marin. Mais en bus cette fois là. Nous serons un peu déçu du voyage puisqu'il y a du brouillard, et que nous n'y voyons rien.

DSC09845.JPG

DSC09844.JPG

Trois courageux a l'assaut du Mont St Marino

IMG_1560.JPG

photo de St Marin l'après midi ( photo d'Alain Privé )

DSC09846.JPG

Dégustation au Pic nic de St Marin

SDC11134.JPG

Philippe, notre accompagnateur et testeur ( photo d'Alain Privé )

DSC09850.JPG

Souper du soir

Jeudi 14 octobre 2010.

07 h 30 Petit déjeuner et préparatif pour la sortie de la journée.

Aujourd'hui je roule avec le groupe Borghi e Castelli, je rejoins donc Daniel et Cesare pour une séance de photos souvenirs.

Nous sommes accompagnés d'Eddy, notre guide pour cette balade. Il n'y a pas de grosses difficultés sur le parcours. Une seul bosse au programme. Nous prendrons donc des photos, ce pour quoi nous sommes venus.

Les 57 km sont bouclés assez vite, ce qui nous permettra de rentrer tôt et pouvoir se reposer un peu avant la grande randonnée. Nous profiterons de cet après midi pour visiter le grand centre commercial de Rimini, le Befane. Il fait honneur a sa réputation, il est vraiment gigantesque.

Nous finirons cette journée, par un retour en bus. Les italiens sont dangereux en voitures, et je confirme, ils sont aussi dangereux en bus.

5.jpg

DSC09853.JPG

Philippe, Daniel et Cesare

DSC09855.JPG

Cesare

DSC09857.JPG

Daniel

DSC09862.JPG

DSC09870.JPG

CIMG1149.JPG

Un petit coup de pouce

DSC09879.JPG

DSC09887.JPG

4.jpg

Philippe et Jean

Vendredi 15 octobre 2010

07 h 30 Départ pour le petit déjeuner et préparatif de la journée.

Ajourd'hui c'est une randonnée spéciale, Gérard et moi partons seuls pour effectuer la Montée du Cippo, le mont le plus haut de la région. 1410 m d'altitude, et terrain privilégié du «  Pirate ».

Nous comptons faire le «  Tour des 3 régions »,Romagne-Marches-Toscane, de Riccione a Passo Cantoniera puis retour Riccione.

Quand je dois préparer les courses par étapes comme le Giro et le Tour, je n'ai pas besoin d'aller France pour grimper l'Alpe d'Huez, le Galibier, plutôt que le Gavia, le Stelvio ou Mortirolo en Italie.

« A me basta il Cippo della Carpegna è qui che trovo subito tuute ai miei perché » Pour moi, c'est juste la Carpegna Cippo se trouve ici que toutes les réponses à mes pourquoi.

Marco Pantani.

Voilà qui veut tout dire, C'est une belle grimpette en perspective. Drelli, le mécanicien nous donne quelques conseils avant de partir. Nous faisons le plein de victuailles et bourrons nos musettes.

C'est une ballade de 150 km qui nous attends.

08 h30 Départ pour Coriano et puis déjà nos première montée sur Croce. Les jambes sont lourdes et le départ tranquille.

Km 25, Mercatino Conca et ses 285 m l'altitude, et nous faisons que monter. Nous savons que pour rejoindre Carpegna, il faudra effectuer 50 km et un minimum de dénivelé de 750 m au pied du Mont.

Km 35 Montecerignogne et ses 450 m, on ne rigole plus. Les villages que nous croisons sont de plus en plus haut a atteindre.

Km 45 Villagrande et ses 768 m. Encore plus haut, nos regards commence a pointer les collines aux alentours. Nous cherchons a apercevoir le Cippo.

Mais tout se ressemble, des collines partout. Les paysages sont magnifiques. La nature verdoyante. Nous avons de la chance, il ne pleut pas, il ne fait pas froid et les vues dégagées. Temps idéal pour monter.

Km 50 Carpegna, nous y sommes. Un petit panneau nous indique la direction du camping et de ses 1100 m de dénivelé. Nous ne sommes pas encore dans le mont que déjà cela s'annonce difficile.

Nous demandons aux villageois, la route du Cippo, ils nous l'indique et rien qu'a voir leur visage, on ne va pas rigoler.

Et c'est parti pour 7 km d'ascension, mais au bout de 100 m, on se croirait dans le Mur de Huy ou la Redoute. Les doutes s'installent et on se demandent si on va faire demi-tour. Et puis ça se calme, Gérard passe devant et ouvre la route. Je reste derrière et monte a mon rythme. On ne sais jamais.

Ça grimpe et nous pouvons admirer les inscriptions et panneau a la gloire des champions du Giro.

Nous arrivons a 1100 m, au camping. Le temps d'immortaliser cette instant en prenant une photo devant la stèle de Marco.

Je ne peut plus faire demi-tour, Gérard m'a emmener trop haut, il faudra grimper jusqu'au 1400 m. Et c'est reparti pour une deuxième ascension sur des routes remplies de feuilles mortes, glissantes a souhait.

Les virages deviennent de plus en plus relevés, et les pourcentages s'envolent. Je revois Gérard venu me chercher pour m'annonçer que c'est la fin .

1400 m, nous y sommes. Une dernière halte a une autre stèle de Marco Pantani. Des photos souvenirs et des regards ébahis sur l'horizon. Nous dominons les vallées. Il va falloir redescendre sur Miratoio.

3 km de descente dangereuse, les routes étroites et parsemées de feuilles mortes. Les freins vont bon train.

Le vent est puissant, même sur le plat, il faut pédaler fort.

Km 65, la ou on croyait que tout était fini en montée, c'était sans compter Petrella. Une petite montée qui laissera des traces sur les organismes. Pendant 30 km nous redescendrons mètres après mètres tout le dénivelé parcourus a l'aller.

Il nous reste une dernière difficulté a passer. La montée de Tavoleto et ses 387 m d 'altitude. Chose faite, pas sans grande difficulté. Il nous reste une trentaine de kilomètres de plat jusqu'à Riccione.

Nous roulons bon train, car nous voyons que le temps est en train de changer.

Nous entrons dans Cattolica et nous nous dirigeons vers la route la plus rapide et directe qui nous mènera vers Riccione. Pas de bol, nous finirons cette belle ballade avec la pluie, mais heureux d'avoir pu en finir avec le Cippo.

Le temps de se doucher, nous finirons cette après midi par un bain hydromassant pour l'un et une bonne glace a la « Gélatéria Adler » pour l'autre. Une glace italienne a la crème de lait et a la crème d'orange.

Bien mérité je vous l'assure.

Le souper terminé et c'est direction le salon de l'hôtel pour le visionnage des photos prises ça et là.

Un retour en chambre pour finir de remballer les valises, les bonnes choses ont une fin.

Demain c'est samedi et le dernier jour des vacances.

 8.jpg

 altimetria_salita_cippo.gifaltimetria_itinerario_4.jpg

DSC09898.JPG

DSC09899.JPG

DSC09900.JPG

DSC09903.JPG

Le Cippo

9.jpg

DSC09905.JPG

Gérard a la stèle du restaurant

DSC09906.JPG

DSC09908.JPG

DSC09909.JPG

Marco, on entends seulement ta respiration

10.jpg

Le Carpegna, j'en n'ai assez

DSC09911.JPG

DSC09913.JPG

Ca c'est le ciel du Pirate

DSC09912.JPG

12.jpg

DSC09915.JPG

DSC09916.JPG

Tavoleto

Les bonnes choses ont une fin. Dommage que le temps n'est pas été au rendez-vous.

Nous avons pu rouler quand même, mais au niveau excursion ce n'était pas la joie.

Bien logés et une alimentation de qualité, l'hôtel Dory a bien rôdé son établissement.

L'ASBL RICCIONE BIKE de Jean a enmené plus de 10 000 cyclos sur les routes romagnoles.

Elle continuera sans doute a le faire dans les prochaines années, souhaitons lui bonne chance.

Un grand merci aux guides pour leurs connaissances du terrain.

Merci a Bartolo pour son professionnalisme.

Merci a Drelli pour sa disponibilité et ses conseils.

L'ambiance a été idéale tout au long du sejour, une bonne interconnexion entre les cyclos.

Merci a Philippe, notre accompagnateur.

Merci aussi a Franco, Marie Claude, Cesare et Myriame pour leur connaissance de l'italien.

 

zz_Slide chiusura.jpg

 

 

07:49 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philippe, cyclos, monts, riccione | Digg! Digg |  Facebook | |

10/06/2009

LES HAUTS PAYS ET BOSSES BORAINES 2009

Ce samedi 6 juin s'est deroulé le brevet à dénivellation des hauts pays et bosses boraines, organisé par l' Amicale cyclotouriste d'Hornu.

3 parcours sont au programme, 50, 85 et 110 km ( BAD ) pour 1100 m de dénivelés.

Nous nous donnons donc rendez-vous à 7h00, place de Vicq. Toujours les mêmes protagonistes, Philippe, Michel, Bertrand, Bernard  et les frêres Dehon.

Notre rendez-vous est fixé au café du "Mouton d'or" à Hornu, ou nous attendent Stréphane ( cyclo de Riccione) et un de ses collègue.

D'entrée nous sommes confrontés aux petites montées de la ville de Wasmes, bonne mise en jambes, ça monte.

Ensuite nous prennons la direction de la France, nous nous sommes chez nous, avec les montées de Sebourg, Jenlain, et Wargnies le grand.

Nous arrivons à Roisin, pour l' unique ravitaillement de cette randonnée, juste le temps de poser avec Joseph, de Quievrain. Quelques collations et nous voici repartis .

Direction la Belgique, avec les célèbres montées d' Autreppe, la côte du baron, et la côte du mayeur à Bellignies.

Nous finirons cette belle petite randonnée par un retour dans la ville de Wasmes, avec la montée du "tienne du dragon", une côte reputée dans le coin, en pavé de surcroit.

Arrivés à Hornu, nous dégustons une bonne Leffe, et nous nous donnons rendez vous pour de futurs brevets.

DSC06651

Philippe, Joseph, Stephane, Bertrand.

DSC066522

Michel et Bertrand dans le dernier "tienne" de Wasmes.

W2

W1

 

22:05 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : michel, riccione, philippe, bernard, bertrand, bad, col, coteur, randonnee, brevet | Digg! Digg |  Facebook | |

31/05/2009

BUSH CLASSIC 2009

Ce samedi 30 mai s'est déroulée la Bush Classic, à Pipaix (B). Cette randonnée était organisée par le Star Club de Pipaix. Elle regroupait cyclos, vététistes et marcheurs.

Plusieurs parcours au choix, cela permettra de découvrir les charmants paysages touristiques, reliant la Wallonie à la Flandre, via les monts de Frasnes, le pays des collines et les Ardennes flamandes.

clique sur ce lien pour découvrir le parcours de la "Jowan"

Et c'est à 7h30, que Philippe, Michel, Bertrand, Bernard et Marcel, se sont donnés rendez-vous pour un départ groupé. Les inscriptions se sont déroulées à la brasserie Dubuisson, sous un chapiteau, qui acceuillait de nombreux participants.

N'oublions pas que c'est seulement la deuxième édition, en 2008, celle-ci souffrait de petits défauts, mais je crois que les organisateurs se sont arrangés pour ne pas rater la seconde, et de faire de la Bush Classic, une randonnée de premier choix. (1776 participants en 2008)

Après avoir récupéré tout notre attirail (parcours, tickets pour le pack, et autres ) nous nous plaçons à l'entrée , et nous eûmes la bonne surprise de rencontrer Enio Bulfone, de Quiévrain, avec qui Bertrand et moi étions partis à Riccione.

Nous allons faire peut être un bout de chemin ensemble, nous avons choisi la Jowan (150 km) et Enio prendra le parcours du 100 km, tant pis, cela nous aura fait plaisir de le revoir.

La "Jowan" est un parcours vallonné pour les cyclos entraînés.

Placé à l'entrée, André Tignon, nous tirera le portrait, et nous placera dans son article, merci à lui.

Il est l'heure de partir, nous prendrons la direction des monts de Frasnes, attention aux 24 côtes répertoriées dans le parcours. Cela commencera par le Trou Robin, et quelques kilomètres plus loin, l'ascension des "hauts" de St-Sauveur.

Déjà quelques signes de fatigue de la part de Marcel qui a du mal à respirer, cela promet pour le reste, mais il est courageux, il s'acharnera à continuer. Nous rencontrons encore une fois de magnifiques paysages, les Frasnes sont belles. La Belgique est un beau pays, qui vaut le coup d'être vu. L'occasion de prendre de beaux clichés.

Tout au long des premiers cinquante kilomètres, ça monte et ça descend, et puis se profile le Mont de l'Enclus (Kluisberg), premier juge, car cela a était un peu facile, nous le montons, nous sommes motivés puisque dans la descente, c'est le premier ravitaillement. Nous sommes acceuilis au seuil du magasin Jowan, vélociste réputé.

Après quelques collations et sirops, nous reprenons la route direction Roubaix, et son célèbre vélodrome. Mais avant il y aura la côte du Moulin et celle de Comminne.

Arrivés aux abords de Leers, ce sont les canaux qui nous ouvrent la route, c'est d'un calme, quelques pêcheurs, promeneurs nous regardent. Nous roulons à l'ombre des arbres, c'est ça le cyclotourisme.

Et puis nous rentrons dans Roubaix, certains attendent ça avec impatience. Faire leur entrée sur le vélodrome, comme les pros. Encore quelques mètres, et puis c'est le moment magique, nous faisons un tour de piste, nous resterons en bas, c'est vivement conseillé.

Les photos affluent, aux quatres coins du vélodrome, dans n'importe quelles positions. Nous prendrons des photos à l'entrée, là où est errigé un énorme pavé, installé pour les 100 ans de la course. Nous en profiterons pour nous désaltérer, puisque c'était le deuxième ravitaillement, et là peut être la seule fausse note de cette randonnée, c'est qu'il n'y avait plus rien à se mettre sous la dent. Mais bon, on ne leur en tiendra pas rigueur tant le reste fut de toute beauté.

Il nous reste encore un cinquantaine de kilomètres à parcourir, Marcel souffre. Le rythme s'accélère, il a du mal à suivre. Il lui reste encore à gravir le col de la Jubaru et peut être le Mont-Saint-Aubert, alors on ralentit la cadence et je reste avec lui.

Le temps d'une bonne descente et c'est une suberbe blonde qui nous acceuille chez Clément, en nous tendant une boisson Aquaruis au deuxième ravitaillement. Le temps de nous désaltérer, de se déchausser pour certains, pour laisser vivre nos petits pieds.

J'ai la bonne surprise d'être reconnu par nos amis du club Oisquecquois, le père et le frère de Christian, un ami de Riccione.Nous ferons un petit bout de route ensemble, avant de se donner rendez-vous à l'arrivée, pour déguster une bonne Bush.

Marcel et moi laissons partir le groupe, nous rentrons en dilletante. Marcel appréciera ce moment d'accalmie. Les pancartes nous signalent que l'on se rapproche de Pipaix, comme dirait Michel , "ça sent la mousse" .

Nous finirons le parcours de la Jowan, en 6h 19, avec 152 km au compteur, 24, 20 de moyenne, et 1300 de dénivelé. on se change, et direction le stand, où nous attendent nos récompenses.

Nous vidons nos gallopins de Bush, en quelques secondes en guise d'aperitif. On me tire par le maillot, nos amis nous disent que Christian nous attend à une table, on se dirige vers eux et c'est pas un mais deux amis de Riccione que nous retrouvons.

Christian est accompagné de Stéphane, lui ausi était à Riccione. On se vide quelques Trolls, le temps de prendre quelques clichés, de serrer quelques mains, dont celles du politique Delmotte, venu en représentation.

Nous passons un excellent après midi, nous échangeons nos adresses et n° de téléphone, pour de futurs rendez-vous dans les contrées belges.

Vers 16 h00, nous quitterons les lieux , heureux d'avoir pu participer à cette randonnée. Je viens de voir sur le site d'André, qu'il y avait près de 2130 participants, toutes épreuves confondues, dont près de 1200 cyclos. Je crois que le Star Club de Pipaix a réussi son pari, de faire de cette épreuve, un rendez-vous incontournable.

Bravo, messieurs, et sûrement à l'année prochaine.

 

                                   logo1

                         STAR

         150km_profil_600x224
 

 P1    P2

Au départ de Pipaix, à la brasserie Dubuisson.

Z24

P3

Michel et Enio.

Z23

Au départ de Pipaix.

P4

 Photo de groupe avant le départ.

X5

La même, avec notre chef de file.

P5

Suivre la direction.

pipaix300509_125

( photo Y.VERBEKE )

pipaix300509_126

( photo Y.VERBEKE )

P8

P9

Les beaux paysages de Belgique.

P10

Les "hauts" de St-Sauveur, les ennuis commençent.

P11

Bernard.

P12

Michel.

P13

 Bertrand qui connait bien les "hauts" de St-Sauveur.

P14

A ne pas suivre.

P15

Les monts, rien que les monts.

P16   P17

P18   P19

Michel et Papa qui souffre.

P20

P21

Philippe.

P23

Premier ravitaillement, chez Jowan, le vélociste.

P24

En vitrine, le vélo de Tom, lors du "Paris-Roubaix"

P25   P26

La côte du "Moulin"

P27   P28

Le moulin de la côte, et les deux en autre en promenade.

Z31

Le vélodrome.

Z25

Z28

Z26

Philippe.

Z27

Michel.

Z30

Michel et Marcel.

Z27

Bernard.

P30 P31

 

L'entrée au vélodrome, et Bernard.

P32   P33

Un petit air de Tom Boonen!

P34   P35

P38

La stèle pour la 100ème édition.

P36

P37

Photo devant la stèle.

P39   P40

Bernard au ravitaillement, Michel et son assistance.

P41   P42

Encore un superbe moulin des Flandres et Papa dans l'ascension du Col de la Jubaru, c'est dur.

P44   P43

L'hôtesse des boissons Aquaruis et le ravitaillement chez Clément, le vélociste.

P45  P46

Nos amis de Mons avec qui nous fairons un petit bout de chemin, et le canal d'Antoing.

X1

X2

Seuls les buveurs de Trolls ont eu cet honneur.

X7

Bertrand, toujours les mains pleines.

X4

Mr Delmotte en campagne, il nous offrira un verre, ce n'est pas en France que l'on  verra cela.

P50

Nos amis Oisquercquois.

P51

P52

Riccione recomposé, Philippe, Stéphane, Christian, Bertrand.

P53

Après l'effort, le réconfort.









 

11:34 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : philippe, michel, bernard, marcel, randonnee, brevet, monts, riccione, buch | Digg! Digg |  Facebook | |

11/05/2009

LES CRETES THUDINIENNES 2009

 

Ce dimanche 10 mai 2009 s'est déroulée la 20ème édition des Crêtes Thudinniennes, organisée par le club cyclo d'Estinnes-au-Mont (B).

C'est un brevet à dénivellation. Plusieurs parcours sont au programme, 35, 80, 109, 124, 147 km.

Après la Lotto Reuzen Van Vlaanderen de la veille cela promet. Après avoir donné rendez-vous à Bernard la veille, nous avons pris le départ à 7h00, direction la ferme Houdard, à Estinnes-au-Mont.

Arrivés sur les lieux, nous prenons la direction  des routes de campagne, le temps est ensoleillé, cela fait plaisir.

Nous arrivons à Thuin, où nous devons escalader le mur en pavés, rien à voir avec la randonnée d'hier, mais elle s'avère être dure. Puis la descente, vers l'abbaye de l'Aulne, déjà vue lors du Rallye de la Trappiste. Joli coin, près du canal, pour de belles ballades. Nous arrivons à Landelies où nous attend son col de 177 m, que nous montons sans peine.

A peine le col terminé , nous prenons la direction du "M" de Bomeree, une montée en zig zag, super sympa, on s'y croirait.

km 45, premier ravitaillement à Thuillies, petites collations à volonté, on ne s'attarde pas, nous reprenons la route vers le barrrage de l'Eau d'Heure, en passant par le lac de de Feron, de Falemprise et de Plate Taille.

C'est magnifique, les mêmes paysages que le rallye de la trappiste que j'ai adoré. Nous finirons les 50 derniers kms dans le site touristique de la Botte du Hainaut.

En haut des crêtes, nous surplombons toute cette region, verdure, forêt, culture, etc...

Vraiment, en effectuant les Cotacols de Manage, le Rallye de la Trappiste et aujourd'hui les Crêtes Thudiniennes, nous avons tiré le gros lot, conçernant la beauté des paysages, rien à voir avec le plat pays qui est le nôtre.

Nous finirons à Estinnes-au-Mont, en bouclant les 146 km en 5h32, 26 km/h de moyenne, et 1850 m de dénivelé.

Pas mal pour deux cyclos, dont l'un venait de boucler un tour du Quercy, avec 750 km en moins d'une semaine, et l'autre, avec 150 km de la Lotto Reuzen Van Vlaanderen effectuée la veille.

Après la randonnée, nous prendrons une bonne bière, histoire de se désaltérer, et j'ai eu la bonne surprise de rencontrer un cyclo venu l'an dernier avec moi, lors d'un séjour à Riccionne. Nous avons échangé nos histoires, le temps de prendre une photo souvenir, et c'est déjà l'heure du départ.

Nous garderons un excellent souvenir de cette randonnée. Bravos, messieurs, pour l'organisation, le fléchage et le reste, ( surtout la bonne humeur ).

Je crois que les 594 cyclos seront du même avis.

                                      Z10

estinnes1

estinnes

Merci à Michel pour les coordonnées ( carte et profil )

http://randonneescyclotouristes.dhblogs.be/tag/estinnes

Z1

Philippe et Bernard.

P5100111

Le depart du mur de Thuin.

P5100112

Belle vue du mur.

IMG_4542

cret0931

Philippe et Bernard dans le mur de Thuin.

IMG_4667

Belle vue de la haut

Z2

L'Abbaye de l'Aulne.

Z3

Les abords de Landelies.

Z4

Belle guingette.

Z5

Z6

Les italiens de Riccionne à Estinnes-au-Mont. Et encore bonjour à Christian Vandenborre, et sa famille

 

 

 

19:50 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : randonnee, brevet, bernard, philippe, bad, bomeree, cyclos, coteur, riccione | Digg! Digg |  Facebook | |

12/04/2009

RALLYE DE LA TRAPPISTE 2009

Pour fêter les 20 ans  du C.C.BOMEREE  (belgique), le club a organisé le samedi 11 avril 2009, son 20 ème rallye de la trappiste.

N'oublions pas que le C.C.BOMEREE est aussi le club organisateur de la randonnée "brasier et goelands", rando que nous avions fait l'an dernier et que nous avions appréciée.

5 parcours étaient au menu: 200, 165, 121, 70 et 40 km. Nous obterons pour le 165 km pour 1720m d'altitude.

Nous voici donc partis à quatre, Bernard, Philippe et Eric du club d'AULNOY-LES- VALENCIENNES et moi-même, pour un départ en voiture dès 7h00, place de VICQ.

La météo fut clémente, avec une température digne du printemps. Après 45 minutes de déplacement, nous arrivons à LANDELIES, pour y prendre le départ. Le   ton fut donné, puisque d'entrée nous devons grimper le col de LANDELIES et ses 177 mètres.

Alors allons-y, pour un dépaysement total dans la botte du hainaut, par de petites routes pittoresques et tranquilles.

D'entrée nous remarquons que le parcours fut bien tracé, avec les merveilleux paysages de la vallée de la Sambre et en outre, le Ravel du barrage de l'Eau d'Heure.

Nous tenons une bonne cadence, après avoir effectué 40 km, nous arrivons à FROICHAPPELLE, et là, au hazard d'une rencontre, je croise Eddy, un belge avec qui j'ai séjourné à RICCIONNE en Italie. Mais nous n'avions pas trop le temps de bavarder, le fléchage bifurque sur le 165 Km, aussi nous laissons Eric et Philippe emprunter le 120 Km et, Bernard et moi, tentons le 165km, pour la vallée de l'OISE.

 Au Km 68 : ravitaillement en pleine forêt à FORGE-PHILIPPE, cela fait du bien, nous reprenons la route, en direction de la France, vers la passe d'ANOR.

Au Km 97, deuxième ravitaillement à BAIVES, nous ne attardons pas, direction la France de nouveau, vers EPPE-SAUVAGE, le VAL-JOLY et COULSORE. Que de beaux paysages!

Km 130, dernier ravitaillement avant l' arrivée, et nous reprenons la route vers la vallée de la THURE, avec forêts et rivières, pour arriver aux abords de l'abbaye de l' AULNE, magnifique site visité par des milliers de promeneurs.

Nous finirons cette belle journée ensoleillée, sur les bords des canaux. Nombreux sont les promeneurs que nous croisons, tout le monde profite de cette journée magnifique.

Arrivés dans la salle Laloyaux, nous avons droit à notre tartine et une bonne Pils, juste à peine assis qu'il commence à pleuvoir. Nous regardons nos compteurs, 169 km au total, 1737 m de dénivellé, presque 27 km/h de moyenne, et  tout ça en 6h20.

Remercions ce club qui sait nous concocter de belles ballades, nous ne sommes jamais surpris du résultat.

M3M4

M1

 

M2

 M6

Philippe, Eric, Bernard et Moi.

X3

Bernard et Philippe.

M5

Le col de LANDELIES, au départ de la randonnée.

M8

Landelies.

M9

Le Ravel du barrage de l'Eau d'Heure.

hpim2216

hpim2217

p1030898

p1030916

S1

Durs, durs les pieds.

S2
 

Au dernier ravitaillement, avec les personnels du C.C.BOMEREE.

34

L'Abbaye de l'Aulne.

 

 

21:10 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : randonnee, brevet, bernard, philippe, bad, bomeree, coteur, riccione | Digg! Digg |  Facebook | |

01/11/2008

RICCIONE 2008 PAR PHILIPPE

Chaque année, depuis onze ans, l'hôtel Dory remercie les nombreux cyclistes qui passent leurs vacances dans leur établissement.

L'ambiance est idéale pour ceux qui désirent conjuguer moments de détente et de bien-être.

Nous sommes donc invités dans un véritable hôtel pour cyclistes, dans la région du "pirate", celle de Marco Pantani, véritable idole de la région, puisque originaire de Césenatico.

Les clients de l'hôtel découvriront de merveilleux parcours à travers les régions de la Romagne, des Marches et de la Toscane. La richesse de l'arrière pays permet chaque année de varier les parcours, en plus des magnifiques parcours déjà connus, de merveilleux paysages, des douces collines et de belles montées loin de la circulation. 

 

m1      m2

 UNE BANDEROLLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE                                           L'HOTEL DORY

m3    m4

L'HOTEL DORY

Vendredi 17 octobre 2008

Le départ est fixé à 14h00, sur la place communale d'Elouges (B).

Après avoir récupéré Bertrand, nous sommes donc rassemblés 30 minutes plus tôt pour charger nos sacs dans le car et nos vélos dans la remorque prévue à cet effet.

m6

PHOTO DE GROUPE A ELOUGES

m5

EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Après les "au revoir", nous prenons la route vers Spy (B), où nous attend le reste de la délégation Belge.

Dans le bus , nous voyons déjà des petits groupes se former, dont le nôtre, et c'est avec un grand bonheur, que nous nous retrouvons avec Ennio, Franco, Didier, Joseph et Daniel, personnes que nous côtoyons régulièrement tout au long des brevets et ballades d'entrainement.

Arrivés à Spy à 15h00, nous prenons possession du reste de l'équipe, 49 personnes au total pour ce merveilleux voyage vers l'Italie.

Montés à bord, nous faisons connaisssance de notre guide et responsable, un certain Carlo.

m7   l2

EN ROUTE

Vers 18h00, nous quittons enfin la Belgique, pour rentrer de nouveau en France, en direction de Thionville, et c'est vers 19h30 que nous faisons notre premier arrêt pour souper à Saint-Avold.

Et, déjà, un avant goût d'Italie avec des pâtes à la carbonara, pour se mettre dans l'ambiance bien sûr.

m8

SOUPER A SAINT AVOLD

Rentrés dans le car, nous visionnons un "bienvenue chez les ch'tis", une bonne partie de rigolade. Rien de tel pour mettre de l'ambiance.

23h00 sonnent et déjà la Suisse, avec l'entrée dans la ville de Bâle. Nous remarquons tout de suite la différence avec la France : immeubles grand standing, éclairage hors norme, bref, magnifique à regarder de nuit.

La Suisse, le pays des tunnels et des montagnes.

Après un petit sommeil bien mérité, nous nous reveillons à la porte de l'Italie, à Chiasso et déjà le thermomètre annonce la couleur : 16° à 2h40.

Nous descendons pour une pause pipi, le temps de se désaltérer et les premiers mots d'Italien font leur apparition. Nous goûtons cet expresso si attaché à ces habitants; il faut aimer. Fort heureusement la tasse n'est pas remplie... plus tard, nous comprendrons qu'il nous faut des expresso américano.

1 2 

CHIASSO, 5 MINUTES D'ARRET

Nous reprenons la route, pour le reste des kilomètres qui nous séparent de Milan, et, direction le pays du vélo. 

Samedi 18 octobre 2008

7h00 : arrêt petit déjeuner à Forli : cappucino, pains au chocolat, produits régionaux, tout y est.

Nous sommes bien en Italie, à moins d'une heure de Riccione, à 65 km du bord de mer.

Nous regagnons nos emplacements dans le bus avec enthousiasme. Nous sommes pressés d'arriver, de décharger nos bagages et nos vélos, et de prendre possession de nos chambres.

8h15 : ça y est, nous y sommes, nous passons sous la bannière "RICCIONE". Enfin, après 18h00 de voyage, Bernard nous fait déjà le tour du propriétaire... une vraie encyclopédie ce chauffeur, toujours prêt à vous renseigner et à vous aiguiller, il connait la région comme sa poche.

Après avoir déposé nos bagages et déballé nos vélos, nous devons attendre avant de prendre possession des clés des chambres et c'est avec entrain que nous partons pour un petit tour dans la ville, visiter le bord de mer et le port de plaisance.

f1

MOMENT DE DETENTE AU SALON DE L'HOTEL

m10   m9

LE PORT DE PLAISANCE

13h00 : le repas nous est servi dans ce magnifique restaurant, une touche de couleur et des matériaux recherchés. C'est décoré avec goût.

14h30 : départ pour la randonnée de 45 km afin de déterminer à quel groupe nous désirons appartenir. La topographie est tout à fait indiquée pour la pratique du vélo. Les guides, tous nantis d'une grande expérience, connaissent les plus belles routes et recoins de la région. Il suffit de pédaler peu pour découvrir de merveilleux panoramas qui resterons gravés dans nos coeurs.

Le premier guide à nous faire découvrir ces richesses est Eddy Laubsher, un Suisse, qui prendra par la suite le 4ème groupe "Borghi e Castelli"

m11

EDDY, MOI, DANIEL, DIDIER.

F3

GUISEPPE, MOI.

18h00 : Drink de bienvenue avec la présentation des guides, des circuits et du programme du séjour, animé par le directeur Stéfano Guiliodori, du responsable des guides Riccardo Steiner,et du Mécanicien Drelli.

Le programme nous est détaillé en allemand, anglais et français.

m12

RICCARDO, DRELLI, STEFANO, JEAN.

Le responsable des guides , Riccardo Steiner, ancien cycliste professionnel des années Merckx, a été le directeur technique de l'équipe suisse de cyclisme au dernier jeux olympiques de Pékin. Sous ses ordres un certain Fabian Cancellarra; des médailles , ils en ont récoltées, il y a de quoi être fier.

Avec lui c'est ponctualité et rigueur, on part à l' heure et on rentre à l' heure.

Chaque parcours est affiché en début de soirée dans le salon de l'hôtel par Riccardo lui-même.

m13

LE PARCOURS.

4 groupes :

Borghi e Castelli : vitesse moyenne 17/19 km/h

Cappuccino : vitesse moyenne 20/22 km/h

Cappuccino super : vitesse moyenne 23/25 km/h

Limoncino : vitesse moyenne 26/28 km/h

Je choisirai le groupe limoncino puisque préparé depuis longtemps et fin prêt pour en découdre avec les meilleurs.

Bertrand, quant à lui, prendra le deuxième groupe, le cappuccino super.

19h00 : repas pour tous au restaurant de l'hôtel, un repas copieux, de grande qualité et à volonté.

m14

A TABLE

Et puis pour finir, une petite ballade de nuit pour découvrir Riccione de nuit.

Dimanche 19 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner riche en charcuteries, fromages, produits locaux, pains régionaux, croissants, petits pains, omelettes, yaourts, j'en passe, de quoi tenir un siège.

9h30 : départ de la randonnée de 108 km ( Santarcangelo, Roncofreddo, Sogliano ).

m15   m16     

LIMONCINO                                                                                                                      BARTOLO

Le climat est chaud et légèrement humide, la végétation est luxuriante, les oliviers en fruits, la tempèrature tourne autour des 13°, et déjà la première crevaison due au très mauvais revêtement des routes italiennes. Les groupes passent devant nous , il va falloir cravacher pour rattraper notre retard. Avec des vitesses approchant les 35 km/h, nous arrivons à combler notre retard dans les faubourgs de Santarcangelo di Romagna.

  m17     m18      

BERTRAND ET MOI, LIMONCINO                                                                                                 

Une petite pause, quelques photos et c'est reparti pour la première montée de la journée, Ronccofreddo, que je monte à l'aise. Arrivés au sommet, nous comtemplons le paysage, puis nous enfourchons nos vélos pour Sogliano, la deuxième montée , 3 km, 18 virages et à l'arrivée une bonne Birra pour nous désaltérer.

m19    m20

ROCCONFREDDO.

m21

SOGLIANO.

Puis nous amorçons notre retour vers Riccione, et là, à dix kilomètres de l'arrivée, une fringale en montant le San Paolo, terrible, impossible de suivre le rythme, roulez à 30 km/h oui, poussez jusqu'à 34 km/h non.

Décidant de les laisser finir à leur rythme, je finis bien tant que mal, j'ai fini par être rejoint par le cappuccino super qui nous suivait, là, ils m'ont alimenté, de gâteaux et de barres de céréale.

Arrivé à l' hôtel, je crois avoir mangé trois plats de pâtes, tellement j'étais limite.

15h30 : départ pour l'excursion vers Gradara : une forteresse réalisée entre le 11ème et 15ème siècle, qui fût le théatre de la lutte des Malatesta et les Montéfeltro. Pourtant ce qui adonné célébrité à la forteresse n'ont pas été les luttes entre les seigneurs, mais l'amour tragique entre Paolo et Francesca: une tradition ancienne veut que leur drame se déroula dans ce magnifique château, d'ailleurs, la chambre des amants évoque encore l'atmosphère d'une passionnante et tragique évolution des sentiments.

m25    m23  

 GRADARA


      m24         m27

LA FORTERESSE                                                                                          GUISEPPE ET SES KAKIS

m28    m30

                                                                                                                      PAUSE CAFE.

19h00 : repas à l'hôtel pour tous.

 

Lundi 20 octobre 2008.

9h30 : départ pour la randonnée de 85 km ( Veciano )

m31

LE PARCOURS.

On y découvre comme toujours un arrière pays splendide, riche en collines et en côteaux.

Aujourd'hui, il faut serrer les dents, après la fringale de la journée précédente, il faudra gravir deux montées dont une à 600 m environ.

Après un départ prudent, bien niché dans le peloton, j'en profite pour m'extraire dès la première ascension, la forme est revenue, les poches pleines de victuailles, au cas où.

Arrivé dans de très bonnes conditions, au point de rassemblement, j'en profite pour faire le plein.

m34

LIMONCINO A VERRUCHIO.

m32m33

VERRUCHIO.

Et c'est reparti pour la deuxième montée, qu'on franchi encore plus vite, nous savons que nous ne sommes plus très loin de la maison de campagne de la famille Guiliodori, où Stéfano le directeur nous offrira pâtes et buffet froid à volonté dans un câdre champêtre.

m35     m36

APPERO                                                                                                      BARTOLO ET ENNIO


m37    m39

FRANCO                                                                                    MOI


m38

DANIEL, ENNIO, FRANCO, DIDIER, MOI, BERTRAND, GUISEPPE.

Après un repas consistant, de franches rigolades, nous reprenons la route, avec dans le ventre Limoncello et Grappa, pour effectuer les derniers 25 km qui nous séparent de Riccione.

Comme d'habitude le groupe limoncino roule à 35 km/h pour pouvoir profiter des jacuzzis et autres hammams.

17h30 : c'est le moment très attendu des cyclistes, le mini marché au salon de l'hôtel pour l'achat des tenues de vélo au couleur de l'hôtel Dory. C'est la cohue, il n'y en aura pas pour tout le monde, enfin, nous avons trouvé le fameux sésame, le maillot de Michel, taille M. Nous espérons qu'il sera heureux.

m43

ENNIO, DRELLI, MOI,GUISEPPE, FRANCO.

19h30 : repas à l' hôtel pour tous.

20h30 : ballade nocturne sur la baie de Riccione, nous contemplons les belles fontaines et jets d'eau tout au long de la plage.

m42    m41

RICCIONE DE NUIT.

m40

LES FONTAINES.

Mardi 21 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner.

8h00 : massages et remassages, les jambes sont lourdes, le mot courbatures entre dans le vocabulaire du cycliste.

9h30 : départ pour la randonnée de 100 km ( Urbino ).

m44

LE PARCOURS.

Et là, quelques dissensions font leurs apparitions, il faut rentrer vite pour pouvoir visiter San Marin à 15h30.

Il n'y aura pas de temps morts, le parcours reste le parcours, il faudra le faire, mais les temps de repos seront plus courts pour nous permettre de rentrer tôt.

Dès les premiers kilomètres, c'est déjà les côtes, pas le temps de chômer, avec la montée de Sainte Clémente et ses 180m. Bonne petite mise en jambe avant le Tavoleta.

m45    m46

TAVOLETO                                                                                        BERTRAND, RICCARDO, MOI

m47

LIMONCINO.

Après une halte pipi, photos et panoramas, c'est la descente vers Urbino, des descentes à vous couper le souffle, plus de 60 km/h dans les parties les plus rapides, puis freiner fort pour pouvoir prendre les virages en épingles à cheveux. Il y a de quoi se faire peur.

Après un moment d'accalmie, c'est la montée vers Urbino. Je passe cet obstacle assez facilement, la forme revient, les sensations aussi, mais le spectre de la fringale est toujours présent, alors on pense à l'arrivée. On se calme.

Nous faisons notre entrée dans Urbino, magnifique ville fortifiée dans la région des Marches au sud-ouest de Pésaro. Une ville nichée sur une colline en pente forte, et qui conserve son aspect médiéval.

Nous nous rendons directement à la place Duca Fréderico, où se dresse devant nous le Duomo, une église fordée en 1021, détruite en 1789 par un tremblement de terre et reconstruite par Valadier, dans un style néo-classique jusqu'en 1801.

m48   m49

LE DUOMO                                                                                    LA PLACE DUCALE

m50  m51

                                                                                                                LE DUOMO.

Des merveilles, dommage que nous n'avons pas le temps de visiter l'intérieur.

Urbino est une ville universitaire, c'est pour cela que nous avons rencontré énormément de personnes jeunes, dans les rues étroites qui nous conduisent vers la sortie. Dévaller cette ville par des petites rues en pavés est sensationnel.

Arrivés en contrefort de la ville, nous pouvons admirer le Palais Ducale qui se dresse devant nous, majestueux.

m52

LE PALAIS DUCALE.

Tous les cyclistes ont été conquis par cette ville. Voilà, la visite est terminée, retour vers Riccione, deux montées nous attendent encore , le Colbordolo et le San Rocco, le premier s'avère très difficile, une montée à plus de 10 %, la vitesse ne dépasse pas 10 km/h.

Mais nos efforts seront récompensés en passant dans la petite ville de Tavullia où a vu naître le célèbre champion moto, Valentino Rossi. Toute la ville arbore le numéro fétiche du doctor, le 46.

armance_045   armance_044

VALENTINO VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE.

On n'a pu faire des photos de sa villa, c'est déjà la rentrée vers Riccione, en roue libre pour une fois.

Arrivés à l'hôtel, pâtes et douches, pour être prêts pour le voyage vers San Marin.

15h30 : départ en car vers San Marin, ville accrochée sur le Monté Titano, à la frontière avec l'Emilia Romagna et les Marches, une superficie de 60 km2, pour 30 000 habitants.

m51

SAN MARIN.

Après un cours d'histoire de notre ami Bernard, le chauffeur, nous nous donnons rendez-vous dans une boutique de vente d'alcools, où nous dégusterons plus tard de merveilleux produits.

Nous n'avons qu'1h30 pour visiter la ville, alors d'un pas gai et joyeux nous montons vers le sommet où se dresse devant nous de merveilleux paysages et monuments.

L'appareil photo est amorti, les visites de boutiques s'enchaînent. Notons que les prix sont dutty free, nous en profitons pour faire nos emplettes (monnaies, alcools, bijoux, parfums,etc...)

Nous montons jusqu'à l'hôtel de ville, au palais du gouverneur avec sa place publique avant de redescendre vers le car, où nous avons rendez-vous pour une dégustation d'alcool italien, le limoncello, grappa, amaretto tout y passe, le vendeur s'est y faire, nous repartirons tous avec un carton d'alcools sous les bras, pour le plaisir de nos familles et amis.

m52    m53

LE PALAIS DU GOUVERNEUR                                                              LA PLACE PUBLIQUE

m55  m54  

LE FONDATEUR DE SAN MARIN                                                        LE FINUVIA


m56

Et voilà, nous quittons San Marin, au couché du soleil, le temps de descendre nous pouvons apercevoir le chateau illuminé.

19h30 : repas pour tous au restaurant.

Mercredi 22 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner, attention il faudra prendre des forces, car c'est la journée la plus longue avec la grande randonnée et pour ceux que cela dit, la visite en car de Santarcangelo.

9h30 : départ pour la randonnée reine de 115 km (Sanssocorvaro).

1530m de dénivelé, avec les montées de 8 cols, allant de 144 m à 625m pour le plus haut.

m57

LE PARCOURS.

m58

m59

LIMONCINO.

Là encore au bout de 10km, nous commençons à monter avec le premier col, le Trebbio à 235m pour une bonne mise en condition, puis le Mercantino Conca et cerise sur le gâteau la Faggiola et ses 625m d'altitude.

Je monte à l'aise ce col, arrivé en troisième position, je me sens pousser des ailes, la descente s'avère dangereuse, attention aux chutes.

Nous nous retrouvons tous pour une pause café à Sassocorvaro , le temps de se désaltérer et prendre quelques clichés.

m82

LE FAGGIOLA.

m61

LIMONCINO.

m60

PAUSE BIRRA A SASSOCORVARO

 Déjà le départ, et pour commencer l'ascension vers San Donato, nous découvrirons des merveilleux points de vue. Tous les cyclos restent ébahis de ce qu'ils peuvent apercevoir : les vallons de l'Emilie Romagne, les contreforts des Apennins, les abords de la Toscane.

Du beau, rien que du beau, tout le charme des routes romagnoles.

m63    m64

LES HAUTEURS DE SAN DONATO.

 


m62 

 Puis, la dernière montée se dessine, l'ascension jusque  Mondaino, 420m au dessus du niveau de la mer, c'est le rempart des Malatesta, 5 km d'ascension avec au bout la porte qui vous laisse entrer sur une place en forme de demi-cercle, la place Maggiore.

 

Une pause pipi et Birra; Drelli nous ravitaille avec son camion assistance de bananes et sandwichs.

m81

LA MONTEE VERS MONDAINO.

m65   m66

LES PORTES DE MONDAINO.

m77   m79


LA PLACE MAGGIORE.

  m80   m78                  LE CAMION ASSISTANCE DE DRELLI                                                                          MOI, EDDY, DIDIER ET DIDIER. 

Il est temps de repartir vers Riccione, où nous attend une autre excursion à Santarcangelo en car.

15h30 : départ vers Santarcangelo, nous mettrons 45 minutes pour apercevoir l'Arc de triomphe. Entre-temps nous avons encore droit à un cours d'histoire de notre ami Bernard, qui nous indiquera encore une bonne adresse à ne pas manquer.


Planté sur la place principale, l'arc de triomphe, qui est en réalité l'arche du pape Clément XIV, achevé en 1777, se dresse devant nous. Nous avons eu la possibilité de le prendre en photo lors d'une randonnée auparavant. Mais ce qui nous interresse, c'est le clocher tout là haut, il faudra grimper, mais nous sommes habitués.

m83   m85

L'ARCHE DU PAPE                                                                             GUISEPPE ET SON LAVOIR A L'ANCIENNE.


m84   m89

                                                                                                          LA PLACE PUBLIQUE
m87
  m90
LE CAMPENONE                                                                                CAPPUCCINO GIACOMINI

Lors de cette ascension à pied, nous visiterons le musée du bouton, intéressant, puis nous arrivons près de l'église qui s'avère être le Campanone, une tour de 25m de haut au coeur du village médiéval.

C'est le plus identificateur monument de la ville, dommage qu'il n'est pas ouvert, cela doit être formidable là haut.

Nous redescendons, pour admirer l'église collégiale sur notre parcours et nous finirons par prendre un cappuccino chez Giacomini, servi avec ses mignardises. Vous savez l'adresse que nous avait indiqué un certain Bernard Giacomini, y aurait-il un lien de parenté?

1h30 plus tard nous quitterons Santarcangelo pour Riccione où nous attend un bon repas au restaurant, de type romagnole

21h00 : rendez-vous au salon de l'hôtel pour le visionnage du DVD.

5 6

APRES LA VISITE, LA DETENTE

4 3

Jeudi 23 octobre 2008.

7h30 : petit déjeuner.

9h30 : départ pour la randonnée de 65km ( Panoramica )

avec un nouveau guide, Mr Ennio Bulfonne.

m91
MOI, BERNARD, ENNIO, BERTRAND
.

Nous mettrons 30 minutes pour joindre Pésaro, la route que nous avons prise est plus courte mais plus dangereuse.

Mais nous y sommes, les paysages de la Panoramica peuvent commencer.

Sur les hauteurs de Pésaro, les paysages sont magnifiques, enfin la mer, nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour l'admirer, mais elle est là et bien là, en dessous de nous, en plus le soleil est au rendez-vous.

m92

LES HAUTEURS DE PESARO.

m93

LIMONCINO

Bien sûr et cela ne change pas, il va falloir monter et monter, les vues sont exemplaires, nous arrivons à Fiorenzuola di Focara, nous prendrons le temps de nous désaltérer, avant de monter cette petite ascension en pavés qui mène sur les hauteurs de la ville, quelques clichés.

m97  m95

PANORAMICA.
m94   m96

PANORAMICA.

m98  m99
FIORENZOLA DI FOCCARRA.

m100  m101

LIMONCINO.

Nous repartons vers Gabbice Monté où nous pouvons admirer Gabbice Marré en contrebas.

Et puis Cattolica, Riccione, l'hôtel Dory où il faut prendre une douche en catimini, pour céder la place au nouveau séjour.

12h30 : départ pour le dernier repas à Riccione, nous choisirons une pizzéria, mais faute de restaurant ouvert en cette saison, nous atterrirons dans un restaurant du port de plaisance, le Cavalluccio Marino.

m102
A TABLE POUR LES PATES.

m103

m104

LE CAVALLUCCIO MARINO.

Après un petit temps d'attente et sans pouvoir commander de pizzas, nous obterons pour des pâtes, pour changer.

J'ai mangé ce jour là de formidables gnocchis.

16h00 : remontage des vélos et emballage.

16h30 : embarquement dans la remorque.

17h30 : embarquement des bagages.

18h00 : nous quittons Riccione pour la France.

19h00 : visiste chez Bogghetta, un vélociste de Béllaria.

m105

BOGHETTA.

Vendredi 24 octobre 2008.

11h00 : arrivée à Spy où nous débarquons nos collègues, par un temps de ch'tis, puisqu'il pleut, pas de chance.

Des adresses e-mail échangées, quelques numéros de téléphone distribués, et nous reprenons place dans le car.

12h15 : arrivée à Elouges, nous chargons nos vélos et nos bagages.

Après les "au revoir" nous prenons la route pour la France.

Conclusion.

Je crois que nous avons passé un excellent moment, les condititions météo étaient présentent, pas de pluie ni de mauvais temps.

Les paysages sont magnifiques, j'ai pu, à plusieurs reprises lors des commentaires, vous faire vivre cette joie de regarder l'Italie. C'est autre chose que nos corons et terrils...bienque l'image clichée du Nord ne soit plus celle des terrils et des corons...heureusement!

L'hôtel Dory est à la hauteur de sa réputation, malgré quelques petites fausses notes, mais dans l'ensemble ils ont assuré.

C'est vraiment un point de rencontre pour les passionnés de vélo, il faut se surpasser, serrer les dents, sentir la tension des muscles et le goût de la sueur. Mais la satisfaction du devoir accompli nous remplit de joie, chaque soir, nous refaisons le match.

Nous n'avons pas pu satisfaire toutes nos envies. Il faudrait quelques jours en plus, dont un de repos, pour profiter des piscines avec hydromassage, sauna, bain turc, et service de massage.

Ce n'est que partie remise.

L'hôtel Dory peut se vanter d'avoir une très bonne cuisine. Si pendant le séjour j'ai effectué plus de 500 km, j'ai pris 1,5 kg de surcharge pondérale.

Les pâtes, la cuisine locale basée sur les typiques et ingrédients naturels, la tradition romagnole, les fomages, la charcuterie, les desserts maison, bref, on ne savait plus où donner de la tête.

La cuisine est vraiment le point fort de l'hôtel.

Les chambres étaient confortables et le service bien réglé : douche, télé, juste le néccessaire à notre confort, mais de belle façon.

Le garage à vélo, parfait pour le stockage et les réparations de premières urgences. En outre, merci à Drelli, le mécanicien, pour sa disponibilité et sa maitrise du français.

L'hôtel Dory peut se vanter aussi d'avoir une belle brochette de guides, Bartolo, Riccardo, Eddy,et j'en passe.

Ils ont su décomposés la colonie en 4 groupes homogènes, les niveaux étaient respectés.

Les parcours proposés sont de toute beauté, à première vue, cela parait dur, mais une fois accompli, tous sont heureux de l'avoir fait.

Merci à Bartolo, notre guide, pour la conduite du groupe limoncino, disponible, il nous a fait découvrir de très belles routes romagnoles.

ber

BARTOLO.

Une attention particulière à l'ABSL Riccione Bike et à son président Jean Ghierche, pour le déroulement du séjour.

Une bonne programmation et la satisfaction d'avoir fait toutes ces choses.

m86

JEAN.

Un grand merci à Carlo, notre accompagnateur, monté à Spy, qui pendant le séjour nous a démontré combien il était précieux. Ce personnage posssède deux grandes qualités, l'écoute et la disponibilité au service des autres.

Chapeau Carlo et encore merci.

m83

CARLO.

Merci aussi à Franco Silvani de m'avoir fait connaître ce séjour, de m'avoir renseigné, lui et sa femme tout au long de l'année.

Franco a été notre mécanicien, traducteur, porteur,etc.. mais quel gentillesse ce Monsieur, et tout ça avec le sourire, toujours prêt à rendre service.

Une bise de la part d'Anna, pour le fromage forme et le torrone.

fr

FRANCO.

Merci aussi à Ennio Bulfonne, pour avoir été présent tout au long du séjour, il a était mon compagnon de route, à + de 60 ans , il a encore de beaux restes, nombreux sont ceux qui lui ont fait remarquer, nombreux sont ceux aussi qui voudraient lui ressembler.

m84

ENNIO.

A la saison prochaine.

 

 

 


 

12:59 Écrit par haudegand - | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : italie, philippe, col, daniel, bertrand, cote, monts, cyclos, riccione, san marin | Digg! Digg |  Facebook | |